Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

La France de l'entre-deux-guerres / Claude Fohlen

En réponse à -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1deux faits, en particulier, sont têtus de françois delpla

Chronologie ? de M. B. le dimanche 06 décembre 2009 à 16h17

>l'interruption de ses efforts dans cette direction est induite par le pacte naval anglo-allemand du 18 juin 1935

Je rappelle que le pacte franco-soviétique est signé en mai 1935, c'est-à-dire avant le pacte naval anglo-allemand (négocié lui dans le plus grand secret entre Londres et Berlin). Les "efforts" du ministre n'ont donc en rien été ruinés : ils étaient déjà derrière lui...

Dès décembre 1934, au Sénat, Laval s'éloigne déjà de la ligne définie par son prédécesseur en évoquant la nécessité de renouer le dialogue avec Berlin.

Léon Noël lui-même explique dans Les illusions de Stresa. L'Italie abandonnée à Hitler que Laval souhaitait le retour de la Sarre au Reich. Celle-ci, intervenant en janvier 1935, fut d'ailleurs l'occasion pour Hitler de signifier publiquement qu'il n'avait désormais plus aucune revendication territoriale vis-à-vis de la France : c'était là un beau succès pour le ministre.

Et si Laval signe effectivement le pacte franco-soviétique en mai c'est surtout parce que le cabinet Doumergue ne tient que grâce à l'appui des radicaux qui y tiennent particulièrement...

Dans ce contexte, la politique étrangère de Laval me semble au contraire très cohérente : aboutir à un accord avec l'URSS (nécessaire pour des questions de politique intérieure) mais sans se brouiller avec Berlin et préférer aux alliances lointaines de l'est européen une entente directe avec les voisins immédiats de la France.

Comme d'autres, Laval s'est laissé piégé par Hitler dont les ambitions ont été systématiquement sous-évaluées.

*** / ***

lue 1165 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 elle penche dangereusement en ma faveur ! de françois delpla 06 déc. 2009 20h09
2 Au risque de me répéter... de M. B. 06 déc. 2009 21h41
3 Certes de d.zambon 06 déc. 2009 22h10
4 La politique étrangère de Laval de M. B. 06 déc. 2009 22h59
5 discussion capitale ! de françois delpla 07 déc. 2009 07h03
6 Quelques éléments de M. B. 07 déc. 2009 22h14
7 nuançons les nuances ! de françois delpla 08 déc. 2009 11h07
8 Vaste débat... de M. B. 08 déc. 2009 15h49
9 en Sarre, ai-je dit ! de françois delpla 08 déc. 2009 16h55
10 En Sarre, donc... de M. B. 08 déc. 2009 22h30
11 qui dit Sarre dit noeud de françois delpla 09 déc. 2009 13h26
9 Laval, le pragmatique de Boisbouvier 09 déc. 2009 05h52
10 "Le pragmatisme est le mot qui résume Laval" de Nicolas Bernard 09 déc. 2009 09h47
11 Pourquoi les adopter si les parents sont toujours vivants ? de Jacques Ghémard 09 déc. 2009 10h09

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur La France de l'entre-deux-guerres

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes