Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


[ 1939-45, AU JOUR LE JOUR ]
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Histoire(s) de la Dernière Guerre / collectif

En réponse à -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1C'est même illisible de Jacques Ghémard

Aucun historien ne conteste l'authenticité de Nicolas Bernard le lundi 05 octobre 2009 à 17h43

> Par contre rappeler que "des" n'est pas "les" me parait
> clair

Alors autant être encore plus clair : aucun historien ne conteste l'authenticité du compte-rendu d'Hossbach.

Par le passé, très peu, à ma connaissance, ont remis en cause ce fait (je dirais même : cette évidence). Il faut évoquer, à ce propos, le cas du Britannique A.J.P. Taylor, historien très controversé s'il en est. Certes, dans son ouvrage initial, Les origines de la Seconde Guerre Mondiale, Presses de la Cité, 1961, il admettait son authenticité. En 1979 toutefois, et sans qu'on sache pourquoi, il a changé d'avis et considéré que le document était une "forgery" (Chris Wrigley, A.J.P. Taylor. Radical historian of Europe, I. B. Tauris, 2006, p. 351). Mais Taylor, malgré les apports intéressants de sa démarche antérieure, et même si je serai beaucoup moins critique envers son livre paru en 1961 que beaucoup d'autres (quoique je rejette l'essentiel de ses thèses), s'est trop souvent trompé pour être totalement pris au sérieux (ne serait-ce que parce qu'il contestait la réalité des désirs de conquête de Hitler !).

Il est certes faux d'en faire, comme beaucoup l'ont écrit, un militant d'extrême droite, mais force est de reconnaître qu'il s'est radicalisé au cours des années 70, alors que prospérait la propagande négationniste, ce qui, à mon avis, n'est pas une simple coïncidence. Non qu'il en eût été l'un des agents, mais sa crédulité, son goût de la provocation, de même que le fait que plusieurs "arguments" (sic) de la secte correspondaient à une partie de ses prises de position - en particulier sur le document Hossbach - ont probablement abouti à ce qu'il soit piégé par leur rhétorique frelatée, et qu'il la reprenne, sur ce point, à son compte.

"Ollivier" évoquait le cas d'H.W. Koch - sans citer la source exacte du propos (et je crois savoir pourquoi il ne l'a pas citée, mais j'y reviendrai). Koch était un historien lui-même discuté (il avait notamment prétendu en 1985 que les Juifs avaient déclaré la guerre à Hitler en 1939, un classique de la propagande négationniste explosé, entre autres, par le regretté Pierre Vidal-Naquet), et avait pris en 1968 la défense de la démarche de Taylor (sans toutefois l'avaliser totalement), entreprenant de contester la pertinence de certains documents produits au procès de Nuremberg, en particulier le document Hossbach ("Hitler and the origins of the Second World War. Second thoughts on the status of some of the documents", Historical Journal, 1968/11, p. 132-135). Koch émettait des doutes sur l'authenticité, aussi bien que sur la véracité, du document, dans la mesure notamment où, selon lui, l'original était introuvable, ce qui était erroné dans la mesure où les Alliés avaient réussi à mettre la main sur le compte-rendu tapé à la machine dans les archives allemandes en 1945. Cette critique, datant de 1968, isolée et déjà peu rigoureuse à l'époque, a été définitivement réfutée par la découverte, en 1989, d'une copie conforme allemande du document (réalisée par un officier de l'O.K.W. en 1943) dans les archives britanniques. Bref, citer un machin d'un historien qui n'a pas rechigné à verser dans le nauséabond, machin vieux de quarante ans et, de fait, totalement périmé, n'est pas franchement sérieux.

En résumé, il est arrivé, voici quelques décennies, qu'une poignée d'historiens controversés (dans le meilleur des cas...) et ultra-minoritaires critique, sans aucune rigueur, l'authenticité du document Hossbach, mais à l'heure actuelle, nul spécialiste ne daigne sombrer dans ce travers. Seuls les négationnistes agissent ainsi. Et "Ollivier", mais son cas est, d'un point de vue idéologique, particulier. J'y reviendrai aussi.

*** / ***

lue 672 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Histoire(s) de la Dernière Guerre

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes