Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Pétain - Trahison ou sacrifice ? / Michel Boisbouvier

 

Quatre fois réfuté de Boisbouvier le dimanche 10 janvier 2010 à 04h40

Nicolas Bernard a été réfuté quatre fois : par les chiffres, par les faits, par les meilleurs auteurs et… par lui-même.

1/ Réfutation par les chiffres.

Ils sont désormais à peu près connus.
Les communautés juives du Yiddishland (Pologne, Ukraine, Bielorussie, Pays baltes) ont été anéanties à un tel point que la langue yiddish a pratiquement disparu. Le taux d’extermination atteint des proportions supérieures à 95 %.
En Serbie, c’est toute la communauté juive qui a été assassinée :100%.
En Grèce, cette communauté, rassemblée à Salonique, fut également entièrement liquidée.
Aux Pays-Bas, le taux d’extermination atteint 83 % ; en Belgique, 50 %.
En France, 75000 tués sur 350 000 : 15 % des Juifs français ont été tués et 25% des Juifs non naturalisés.
Une exception : le Danemark. Les Juifs, peu nombreux (6500 environ), bénéficièrent d’un gouvernement si « collaborateur » qu’il n’opposa aucune résistance ni militaire ni maquisarde, qu’il livra sa flotte et se gouverna lui-même sans aucune ingérence allemande jusqu’en novembre 1943. A cette date, le gouvernement danois démissionna, mais les Juifs danois, dûment prévenus par leurs rabbins, eux-mêmes prévenus par Werner Best, avaient pu s’enfuir en Suède par bateau. Cinq cents environ furent néanmoins déportés.

2/ Réfutation par les faits.

Ils sont patents.
Les habiles négociations menées par Bousquet le 7 mai 42 à l’Hôtel Ritz avec Heydrich, puis le 2 juillet 42 avec Oberg et Knochen au 72 avenue Foch, les accords d’août 42 appelés accords Bousquet –Oberg rendant son autonomie à la police française de zone occupée, les refus réitérés de Laval en septembre 42 et tout au long de l’année 43 de dénaturaliser des catégories de Juifs récemment installés sont des faits historiques que personne ne peut nier.
Les annotations des Allemands ou de certains collaborateurs parisiens sur des lettres de Laval où il refuse ces dénaturalisations sous divers prétextes disent mieux que tout la protection apportée par le gouvernement de Vichy : « renardise », « quand l’insolence devient une méthode ».

3/ Réfutation par les meilleurs auteurs,presque tous juifs.

Léon Poliakov : « Du sort relativement plus clément de la communauté juive de France, Vichy fut, en fait, le facteur prépondérant. »
Raul Hilberg : « Quand la pression allemande s’accentua le gouvernement de Vichy se retrancha sur une seconde ligne de défense. Les Juifs étrangers furent abandonnés à leur sort et l’on parvint à sauver une grande partie de la totalité en sacrifiant une partie. »
Annie Kriegel : « Si Vichy a servi à quelque chose, c’est aux Juifs qu’il l’a fait ».
F-G Dreyfus : « Si le maréchal était parti à Alger en novembre 1942, moi, je ne serais plus là. »
Heinz Höhne : « La France « donne » mal »
Serge Klarsfeld : « De toutes les grandes communautés juives de l’Europe occupée, la française a été la plus épargnée ».
Pour pallier ces auteurs si éloquents, Nicolas Bernard a invoqué l’ancienneté des ouvrages de Poliakov (1951) et de Hilberg (1961).
Hélas ! Poliakov mort en 1998 et Hilberg mort en 2007 avaient eu tout le temps de corriger leurs livres au cours de leurs nombreuses rééditions et pourtant ils n’en ont rien fait.
Bernard crut trouver la parade : les éditeurs font ces rééditions sans que les auteurs interviennent.
Hélas pour lui : ces rééditions avaient été revues, corrigées et augmentées par leurs auteurs.

4/ Réfutation de Nicolas Bernard par Nicolas Bernard.

Dans le fil « Ce que savaient les Alliés » voici ce qu’on peut lire le 2 décembre 2009 sous le titre « Totalement délirant » :

A ce propos, voici ce qu'a confié Oberg au cours de son interrogatoire du 2 juillet 1946 (cité in Klarsfeld, op. cit., p. 58-59) :
Tout en comprenant que M. Bousquet ait eu à se défendre de la façon la plus judicieuse, je dois rappeler la réalité des faits et que si M. Bousquet a obtenu le maximum pour la France grâce à ses efforts, cela n'a pu se réaliser que parce que ses interlocuteurs allemands adoptaient une attitude réceptive. A mon arrivée en France, l'ordre du Führer prescrivait que la police française m'était subordonnée. Avant la première conférence avec Bousquet, des conférences détaillées ont eu lieu entre Heydrich, Knochen et moi-même. Knochen a exposé la situation politique et administrative en France ; Heydrich a fait part de ses expériences en Tchécoslovaquie et conclu qu'une large autonomie de la police et de l'administration aboutirait aux meilleurs résultats.

Heydrich a dit à Bousquet que la police française en territoire occupé était en principe sous mes ordres, mais qu'à son avis une telle tutelle n'était pas nécessaire. En fait, si M. Bousquet pouvait donner en son nom personnel et en celui de ses collaborateurs l'assurance que la police française travaillait sur une base de camaraderie policière dans le même esprit que la police allemande, c'est à dire contre le communisme, les saboteurs de tous ordres, les terroristes, si M. Bousquet pouvait donner cette assurance, Heydrich était d'accord pour répondre au voeu qu'avait exprimé le secrétaire général que la police allemande ne se mêlat point aux affaires intérieures de la police française et que les deux polices ne travaillent pas en commun, mais la police allemande sous les ordres de ses chefs et la police française sous ceux de M. Bousquet. Ceci à condition que des relations confiantes s'établissent entre M. Bousquet et moi,. M. Bousquet a donné son assurance et remercié que de telles relations s'établissent sur ces bases et qu'il puisse garder la disposition de la police.

Pour les pourparlers avec Bousquet, Heydrich s'est décidé à faire appel au sentiment de camaraderie policière de Bousquet en vue d'éviter l'application effective de l'ordre du Führer visant à une nette coordination de la police française ; ce qui démontre que nous étions décidés préalablement à entrer dans les desiderata auxquels nous nous attendions de la part de Bousquet, lorsque nous lui avons donné connaissance de l'ordre du Führer. Par ailleurs, il est évident que les deux parties ont essayé chacune d'obtenir le plus possible.

Après les pourparlers sur le fond avec Bousquet fixant les désiderata réciproques, l'assentiment aux résultats de cette conférence a été obtenu de la part du Reichsführer S.S. ainsi que du Commandement militaire. Par la suite, il s'est révélé nécessaire de consigner par écrit les missions des deux polices ; après échange de correspondance, cela a abouti à l'accord écrit définitif , dont il a été donné connaissance à la réunion du 8 août 1942 groupant les Préfets régionaux et les Intendants de Police, ainsi que les responsables des polices allemande et française...

La réorganisation de juin 1942 a permis de définir et d'observer la règle de l'autonomie de la police française, ce qui n'avait pas été le cas jusqu'à cette époque. La subordination de la police française en zone occupée au chef supérieur des S.S. et de la police, prescrite par l'ordre du Führer, a été tournée en pratique par l'accord établi avec Bousquet et grâce aux relations entre les deux polices, le principe de la souveraineté du Gouvernement français et de l'indépendance de la police française dans cette zone était maintenu.

Et, ajoute Bernard :

Bousquet agissait au nom du gouvernement de Vichy. Il avait réussi à obtenir la liberté d'action de ce gouvernement. La police française conserverait pleine compétence pour opérer les arrestations de Juifs. Pas question d'obéir, en ce sens, aux directives du petit Dannecker, court-circuité par Bousquet qui s'adressait directement à ses supérieurs, Heydrich et Oberg. Restait à savoir ce qu'il fallait faire des Juifs.

Le 11 juin 1942, Eichmann réunit Dannecker et les chefs des sections antijuives de Belgique et de Hollande. Objet de la conférence : la déportation des Juifs de l'Ouest. Il était prévu que 15.000 Juifs seraient déportés de Hollande, 10.000 de Belgique, 100.000 de France (y compris la zone non occupée). Le gouvernement français devait payer les frais de transport et une taxe de 700 Reichmarks par déporté, ainsi qu'assurer leur ravitaillement pendant 15 jours.
Mais Pétain et Laval s'opposaient à la déportation des Juifs français : l'opinion, en effet, risquait de mal le prendre. Et elle pouvait d'autant plus mal le prendre que les Allemands exigeaient de déporter les Juifs présents en zone libre.

C’est donc Nicolas Bernard lui-même qui confirme les habiles négociations des ministres de Vichy.
Pour y obvier, il se sert d’ André Kaspi pour qui Vichy a rendu possible une déportation que les Allemands étaient trop peu nombreux pour suffire à la tâche.
Or, confronté aux cas des autres pays où les Allemands étaient encore moins nombreux qu’en France, comme en Hollande (mais aussi et bien plus encore en Pologne ou en Grèce), Bernard, après Kaspi, répond : oui mais la Hollande n’a pas de montagnes ni de forêts où les juifs pouvaient se cacher comme en France.
On lui demande alors le nom de ces montagnes et de ces forêts où 275 000 Juifs de France se sont si bien cachés que ni le Allemands ni les Français n’ont pu les trouver.
Ils n’en connaissent pas une seule !

*** / ***

lue 1844 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 quand je marchande... de françois delpla 10 janv. 2010 13h38
1 Et si on parlait d'histoire ? de Jacques Ghémard 10 janv. 2010 14h18
2 à qui ai-je à faire ? de Michel Auffret 10 janv. 2010 15h06
3 Pourquoi je défends Vichy de Boisbouvier 11 janv. 2010 09h32
4 Ho le pauvre chou ! de Jacques Ghémard 11 janv. 2010 12h22
5 Merci de me confirmer de Boisbouvier 11 janv. 2010 14h36
6 Ha vous ne cherchez pas loin ! de Jacques Ghémard 11 janv. 2010 15h47
6 Que d'erreurs ! (et une question de ma part) de Nicolas Bernard 11 janv. 2010 16h32
7 Miracle à Pithiviers ? de Francis Deleu 11 janv. 2010 17h55
7 Lisez Klarsfeld de Boisbouvier 11 janv. 2010 20h06
8 Vous ne répondez pas à ma question de Nicolas Bernard 11 janv. 2010 20h49
8 l'article 122-2 du Code Pénal ! de Jacques Ghémard 11 janv. 2010 21h35
8 Regardez Klarsfeld ! de Jacques Ghémard 11 janv. 2010 22h00
4 Contrainte de Nicolas Bernard 11 janv. 2010 12h27
5 Pour qu'à quelque chose malheur soit bon de françois delpla 11 janv. 2010 14h08
6 Même pas de Jacques Ghémard 11 janv. 2010 16h04
7 minute ! de françois delpla 11 janv. 2010 17h33
4 un seul Oradour ? de Michel Auffret 11 janv. 2010 18h08
5 Les chiffres parlent de Boisbouvier 11 janv. 2010 19h18
6 "Les fusillés" présenté par ... de Jacques Ghémard 11 janv. 2010 19h47
1 Réfutation par les chiffres ? Ben voyons ! de Nicolas Bernard 12 janv. 2010 11h10
2 Lisez Klarsfeld, que diable ! de Boisbouvier 12 janv. 2010 17h28
3 Mais l'ex-anonyme sait-il lire ? de Nicolas Bernard 12 janv. 2010 18h21
4 Le cas de Bernard Faÿ de françois delpla 12 janv. 2010 18h52
4 Réfutation de la réfutation de Boisbouvier 18 janv. 2010 07h25
5 Chambon-sur-Lignon de Francis Deleu 18 janv. 2010 09h20
6 Qu'on en juge, d'après le dernier envoi qu'ils ont refusé de publier et que je reproduis ici. de Jacques Ghémard 18 janv. 2010 10h23
5 Il lit, mais imprime-t-il ? de Jacques Ghémard 18 janv. 2010 09h56
6 Qui se répète le plus ? de Boisbouvier 18 janv. 2010 10h44
7 Répétition de Francis Deleu 18 janv. 2010 12h43
8 Joly, après Roques de Boisbouvier 21 janv. 2010 01h52
9 Donc tout ce qui n'est pas négationniste est sans valeur ! de Jacques Ghémard 21 janv. 2010 10h06
10 L'affaire de la "foutaise de Nantes" de Nicolas Bernard 21 janv. 2010 10h46
11 La thèse de Nantes de Véritas 04 juin 2011 10h16
11 la thèse de Nantes de Véritas 04 juin 2011 10h21
11 valeur de la thèse de Nantes de pierre Diolot 28 mars 2012 17h26
12 Foutaises négationnistes réfutées depuis belle lurette de Nicolas Bernard 28 mars 2012 18h42
13 kurt gerstein:grand malade de lucien Bucéphale 29 avril 2012 16h05
14 Ben tiens de Nicolas Bernard 30 avril 2012 17h32
14 L'affaire Roques - récapitulatif de Francis Deleu 02 mai 2012 19h52
12 Voire plus ! de Daniel Laurent 02 avril 2012 07h58
13 le monde à l'envers de huntziger 03 avril 2012 21h06
14 Ho, je vois que ça argumente fort ! de Jacques Ghémard 04 avril 2012 23h27
14 un gag hilarant de huntziger 06 avril 2012 22h49
15 sketch communiste de huntziger 06 avril 2012 22h52
16 C'est lamentable ! de Jacques Ghémard 07 avril 2012 08h20
16 PUCHEU, GIRAUD & Vichy de JARDIN DAVID 07 avril 2012 09h30
17 pucheu coupable de Léon BEL 07 avril 2012 12h40
18 motif ? de JARDIN DAVID 07 avril 2012 13h46
19 Un dossier accablant de Francis Deleu 07 avril 2012 14h47
20 Deux citations de Nicolas Bernard 07 avril 2012 18h10
19 Trois motifs de Léon BEL 07 avril 2012 21h13
20 Merci Léon de JARDIN DAVID 07 avril 2012 21h59
19 sketch kommunist (suite) de huntziger 08 avril 2012 15h47
17 Une "catégorie responsable" ??? de Jacques Ghémard 07 avril 2012 13h20
17 Mais enfin quels sont vos arguments J GHEMARD ? de JARDIN DAVID 07 avril 2012 14h08
18 Ma vision de Pucheu de françois delpla 07 avril 2012 16h05
19 encore un martyre communiste ! de huntziger 08 avril 2012 15h57
19 Je regrette que Jacques... de françois delpla 08 avril 2012 17h01
18 Oui c'est moralement condamnable de Jacques Ghémard 07 avril 2012 17h08
16 choisis comme communistes de huntziger 09 avril 2012 00h23
17 Il est regrettable de Daniel Laurent 09 avril 2012 08h52
18 doublement regrettable de Léon BEL 09 avril 2012 09h51
19 Léon, soit poli ! de Daniel Laurent 09 avril 2012 11h19
20 Moi non plus, pas français ... de Jacques Ghémard 09 avril 2012 12h31
21 le bon heur, quoi ! de huntziger 16 avril 2012 09h13
17 Ca me fait penser à Raymond Barre de Jacques Ghémard 09 avril 2012 10h53
18 Kommunistes , bas vranzais ! de Léon BEL 09 avril 2012 15h27
10 L'aporie des apories de Boisbouvier 21 janv. 2010 12h43
11 J'ai pas tout compris, mais ... de Jacques Ghémard 21 janv. 2010 15h18
12 Boisbouvier , faussaire ! de Léon BEL 21 janv. 2010 15h45
9 Le voile se déchire de Nicolas Bernard 21 janv. 2010 10h58
10 là je diverge de françois delpla 21 janv. 2010 16h56
11 Un compagnon de route de Nicolas Bernard 21 janv. 2010 17h35
7 Concours de répets ! de Jacques Ghémard 18 janv. 2010 14h28
8 Je verse... de françois delpla 18 janv. 2010 18h17
6 j'ajoute de françois delpla 18 janv. 2010 12h15
5 Le Chevalier noir est de retour ! de Nicolas Bernard 18 janv. 2010 15h54
4 Avocat mais historien. [Déplacée] de Francis Deleu 19 janv. 2010 16h58
1 Réfutation par les faits ? Ben voyons ! de Nicolas Bernard 12 janv. 2010 11h40
1 Réfutation par les historiens ? Ben voyons ! de Nicolas Bernard 12 janv. 2010 12h31
1 Réfutation de Nicolas Bernard par Nicolas Bernard ? Ben voyons ! de Nicolas Bernard 12 janv. 2010 12h45
2 simpliste et implacable de Michel Auffret 12 janv. 2010 18h50

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Pétain - Trahison ou sacrifice ?

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.02 s  5 requêtes