Esperia, Freudenstadt, Stuttgart - A livre ouvert ... - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

A livre ouvert ... / les contributeurs de "Livres de Guerre"

En réponse à -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Freudenstadt et Stuttgart de Nicolas Bernard

Esperia, Freudenstadt, Stuttgart de Auteur anonymé le mardi 18 mars 2008 à 19h11

Un internaute semble s'étonner que je mentionne les femmes violées d'Esperia, de Freudenstadt ou de Stuttgart (une incongruité ?) et me demande de lui en dire un peu plus sur les viols commis en Italie et en Allemagne par les troupes coloniales françaises.

Comme je l'ai écrit dans une précédente contribution, cette question n'a, semble-t-il, pas beaucoup intéressé les historiens. Les sources sont donc peu nombreuses et l'on doit se contenter d'éléments épars publiés ici ou là. En attendant, peut-être, l'étude que le sujet mérite.

Mais, puisque tout cela semble intéresser cet internaute, il peut se reporter à l'article de Tommaso Baris paru dans la revue Vingtième Siècle en janvier 2007. En voici un résumé :

Durant la campagne d’Italie entre 1943 et 1944, les troupes coloniales du corps expéditionnaire français furent responsables de nombreux actes de violences à l’encontre de la population civile italienne. Les vols, les attaques à main armée, les saccages et surtout les viols furent très fréquents. Initialement, ce ne furent que des actes isolés, commis par des individus seuls, et punis par les autorités alliées, françaises comme anglo-américaines. Au cours de l’offensive victorieuse de l’été 1944 qui permit de franchir la ligne Gustav dans le Latium méridional, les troupes françaises ont obtenu de la part de leurs supérieurs une relative liberté d’action, entraînant des viols de masse. Au début des années 1950, l’Unione Donne Italiane, a recensé environ douze mille victimes de violences sexuelles. Cette organisation communiste féminine a tenté d’obtenir des indemnités pour ces femmes victimes du corps expéditionnaire français. Ces violences sexuelles ont semble-t-il été tolérées comme une « désagréable » conséquence des habitudes guerrières des corps irréguliers, tels que les goumiers marocains. Elles ont aussi été un message clair adressé aux Italiens, et particulièrement à la composante masculine de la population. L’humiliation et l’outrage sexuel contre leurs femmes ont servi à réaffirmer leur nature de vaincus lors de ce conflit.

J.C Notin évoque également ces événements dans son livre La Campagne d'Italie pour en minorer l'importance.

S'agissant des viols commis en Allemagne, ceux-ci sont évoqués dans un ouvrage récent de Giles MacDonogh (After the Reich). Ce dernier parle de 600 femmes violées à Freudenstadt et de plus de 3000 à Stuttgart. Sans surprise, les chiffres varient. Les auteurs du documentaire La Face cachée des Libérateurs basé sur les travaux de J. Robert Lilly avancent, eux, le chiffre de 1198 viols pour la ville de Stuttgart, établi, semble-t-il, d'après les registres de la police locale.

Les événements de Stuttgart auraient été évoqués devant le Sénat américain le 17 juillet 1945 et un total de plusieurs milliers de femmes violées annoncé. A vérifier, si notre internaute en a le temps et l'envie.

Des choses également côté allemand dans le livre de Gerhard Hertel, Die Zerstörung von Freudenstadt, et dans un certain nombre de revues, livres, documentaires qui reprennent des témoignages de civils allemands et citent des estimations allant de 500 à 1200 victimes pour Freudenstadt et de 1200 à 5000 victimes pour Stuttgart.

Enfin, je suggère à cet internaute visiblement sceptique de s'entretenir de cette question avec des anciens de la Ière Armée qui lui confirmeront que les viols commis par les troupes coloniales et tolérés par le commandement, en Italie puis en Allemagne, ne sont en rien un fantasme. Il ne me semble d'ailleurs pas que leur existence soit contestée.

*** / ***

lue 8099 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 C'est bien ce que je pensais de Nicolas Bernard 18 mars 2008 20h18
2 Brunes et blondes de Auteur anonymé 18 mars 2008 23h57
3 De moins en moins sérieux... de Nicolas Bernard 19 mars 2008 09h29
4 Pas très sérieux, en effet de Auteur anonymé 19 mars 2008 19h14
5 Absence de preuves et tronquage de citation de Nicolas Bernard 19 mars 2008 20h32
6 Confusion, enfantillages, méthode Coué de Auteur anonymé 20 mars 2008 22h22
7 C'est gonflé ! de françois delpla 21 mars 2008 09h26
8 Quelque chose comme ça en effet de Jacques Ghémard 21 mars 2008 10h23
9 Coup de gueule de Nicolas Bernard 21 mars 2008 11h02
9 Reçu de Auteur anonymé 21 mars 2008 11h08
10 Tout de même... de françois delpla 21 mars 2008 16h16
11 Exagérations ? de Thiriel 21 mars 2008 19h06
12 Apres Oradour, Buchère et Maillé suivent le même schéma de Jacques Ghémard 21 mars 2008 22h14
11*** contribution effacée
12 Des "branches", mais une seule "Organisation" de Thiriel 21 mars 2008 20h55
13*** contribution effacée
14 Je ne peux que souhaiter... de françois delpla 22 mars 2008 14h53


 

Participer à l'ensemble du débat sur A livre ouvert ...



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes