Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Vichy dans la "Solution finale" / Laurent Joly

En réponse à -3 -2
-117-18 juillet 1942 : Himmler inspecte Auschwitz de Nicolas Bernard

19 juillet 1942 : le premier convoi part de Drancy pour Auschwitz de Nicolas Bernard le lundi 14 décembre 2009 à 17h36

On ne saurait se limiter au véritable camp d'internement que sera le Vélodrome d'Hiver. Car avant Auschwitz, il y a Drancy, il y a Pithiviers, il y a Beaune-la-Rolande, ces camps d'internement où sont déjà parqués des milliers de Juifs étrangers, ces camps qui vont servir d'antichambres aux sites d'extermination.

Drancy, surtout : sur les 43 convois qui quittent la France en 1942, 6 partent de Pithiviers, 2 de Beaune-la-Rolande, 2 de Compiègne, 1 d’Angers, tous les autres de Drancy (Kaspi, op. cit., p. 256). Drancy est en effet le camp principal, les autres ses annexes chargées de recevoir le trop plein de déportés. Dans des conditions sanitaires déplorables, plusieurs milliers de Juifs étrangers y pourrissaient de faim et de soif depuis 1941. Ils seront relayés par les Juifs arrêtés par milliers en juillet 42.

L’arrivée des premiers déportés à Drancy, le 19 juillet 1942, a été relatée par M. Falkenstein (cité in Tillard/Lévy, op. cit. p. 149-150) : "Ce que furent ces premiers jours est indescriptible. Les femmes et, en général, les nouveaux arrivants, furent littéralement parqués dans certains escaliers avec défense stricte d’en sortir pour elles et défense d’y entrer pour les hommes, sauf quelques-uns dont j’étais, porteurs d’un Ausweis et faisant partie des équipes de cuisine ou de matériel. Les problèmes d’hygiène posés par la présence des femmes, dont plusieurs étaient enceintes et dont d’autres avaient leurs règles, étaient impossibles à résoudre puisque l’eau manquait et qu’il était interdit de sortir dans la cour au fond de laquelle se trouvaient les cabinets. Les crises de nerf, les tentatives de suicide et les suicides effectifs furent innombrables. Je me souviens, en particulier, d’un jour de fin juillet où, sortant de la cuisine où je dormais, j’ai vu tomber, en l’espace de quelques secondes, trois corps des étages supérieurs s’écrasant avec un bruit mat sur les toits débordants des locaux du rez-de-chaussée."

Le niveau de vie est plus que déplorable, mais les internés s’organisent, malgré le peu de temps qu’il leur reste à passer dans le camp avant le départ pour Auschwitz. André Kaspi écrit (op. cit., p. 266) : "Le ‘château rouge’ entre les bâtiments perpendiculaires, au bout de la cour, près de la sortie, sert de latrines. Dans une baraque de l’autre côté de la cour, parallèlement au bâtiment longitudinal, les nouveaux arrivants (et plus tard les internés qui sont sur le point d’être déportés) sont fouillés. La cour elle-même se transforme en centre vital : on s’y promène, on y subit les appels, on y déverse les nouveaux venus, on y embarquera ceux qui partiront ‘vers une destination inconnue’. En 1943, Brunner [l'un des responsables de la Gestapo chargé de la "Solution finale" en France, en 1943] fait cimenter une partie de la cour et semer en son centre une pelouse. Entre-temps, des internés ont aménagé les fenêtres et les portes pour limiter l’entrée du vent et l’air froid."

Les gendarmes des camps adoptent à l’égard des détenus des comportements variables. Les uns font preuve de la pire des brutalités, les autres extorquent les internés, d’autres encore en viennent à ressentir de la compassion face à ces familles détruites par les rafles. Mais il n’y a pas, ou trop peu, de soutien avéré aux déportés. Selon Georges Wellers, survivant de Drancy, "la grande masse des gendarmes n’était ni bonne, ni mauvaise, mais suivait aveuglément les ordres de ses chefs. D’autant plus lourde est la responsabilité des chefs qu’était plus grande leur importance dans le camp." (cité in Tillard/Lévy, op. cit., p. 165)

Et Théo Bernard (ibid.) : "Le gendarme a cependant compris très vite, dans une large proportion, le parti pécuniaire qu’il pouvait tirer du besoin des détenus de se ravitailler, de fumer et de correspondre. Lorsque les gendarmes vendaient 2.000 francs le paquet de gauloises, ou passaient une lettre clandestinement moyennant 500 francs, ils appréciaient leurs ‘clients’ d’un point de vue tout différent de celui de l’antisémite. L’évasion elle-même était tarifée, et les marchandages avec eux étaient bien exclusifs de toute passion partisane."

J'ai exposé dans cet article quelques éléments sur le calendrier des déportations de l'été 1942, lequel article explosant d'ailleurs moult bobards de l'ex-anonyme (ce qui explique qu'il ait été dans l'incapacité d'y répondre).

*** / ***

lue 2120 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Les enfants, aussi de Nicolas Bernard 14 déc. 2009 17h51
1 Un livre pour les aveugles (2) de Francis Deleu 14 déc. 2009 18h35

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Vichy dans la "Solution finale"

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes