Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Vichy dans la "Solution finale" / Laurent Joly

En réponse à
-11942 : Vichy et les Juifs de nationalité française de Nicolas Bernard

Et l'ex-anonyme prétend y répondre... de Nicolas Bernard le mercredi 09 mars 2011 à 11h37

... de cette manière :

"Merci, Lebel, de confirmer mon dire par Nicolas Bernard interposé. C'est lui en effet qui nous fournit le rapport de Röthke, le représentant d'Eichmann à Paris . voici ce que dit ce rapport d'août 1943 : "On a l’impression que Laval cherche par tous les moyens à empêcher la publication de la loi, et de toute manière à la retarder."

"Il s'agit de la loi de dénaturalisation des Juifs arrivés en France après 1927.

"Comme d'habitude ton ami Nicolas Bernard donne des verges pour se faire fouetter. Ça ne l'empêche pas de prétendre me réfuter.

"Dans le cas particulier de cette loi de dénaturalisation, il n'a même pas l'idée de s'étonner que Vichy soit parvenu à éviter la déportation aux Juifs naturalisés français. Or, c'est grâce à l'accord obtenu en juillet 42 sur ce point que les Allemands se trouvèrent obligés de le tourner en cherchant à obtenir des dénaturalisations. En somme, liés par l'accord, ils mégotaient.

"Évidemment, au bout d'un certain temps cette tolérance cessa, mais c'était toujours du temps de gagné jusqu'au jour de la délivrance, lequel fut longtemps problématique."


Plus loin, il persiste :

"Comme dit précédemment, NB ne se demande pas par quel miracle la France fut le seul pays occupé à obtenir de l'autorité d'occupation que ses juifs nationaux soient exemptés (au moins provisoirement) de déportation et, donc, d'extermination. Les juifs nationaux polonais, hongrois, bataves, grecs, yougoslaves furent-ils exemptés, eux ? Or, ce miracle a un nom : il s'appelle Vichy.
Sans Vichy, pas de négociation le 2 juillet 42 entre Bousquet et Oberg, pas d'entérinement par Himmler de l'accord conclu ce jour-là. Sans Vichy pas d'indépendance de la police française de zone occupée vis à vis de l'autorité d'occupation. Sans Vichy pas de représentation diplomatique auprès de ces autorités d'occupation pour négocier dans des conditions chaque jour plus difficiles.
Poliakov a vu juste."


Comme d'habitude, le thuriféraire vichyste Michel Boisbouvier se prend pour le Chevalier noir des Monty Pythons. Il prétend avoir triomphé en manipulant des citations extraites de leur contexte de rédaction.

Surtout, il fait semblant de ne pas comprendre ces points essentiels :

1) les Allemands avaient un besoin vital de la police française pour procéder à la "Solution finale" des Juifs de France (comme l'admet d'ailleurs un certain Raul Hilberg) ;

2) Vichy était désireux de se débarrasser de l'ensemble des Juifs, priorité étant accordée aux Juifs étrangers, par xénophobie autant que par souci de se concilier l'opinion publique ;

3) Vichy a donc monnayé son soutien à la "Solution finale" en imposant aux Allemands de ne déporter, en premier lieu, que les Juifs étrangers, lesquels seraient arrêtés par la police française ;

4) le tour des Juifs de nationalité française viendrait ensuite ;

5) seules les protestations de l'opinion publique, lors des rafles et déportations de Juifs étrangers, ont dissuadé Vichy d'arrêter en masse les Juifs français (pour rappel, déjà exclus, spoliés, fichés, etc.) ;

6) Vichy n'en a pas moins continué à rafler des Juifs étrangers ;

7) et les Allemands, parce qu'ils ne pouvaient faire autrement, ont laissé faire ;

8) contrairement aux affirmations de l'ex-anonyme, cette décision des nazis ne découle nullement des accords policiers conclus avec Vichy en juillet 1942 (qu'ils ont d'ailleurs allègrement violés), mais de l'impossibilité politique et matérielle, pour eux, de recourir à la police française contre les Juifs sans passer par Vichy.

Preuve que Vichy aurait largement pu s'opposer aux précédentes rafles et déportations, réduisant l'occupant à l'impuissance. Or, Vichy n'en a rien fait, car Vichy n'a pas cherché à sauver les Juifs de France, bien au contraire.

Ces errements, de la part de Michel Boisbouvier n'ont rien de bien surprenant.

Michel Boisbouvier, faut-il le rappeler, est un thuriféraire absolu du régime de Vichy. Son incompétence historique, flagrante, dérive de ses présupposés idéologiques.

Sa rhétorique repose sur une aporie majeure :

1) Vichy se serait efforcé de sauver les Juifs de France, et pour ce faire aurait livré les Juifs étrangers à la place des Juifs français, donc Vichy ne serait pas coupable de complicité de génocide (parce qu'ayant sauvé les Juifs d'un sort funeste);

2) Vichy aurait ignoré que les Juifs seraient exterminés, donc Vichy n'est pas coupable de complicité de génocide.

Toutes ses interventions reposent sur ces deux postulats, parfaitement incohérents. Ce qui l'amène à se contredire d'un message à l'autre, sachant qu'il faut y voir également une preuve de nullité méthodologique. J'ai ainsi pu établir que Michel Boisbouvier s'était contredit à plus de 25 reprises pour le seul mois de décembre 2009 sur le forum Livresdeguerre.net.

Cette mauvaise foi l'amène également, comme je le rappelle ci-dessous, à truquer ses sources et à déformer les propos de ses contradicteurs, attribuant à l'un et à l'autre des propos qu'ils n'ont jamais tenus, ou revêtant une signification autre. Preuve que le bonhomme est un manipulateur de textes acharné.

De fait, le discours de Michel Boibouvier relève de la propagande. Pas de l'Histoire.

Ainsi, Michel Boisbouvier continue, ad nauseam, d'arguer d'un prétendu traitement de faveur de la France qui découlerait, selon lui, d'une stratégie de Vichy.

Ce faisant, il met sur le même plan des logiques d'occupation tout à fait différentes, tant en ce qui concerne la "Solution finale", que la répression stricto sensu. Il est essentiel, sur ce dernier point, de consulter le livre de Gaël Eismann, Hôtel Majestic, paru chez Tallandier en 2010, et qui démontre, d'une part, que la répression en France a été plus forte que dans tous les territoires occupés de l’Ouest, et ce, d'autre part, parce que les Allemands savaient pouvoir compter sur l’appui du gouvernement pétainiste (voir ma recension).

En vérité, la France a été littéralement pressurisé par l'occupant, d'où la pénurie alimentaire (voir également cet article), voire la famine.

A ce titre, Michel Boisbouvier déforme, comme toujours, les conclusions de l'historiographie, en particulier celles de Léon Poliakov.

De la même manière, il agite comme un hochet une phrase maladroite de La Destruction des Juifs d'Europe, de Raul Hilberg, et que dément en fait l'exposé de cet historien relatif à la "Solution finale" en France (j'y reviendrai un jour de manière encore plus fouillée, si l'occasion m'en est donnée).

Totalement incapable de réfuter ces rappels historiques (et pour cause), Michel Boisbouvier fait diversion. Il s'appuie sur l'absence de révision de ces deux petites phrases par ces deux historiens dans leurs ouvrages respectifs pour alléguer qu'ils auraient en fait maintenu des conclusions favorables à Vichy.

Mais de telles phrases, comme je le montre, ne sauraient avoir la signification que Michel Boisbouvier leur prête, malgré leur indéniable maladresse.

Par ailleurs, Poliakov n'a jamais revu ni corrigé son texte (j'ai vérifié, à la différence de Michel Boisbouvier qui ne se fonde que sur... wikipedia !), tandis que Hilberg, probablement dépassé par l'ampleur de son oeuvre, n'a pas cru bon de rendre son exposé plus cohérent, ce qui implique davantage une certaine paresse de sa part, plutôt qu'un souci de réhabiliter Vichy, dans la mesure où telle n'était certainement pas son intention (cf. lien supra).

Enfin, Michel Boisbouvier, bizarrement obsédé par ma personne, me prête, sur ce point, un argument qui n'est pas le mien. Selon lui, j'aurais affirmé que les rééditions de ces deux ouvrages étaient effectuées sans l'aval de l'auteur, ce qui expliquerait l'absence de modification desdites petites phrases. En fait, cette objection - au demeurant exacte en soi - a été justement opposé par un autre contributeur, comme je l'avais d'ailleurs rappelé sur ce forum. Michel Boisbouvier n'en a pas moins répété son allégation mensongère comme si de rien n'était.

Il en ressort :

- que Michel Boisbouvier dénature les travaux d'historiens;
- qu'il est incapable de réfuter des rappels historiques disséquant ses magouilles...
- ... autrement qu'en déformant les propos de ses contradicteurs, et en répétant les mêmes inexactitudes déjà réfutées.

Ce qui ne surprend nullement, dans la mesure où Michel Boisbouvier a déjà falsifié un ouvrage de Serge Klarsfeld, sachant que je ne suis pas le seul à l'avoir constaté.

Michel Boisbouvier, pour étayer ses théories sur la "stratégie" de Vichy, affirme, en outre:

- que la police française, subordonnée au-to-ma-ti-que-ment à l'occupant, était obligée d'effectuer les rafles antisémites,

- mais qu'en négociant avec les nazis, le Secrétaire général à la Police française, René Bousquet, maître d'oeuvre des rafles antisémites de l'été 1942, aurait réussi à reprendre le contrôle des forces de l'ordre aux Allemands, pour mieux sauver des Juifs français - en livrant, à leur place, des Juifs étrangers, ce qui est héroïque selon Michel Boisbouvier.

Le problème est que c'est l'exact contraire qui est vrai:

- Vichy était disposé à se débarrasser de la totalité des Juifs de France, mais en commençant par les Juifs étrangers, pour éviter de froisser d'emblée l'opinion publique - voir mon article ;
- de leur côté, les Allemands avaient besoin de conclure un accord avec la police française pour effectuer les rafles massives de 1942 ;
- c'est pourquoi, avant même de rencontrer Bousquet, les S.S. étaient résolus à lui laisser la direction de la police française pour perpétrer lesdites rafles, comme l'atteste formellement le témoignage de Karl Oberg, responsable de la sécurité en France - voir mon article, que Michel Boisbouvier a, bien sûr, été incapable de contredire.

Là encore, Michel Boisbouvier - c'est un comble! - prétend que j'aurais moi-même fourni des éléments nourrissant son "argumentaire".

En effet, selon lui, Oberg aurait confirmé les "habiles négociations" (!) de Bousquet, lequel, affirme Michel Boisbouvier, aurait réussi à émouvoir Heydrich et lui aurait arraché la libre disposition de la police française (re-!).

Or, le témoignage d'Oberg réfute catégoriquement cette allégation, dans la mesure où Oberg rappelle, au contraire, que Bousquet n'a rien obtenu que ce que les Allemands étaient déjà disposés à lui accorder, et qu'ils avaient notamment résolu, avant de le rencontrer, de lui laisser le contrôle de la police française, préférant collaborer plutôt que contraindre - voir le témoignage.

Sur ce même sujet, Michel Boisbouvier a travesti les termes de l'échange pour se tirer de ce mauvais pas. Sans succès.

Michel Boisbouvier a également raconté n'importe quoi sur des rafles antisémites perpétrées en 1941.

Michel Boisbouvier a, d'ailleurs, fini par admettre, après une vingtaine de relances (!) que Himmler avait "assez d'autres problèmes plus urgents à résoudre et qu'il n'a pas envie d'en créer un autre qui lui mettra sur le dos un grand territoire à gérer directement au lieu de le laisser administrer par des gouvernements opportunistes" : c'était démontrer (involontairement, de sa part), que les Allemands ne pouvaient imposer leurs vues à la police française pour rafler les Juifs.

Fidèle à ses manipulations, Michel Boisbouvier use et abuse d'une accusation de "renardise" proférée par le S.S. Knochen à l'encontre de Pétain. Il suffira de consulter le document original intégralement reproduit par mes soins, et mes commentaires, pour voir de quoi il retourne.

Même topo s'agissant des remarques de Michel Boisbouvier sur un coup de colère d'Adolf Eichmann, qu'il attribue, on ne sait pourquoi, à une imaginaire politique d'obstruction vichyste.

Michel Boisbouvier persiste également dans ses délires sur l'inepte "mission Rougier", qui camouflerait selon lui un double-jeu de Pétain.

Il insiste également, à tort, sur une prétendue connivence entre Pétain et De Gaulle, réhabilitant la thèse imbécile de "l'épée et du bouclier".

Bref, il manifeste une ignorance très nette de la réalité des années quarante.

Il s'efforce également de prendre la défense de la Milice, au mépris caractérisé de la vérité historique - voir ici, ici et .

De tels errements, historiques autant qu'idéologiques, ne sauraient cependant surprendre, disais-je, dans la mesure où Michel Boisbouvier a contesté l'authenticité du Journal d'Anne Frank.

Il est vrai que, le 9 octobre 1942, Anne Frank écrivait dans son Journal : "Nous n’ignorons pas que ces pauvres gens [les Juifs raflés] seront massacrés. La radio anglaise parle de gazages ["De Engelse radio spreekt van vergassing"]... Peut-être est-ce encore le meilleur moyen de mourir rapidement. J’en suis malade..." Un tel passage pulvérise, en effet, la théorie selon laquelle l'opinion publique était de nature à ignorer l'existence de l'extermination des Juifs et des chambres à gaz - voir mon article et les liens correspondants.

Cet épisode démontre également que Michel Boisbouvier, sans aller jusqu'à nier la réalité de l'extermination des Juifs (et pour cause, ce serait remettre en cause sa théorie occasionnelle du sauvetage pétainiste), n'hésite pas à faire un bout de chemin avec les négationnistes lorsque leurs intérêts convergent.

Michel Boisbouvier reprend également à son compte des théories antisémites lorsqu'il évoque le Décret Crémieux.

Et lorsqu'il ne peut plus nier le crime, il l'attribue, non pas à Vichy, mais... à la IIIème République.

Bref, "erreurs" répétées, mauvaise foi, manipulations: rien de ce qu'écrit Michel Boisbouvier ne doit être pris au sérieux avant d'avoir été soigneusement vérifié, tout de ce qu'il affirme est de nature à relever de l'arnaque caractérisée.

Pour finir, Michel Boisbouvier prétend que j'aurais joué un rôle dans son exclusion du forum Livresdeguerre.net. Il n'en est rien, dans la mesure où je ne suis pas soumis à un traitement de faveur de la part de la modération, et où je préparais d'autres réfutations (portant sur la place de la France dans l'économie de guerre nazie, et le travail obligatoire) lorsque l'expulsion de ce thuriféraire vichyste a été rendue publique.

Mais, comme je l'ai déjà indiqué, Michel Boisbouvier est un brillant élève du Chevalier noir des Monty Pythons.

Et la mythomanie lui est probablement utile pour digérer la déconfiture lamentable de son intervention sur le forum Livresdeguerre, fiasco intégral dont je suis loin d'être le seul responsable, d'autres intervenants ayant copieusement explosé les allégations du bonhomme, de Francis Deleu à "13ème DBLE", de Jacques Ghémard à "Herbefol", de François Delpla à "Lebel"...

Dernière précision : j'ai fini par acheter (d'occasion, et pas cher) le bouquin de Michel Boisbouvier. Que ceux qui s'en sont abstenus se rassurent : il l'a intégralement copié-collé (dans tous les sens du terme) sur les espaces de discussion où il est intervenu. L'ouvrage, au demeurant, est une véritable catastrophe méthodologique.

Normal : son auteur est vichyste.

*** / ***

lue 3062 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Méthode ? de René CLAUDE 09 mars 2011 12h47
2 Bien d'accord de Nicolas Bernard 09 mars 2011 15h13
3 Cherche volontaire(s) de Francis Deleu 09 mars 2011 15h58
4 Sur ces 80 %... de Nicolas Bernard 10 mars 2011 23h58
5 Bel effort collectif de françois delpla 11 mars 2011 07h09
5 "Donne-moi ta montre, je te donnerai l'heure" de Francis Deleu 11 mars 2011 14h46
5 L'article initial de Nicolas Bernard 11 mars 2011 15h09
6 Les Sperr-Betriebe de Francis Deleu 11 mars 2011 18h08
7 Les accords Speer-Bichelonne : un Munich économique de Nicolas Bernard 15 mars 2011 16h39

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Vichy dans la "Solution finale"

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes