Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

La France de l'entre-deux-guerres / Claude Fohlen

En réponse à -17 -16 -15 -14 -13 -12 -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1en Sarre, ai-je dit ! de françois delpla

En Sarre, donc... de M. B. le mardi 08 décembre 2009 à 22h30

Bonsoir François,

Je constate donc, et prends bonne note, que c'est sur la question de la Sarre que tu observes une proximité immédiate entre les politiques menées par B. et de L. et non pas, plus largement, sur l'attitude respective des deux hommes vis-à-vis de l'alliance russe.

Pour ma part, je note une chose : Barthou élude la question sarroise à l'été 1934 et repousse le problème tout en insistant pour que l'éventualité d'un second plébiscite soit envisagée. Laval, plus tard et dans des conditions très différentes, j'en conviens, ira beaucoup plus loin en expliquant directement à l'ambassadeur allemand - et pas seulement à lui - qu'il est personnellement favorable au retour de la Sarre à l'Allemagne.

Cela s'explique très bien. Refuser le plébiscite en Sarre immédiatement après la note du gouvernement français de mars 1934, c'est immédiatement se mettre à dos Berlin que l'on consulte sérieusement afin d'obtenir si ce n'est son ralliement, du moins celui de la Pologne au projet de pacte oriental en discussion.

Agir de la sorte signifiait également se couper définitivement du Royaume-Uni dont on attend non pas un ralliement enthousiaste à la proposition française mais à tout le moins une bienveillante neutralité. Londres fera d'ailleurs en cette affaire le "minimum syndical" auprès de ses clients traditionnels en Europe (cf Le projet de pacte oriental).

En somme, Barthou avait tout intérêt à ne surtout pas lever cette difficulté qu'était le plébiscite de la Sarre qui risquait effectivement de plomber ses efforts pour conclure une alliance générale dans l'est européen. Une fois l'alliance de revers conclue (qu'elle soit d'ailleurs globale ou limitée à l'URSS), la question sarroise devenait secondaire.

Amitiés,

*** / ***

lue 1207 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 qui dit Sarre dit noeud de françois delpla 09 déc. 2009 13h26

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur La France de l'entre-deux-guerres

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes