Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

La France de l'entre-deux-guerres / Claude Fohlen

En réponse à -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1elle penche dangereusement en ma faveur ! de françois delpla

Au risque de me répéter... de M. B. le dimanche 06 décembre 2009 à 21h41

Une chose est pourtant claire : dès que Laval prend les rênes du Quai d'Orsay, l'inflexion de la politique étrangère de la France est sensible : il cherche à ménager une Allemagne contrariée par les initiatives françaises et à limiter l'engagement de Paris aux côtés de l'URSS ; ce que confirment les contemporains du moment (Léon Noël ou encore Litvinov qui s'inquiète des lenteurs françaises).

D'ailleurs, si à partir de mars 1935 - après un temps-mort relatif - de difficiles négociations sont relancées avec Potemkine (au cours desquelles le caractère automatique de l'assistance mutuelle est remis en cause), c'est bien à la suite de la décision allemande de rétablir le service militaire qui appelait une réaction - aussi modeste soit-elle - à ce qui est apparu aux yeux de l'opinion comme une provocation.

>Reste à lui donner un prolongement militaire et tout le monde sait que c'est délicat [...] en raison de la nécessité d'une entente avec la Pologne, elle-même alors très proche de Berlin.

Mais c'est justement en grande partie parce qu'une entente avec la Pologne s'était avérée impossible à négocier à l'été 1934 qu'avait été finalement abandonné le pacte oriental et lui avait été préférée l'alliance directe avec Moscou...

Et c'est bien l'absence de toute convention militaire - lacune étrange pour un traité d'assistance mutuelle - qui finit d'achever la crédibilité de l'engagement ; ce dont tout le monde est très conscient.

Présenter Laval comme le partisan d'un ferme endiguement de l'Allemagne au milieu des années trente me semble surprenant et tout à fait contraire à la réalité de ses initiatives politiques. Je le crois plutôt proche des conceptions britanniques, c'est-à-dire partisan d'un dialogue franc avec l'Allemagne. Il apparaît également décidé à faire un pas résolu en direction de Rome pour se prémunir éventuellement de Berlin. Mais il est surtout peu intéressé par les alliances orientales de la France qu'il méconnaît.

*** / ***

lue 1159 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Certes de d.zambon 06 déc. 2009 22h10
2 La politique étrangère de Laval de M. B. 06 déc. 2009 22h59
3 discussion capitale ! de françois delpla 07 déc. 2009 07h03
4 Quelques éléments de M. B. 07 déc. 2009 22h14
5 nuançons les nuances ! de françois delpla 08 déc. 2009 11h07
6 Vaste débat... de M. B. 08 déc. 2009 15h49
7 en Sarre, ai-je dit ! de françois delpla 08 déc. 2009 16h55
8 En Sarre, donc... de M. B. 08 déc. 2009 22h30
9 qui dit Sarre dit noeud de françois delpla 09 déc. 2009 13h26
7 Laval, le pragmatique de Boisbouvier 09 déc. 2009 05h52
8 "Le pragmatisme est le mot qui résume Laval" de Nicolas Bernard 09 déc. 2009 09h47
9 Pourquoi les adopter si les parents sont toujours vivants ? de Jacques Ghémard 09 déc. 2009 10h09

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur La France de l'entre-deux-guerres

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes