Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Edition du 21 décembre 2009 à 22h47

Vichy dans la "Solution finale" / Laurent Joly

 

La petite phrase de Poliakov : introduction de Nicolas Bernard le lundi 21 décembre 2009 à 22h35

S’agissant du rôle de Vichy dans la déportation des Juifs de France, l’état de l'historiographie a été parfaitement résumé par André Kaspi : « Si les trois-quarts des Juifs de France ont échappé à la déportation, le doivent-ils au gouvernement de Vichy ? Cette fois, la réponse est négative sans réserve. (André Kaspi, « Vichy a-t-il sauvé les Juifs ? » in Les Collections de l'Histoire, n°3 octobre 1998, « Auschwitz et la Solution Finale », p.56-59).

Ainsi que je l’ai déjà expliqué à plusieurs reprises, Vichy a, dès 1940, mis en œuvre contre les Juifs une politique d’exclusion, de fichage et d’expropriation, tant par antisémitisme national que par souci de plaire au nouveau vainqueur qu’était l’Allemagne hitlérienne (voir également cet article de Francis Deleu). Désireux d’expulser en premier lieu les Juifs étrangers, ce en 1942, Vichy saisit l’opportunité offerte par les Allemands, qui réclament la déportation de 100.000 Juifs de France cette même année pour les exterminer en Pologne (le chiffre sera ramené à 40.000 pour la première phase, au regard des difficultés de transport ferroviaire) et conclut avec Berlin l’accord suivant : 40.000 Juifs étrangers, enfants inclus, devront être arrêtés par la police française en zone occupée et en zone « libre », internés et livrés aux Allemands. Le sort des Juifs français reste en suspens. Mais les rafles de juillet-août 1942 scandalisent l’opinion, qui pousse Vichy à réduire ses prétentions après une tentative de répression qui tournera court.

De fait, le gouvernement français va durcir son refus de livrer les Juifs français, tout en poursuivant, au cours de l’automne, les rafles de Juifs étrangers. Les revers militaires de l’Axe encouragent de moins en moins l’Etat français à se compromettre (notamment sur la question des dénaturalisations), rendant plus difficiles les opérations nazies contre les Juifs, même si au total 75.000 Juifs de France périront assassinés. Vichy ne mène, par ailleurs, aucune stratégie de sauvetage organisé, se bornant, en 1943-1944, à réduire sa participation aux rafles. Les sauvetages sont en fait le résultat d’une multitude d’actions individuelles courageuses, qui ne doivent rien à une planification élaborée par le clan Pétain-Laval.

L’historiographie a longtemps été lacunaire sur cette thématique, comme le rappelle pertinemment Michael Marrus (« Vichy et les Juifs : quinze ans après », in La France sous Vichy. Autour de Robert O. Paxton p. 49-62). Il a en effet fallu du temps pour franchir la muraille des passions, et tirer parti des archives françaises, allemandes, et même américaines, à l’instar de Serge Klarsfeld ou Robert Paxton, Asher Cohen ou Renée Poznanski. Jusque là, les thuriféraires du régime de Vichy avaient réussi à exploiter les zones d’ombre de la recherche, s’efforçant de réhabiliter l’Etat français en se lançant dans une pointilleuse comptabilité censée démontrer que le « bouclier » de Pétain aurait finalement été efficace…

A ce titre, les thuriféraires vichystes soulignent un fait exact, à savoir que les trois quarts des Juifs de France ont échappé à la déportation. De ce postulat, ils affirment, sans évidemment le démontrer, que le responsable d’un tel « taux » de sauvetage n’est autre que Vichy, affirmation dont les historiens ont fait litière. Mais ces avocats d’une cause perdue ont tenté de récupérer à leur profit l’une des premières études consacrées à la « Solution finale » à l’échelle européenne, pour en dénaturer le sens, et surtout sans tenir compte des prises de position ultérieures de son auteur. Je veux parler du Bréviaire de la Haine de Léon Poliakov.

Léon Poliakov, qui avait pu échapper aux déportations en 1942 grâce à des compatriotes qui avaient eu le courage de le cacher, avait entrepris, après la guerre, de retracer l'histoire de l'antisémitisme à travers les âges. Son livre Le Bréviaire de la Haine. Le IIIème Reich et les Juifs , paru chez Calmann-Lévy en 1951, avait tenté de dresser un premier état des lieux de l'extermination des Juifs pendant la Deuxième Guerre Mondiale, à une période où tous les témoins ne s'étaient pas exprimés, où toutes les archives n'avaient pas été compulsées, ce qui explique les lacunes de son travail, lacunes qu'il ne contestait d'ailleurs pas.

Poliakov, sur le régime de Vichy, avait notamment écrit que « du sort relativement plus clément des Juifs de France, Vichy fut le facteur prépondérant » (p. 268 de mon édition, c'est à dire Le Livre de Poche, 1974). Cette seule et unique phrase a longtemps été utilisée par les thuriféraires du Maréchal Pétain pour tenter de réhabiliter ce dernier, le plus souvent en arguant de la judéité de Poliakov - révélant par là un antisémitisme insidieux.

Cette récupération d'une phrase isolée d'un livre de plusieurs centaines de pages ne témoignait pas d'une grande rigueur - et pour cause, car la propagande ne s'embarrasse pas de rigueur - et se révélait problématique à plusieurs titres. Car même si Le Bréviaire de la Haine représentait l'état de l'historiographie en 1951, Poliakov n'était pas aussi favorable à Vichy que la petite phrase recyclée par les pétainistes le laissait entendre (I), outre que Poliakov a eu l’occasion de préciser par la suite son opinion sur le rôle de l’Etat français dans la « Solution finale » (II).

*** / ***

lue 2912 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 La petite phrase de Poliakov : I. Le Bréviaire de la Haine (1951) de Nicolas Bernard 21 déc. 2009 22h38
2 La petite phrase de Poliakov : II. Les écrits postérieurs de Nicolas Bernard 21 déc. 2009 22h39
3 La petite phrase de Poliakov : conclusion de Nicolas Bernard 21 déc. 2009 22h40
4 Merci... de Herbefol 21 déc. 2009 23h34
5 Quelle avalanche. de Boisbouvier 22 déc. 2009 01h37
6 En effet de Nicolas Bernard 22 déc. 2009 11h07
4 Bravo ! de 13emeDBLE 21 déc. 2009 23h39
5 DAK de Herbefol 21 déc. 2009 23h50
6 Moi de même de Nicolas Bernard 21 déc. 2009 23h56
7 pas tout de suite... de 13emeDBLE 22 déc. 2009 08h58
6 le papier a été publié dans Histomag'44 n°73 de 13emeDBLE 26 mars 2012 09h35
3 Pas trop dur ? de Boisbouvier 22 déc. 2009 01h34
4 "Laval ne pouvait ignorer que les enfants déportés étaient voués à la mort" de Nicolas Bernard 22 déc. 2009 10h38
5 Poliakov a vécu Vichy dans son Oflag de Diogene 25 mars 2012 23h06
3 Question de Boisbouvier 22 déc. 2009 12h07
4 Ha non ! de Jacques Ghémard 22 déc. 2009 12h36
4 Questions stupefiantes .... de Laurent Laloup 22 déc. 2009 12h47
5 Poliakov commet l'anachronisme de Boisbouvier 22 déc. 2009 15h08
6 Boisbouvier : sourd et aveugle de Francis Deleu 22 déc. 2009 16h04
7 J'ai déjà répondu ! de Boisbouvier 22 déc. 2009 16h31
8 Tracas administratifs ? de Francis Deleu 22 déc. 2009 17h17
9 Toujours l'anachronisme de Boisbouvier 22 déc. 2009 18h00
10 Toujours la même rengaine.... de Laurent Laloup 22 déc. 2009 19h17
10 Anachronisme personnifié de Francis Deleu 22 déc. 2009 21h40
11 On se calme ! de Boisbouvier 23 déc. 2009 06h30
12 Disons qu'il y a pourtant de quoi de Nicolas Bernard 23 déc. 2009 10h43
6 reparlons de Helbronner de Léon BEL 22 déc. 2009 21h12
7 Vae victis ! de Boisbouvier 23 déc. 2009 06h03
8 Il se contredit dans le même fil ! de Nicolas Bernard 23 déc. 2009 10h42
4 Erreurs à la chaîne ! de Nicolas Bernard 22 déc. 2009 21h40
5 Ne pas donner prise à la propagande de l'ennemi de Boisbouvier 23 déc. 2009 06h23
6 La dénaturation de mes propos ne vous rend pas plus crédible de Nicolas Bernard 23 déc. 2009 10h11
4 Et l'ex-anonyme se contredit (one more time !) de Nicolas Bernard 22 déc. 2009 21h48
5 Le meilleur signe de Boisbouvier 23 déc. 2009 06h35
6 Contradiction persistante... de Nicolas Bernard 23 déc. 2009 10h22
2 Pauvre Nicolas ! de Boisbouvier 22 déc. 2009 01h28
3 c'est un peu court comme réponse... de 13emeDBLE 22 déc. 2009 08h56
4 Logorrhée révélatrice. de Boisbouvier 22 déc. 2009 12h11
5 Concision ? de Francis Deleu 22 déc. 2009 13h32
5 Nicolas Bernard argumente... de M. B. 22 déc. 2009 13h41
6 le procédé de M. Boisbouvier de Léon BEL 22 déc. 2009 14h40
7 Ingrât ! de Boisbouvier 22 déc. 2009 15h02
8 Mise au point de Léon BEL 22 déc. 2009 17h05
6 Exactement de Herbefol 22 déc. 2009 18h07
7 Vive le cadrage. de Boisbouvier 22 déc. 2009 18h51
8 Recadrons ! de Francis Deleu 22 déc. 2009 19h09
9 Ça alors ! de Boisbouvier 22 déc. 2009 19h39
1 Soyez beau joueur de Boisbouvier 22 déc. 2009 01h11
2 The looser is.... de Laurent Laloup 22 déc. 2009 10h41
3 Record absolu ! de Francis Deleu 22 déc. 2009 12h47
2 Le Chevalier noir persiste et signe ! de Nicolas Bernard 22 déc. 2009 11h04

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Vichy dans la "Solution finale"

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.02 s  5 requêtes