Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

La France de l'entre-deux-guerres - Claude Fohlen
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis n'a rien trouvé dans :

Au risque de me répéter... de M. B. le dimanche 06 décembre 2009 à 21h41

Une chose est pourtant claire : dès que Laval prend les rênes du Quai d'Orsay, l'inflexion de la politique étrangère de la France est sensible : il cherche à ménager une Allemagne contrariée par les initiatives françaises et à limiter l'engagement de Paris aux côtés de l'URSS ; ce que confirment les contemporains du moment (Léon Noël ou encore Litvinov qui s'inquiète des lenteurs françaises).

D'ailleurs, si à partir de mars 1935 - après un temps-mort relatif - de difficiles négociations sont relancées avec Potemkine (au cours desquelles le caractère automatique de l'assistance mutuelle est remis en cause), c'est bien à la suite de la décision allemande de rétablir le service militaire qui appelait une réaction - aussi modeste soit-elle - à ce qui est apparu aux yeux de l'opinion comme une provocation.

>Reste à lui donner un prolongement militaire et tout le monde sait que c'est délicat [...] en raison de la nécessité d'une entente avec la Pologne, elle-même alors très proche de Berlin.

Mais c'est justement en grande partie parce qu'une entente avec la Pologne s'était avérée impossible à négocier à l'été 1934 qu'avait été finalement abandonné le pacte oriental et lui avait été préférée l'alliance directe avec Moscou...

Et c'est bien l'absence de toute convention militaire - lacune étrange pour un traité d'assistance mutuelle - qui finit d'achever la crédibilité de l'engagement ; ce dont tout le monde est très conscient.

Présenter Laval comme le partisan d'un ferme endiguement de l'Allemagne au milieu des années trente me semble surprenant et tout à fait contraire à la réalité de ses initiatives politiques. Je le crois plutôt proche des conceptions britanniques, c'est-à-dire partisan d'un dialogue franc avec l'Allemagne. Il apparaît également décidé à faire un pas résolu en direction de Rome pour se prémunir éventuellement de Berlin. Mais il est surtout peu intéressé par les alliances orientales de la France qu'il méconnaît.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.05 s  3 requêtes