Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Pétain / Marc Ferro

En réponse à -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Partir pour l'AFN ! de Léon BEL

Velléités vichyssoises de passage en AFN de françois delpla le lundi 09 juin 2008 à 11h50

Désolé, Léon.

Doublement désolé. Qu'un interlocuteur cultivé et réfléchi fasse si peu d'efforts de compréhension... et que votre serviteur, qui a écrit des choses désobligeantes sur Pétain autant que n'importe qui, se fasse traîner dans la boue comme un pétainiste grand teint dès qu'il remet en cause une modalité de son procès, archives nouvelles à l'appui. Cela ne m'atteint guère mais oui, c'est le mot, me désole.

En l'occurrence, il s'agit des velléités que Pétain manifeste de passer en Afrique du Nord. Elles commencent tôt, puisqu'il y a même à Bordeaux des moments où il ne l'exclut pas, autour du 20 juin, quand Hitler s'amuse à faire traîner la révélation des conditions d'armistice.

Le 13 décembre (1940, jour du renvoi mouvementé de Laval) enfante la velléité la plus sérieuse, puisque le déménagement commence (le 31), par celui des internés politiques, VERS ALGER. Ils s'arrêteront à Aubenas parce que la velléité a tourné court et tout le monde parlera d'un déménagement vers Aubenas, mais la destination algérienne avait bel et bien été annoncée (et un livre de Vincent Auriol en témoigne dès 1945).

De même, en novembre 42, l'avion de Pétain est prêt.

Et c'est logique : plus d'armistice, plus de raison d'être pour un gouvernement de Vichy. De Gaulle lui-même expliquait qu'il ne comprenait pas le non-passage de Pétain en Afrique du Nord, affrontant sans crainte apparente le risque de se faire traiter d'infâme collabo par Arcole et Léon Bel.

Mais à chaque fois c'est Hitler qui le retient par le colback, en lui faisant miroiter des menaces, et donc en le confortant dans son rôle de "sauveur".

Au total, Hitler a réussi un exploit : faire gouverner à son profit le pays contre lequel il prend sa revanche par le général vainqueur de la guerre précédente. En tirer le maximum d'avantages matériels et, en prime, le rendre infâme par la livraison des Juifs.

*** / ***

lue 969 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 De la difficulté.................... de Léon BEL 09 juin 2008 13h01
2 Le point de non retour. de arcole 09 juin 2008 13h20
3 Hitler aux commandes de françois delpla 09 juin 2008 14h03
1 Velléités ? de Francis Deleu 09 juin 2008 17h20
2 deux cqa de françois delpla 09 juin 2008 17h56
3 deux cas de figure différents de françois delpla 09 juin 2008 18h00

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Pétain

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.02 s  5 requêtes