Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

La France de l'entre-deux-guerres / Claude Fohlen

En réponse à -16 -15 -14 -13 -12 -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Vaste débat... de M. B.

en Sarre, ai-je dit ! de françois delpla le mardi 08 décembre 2009 à 16h55

pour ce qui est du papier à cigarettes qu'on ne ferait pas passer entre Barthou et Laval.

C'est super, la Sarre. Un bon vrai gage. La France est tenue par le traité de Versailles d'y faire en 1935 un plébiscite à trois réponses possibles : maintien de l'administration française sous mandat SDN, rattachement à la France, rattachement à l'Allemagne.

Puisque Hitler viole le traité par son réarmement clandestin comme le nez au milieu de la figure, et plus encore par sa désertion de la SDN en octobre 33, il n'y aurait vraiment pas beaucoup d'inconvénients à ce que la France dise : pas d'assagissement, pas de plébiscite.

Lorsque Barthou adopte une politique plus dure, en avril 34, ce serait exactement le moment. C'est à lui de dire si la France va organiser la consultation... et il dit qu'elle va le faire. Que pourrait donc faire Laval, lui succédant trois mois et quelques avant le vote ? Renier brutalement la parole de la France, sans aucun fait nouveau ? Car on est dans une période où Hitler fait patte de velours, un peu comme au moment des JO deux ans plus tard : il va attendre d'avoir engrangé la Sarre pour annoncer en même temps le service militaire et le réarmement aérien.

Si, tout de même, Laval fait quelque chose : là où les antinazis, notamment socialistes ou communistes, se battent contre les moulins à vent pour peser sur le résultat du vote, au moins Laval se désintéresse de cette cause perdue et les 90% pour l'Allemagne ne ridiculisent pas la France.

Quant à l'alliance russe, elle est signée à point nommé pour produire le maximum d'effet. Accuser Laval d'avoir traîné les pieds, c'est vraiment noyer son chien.

*** / ***

lue 798 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 En Sarre, donc... de M. B. 08 déc. 2009 22h30
2 qui dit Sarre dit noeud de françois delpla 09 déc. 2009 13h26

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur La France de l'entre-deux-guerres

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes