Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

La vérité sur l'affaire Pétain / Henri Guillemin

En réponse à
-1Pétain, la France et les autres dans les années 30 de Serge Desbois

Pour un partage de responsabilités. de Francis Deleu le lundi 18 octobre 2004 à 22h12

Bonsoir,

Serge Desbois nous livre une analyse exhaustive des carences de l'Armée française, ses causes et ses conséquences. Je souscris volontiers à cette analyse si ce n'est qu'en amical "avocat du diable" je partagerais les responsabilités entre les politiques et les militaires.

Au lendemain de la victoire de 14-18, l'Etat-major général entreprend l'étude d'un système fortifié - la ligne Maginot - dont les travaux débuteront en 1928-1929. Cette conception d'une doctrine militaire purement défensive soulève les réserves de Joffre et de Foch qui la juge indigne d'une armée victorieuse. En fait, c'est la vision stratégique de Pétain qui l'emporte. Vice-président du Conseil Supérieur de la Guerre, le Maréchal sera jusqu'en 1930 la plus haute autorité militaire du pays. La conception de Pétain recueille naturellement l'adhésion du pouvoir politique et de l'opinion publique dans la mesure où la stratégie de Pétain est la moins coûteuse en vies humaines et évite les errements de la Première Guerre mondiale c'est-à-dire les offensives sanglantes et ruineuses et bien souvent inutiles. La volonté d'éviter à tout prix les sacrifices de 14-18 jouera un rôle important dans l'élaboration de la stratégie militaire. La loi d'organisation de l'armée en 1927, inspirée par Pétain, lui donne consécration. Son objet est d'assurer la protection des frontières. Daladier, alors ministre de la Guerre, pourra déclarer que
*** la nouvelle organisation de l'outil militaire (...) proclame que la France ne déclarera la guerre à aucun peuple, mais qu'elle est résolue, fermement résolue, à maintenir intactes ses frontières, à défendre son territoire, à empêcher que la guerre y soit à nouveau portée. ***
Louables intentions mais qui privent la France de toutes possibilités d'initiative offensive.... comme on le constatera, par exemple, en 1935, lors de la crise rhénane. Cette stratégie purement défensive - empêcher la guerre - est bien perçue par l'opinion publique, gagnée par le pacifisme.
Dans ce contexte, il est logique que la plupart des partis politiques rechignent à voter systématiquement pour l'augmentation des budgets militaires alors, qu'en outre, sévit la crise économique.

Bien entendu, on ne peut gommer l'instabilité des gouvernements qui se succèdent, les scandales et surtout la fracture sociale qui déchire la France dans les années 30. A l'avancée des idéologies de gauche, le communisme en particulier, s'oppose l'anticommunisme viscéral d'une droite nationaliste et conservatrice et - plus grave - l'antiparlementarisme particulièrement virulent dans les hautes sphères de l'armée exacerbée par le "désordre". Serge Desbois nous en a brossé les aspects les plus révélateurs pour encore nous y attarder. Toujours en amical "avocat du diable", je propose deux slogans qui résument férocement le climat de l'époque. Au slogan communiste "Hitler n'est qu'un prétexte" s'oppose le slogan qui courrait dans le corps des officiers "Plutôt Hitler que Blum".

La stratégie militaire.
Elle est celle de Pétain prônant un front continu - la ligne Maginot - obstacle sur lequel se briseront les offensives de l'ennemi.
On voit bien surgir quelques idées novatrices: celles du lieutenant-colonel de Gaulle. Son ouvrage "Vers l'armée de métier" est en opposition totale avec la doctrine officielle.
*** Six divisions cuirassées alignant 4.000 chars, armées par 100.000 hommes constitueraient une force de frappe digne de notre tempérament et de notre politique, un terrible système de mécanique, de feu, de choc, de vitesse et de camouflage. Un corps de bataille qui permettra de réagir contre la tendance actuelle qui s'enveloppe d'apparences."
Le général Maurin, ministre de la Guerre (1935), condamne l'ouvrage qui a contre lui "la logique et l'histoire".
"Nous croit-on assez fous pour aller au-devant de cette barrière de la ligne Maginot à je ne sais quelle aventure".
Les jeunes stagiaires de l'Ecole de guerre, déçus de la doctrine officielle, sont conscients que la motorisation, le char ou l'avion débouchent sur d'autres perspectives. Ils en discutent dans les couloirs. Excédé, le général Gamelin met un terme à ce débat.
*** Un peu partout, note-t-il, on discute motorisation et mécanisation. Qu'il soit bien entendu que la seule autorité habilitée à fixer la doctrine est l'Etat-major de l'armée. En conséquence, tout article et toute conférence sur ces sujets devront lui être communiqués aux fins d'autorisation. ***

Les rapports entre l'armée et le gouvernement.
Lorsque le 7 mars 1936, Hitler procède à la remilitarisation de la Rhénanie, c'est avec stupeur que les membres du gouvernement apprennent que le haut commandement ne dispose d'aucun plan offensif contre l'Allemagne et qu'une réaction même limitée se heurte à un certain nombre d'impératifs.
C'est Albert Sarraut qui affirmera *** Les hommes politiques et les chefs de gouvernement hésitaient toujours devant les intrusions dans le milieu militaire. (...) Il y avait un domaine interdit. C'est le domaine stratégique. Nous n'avions pas le droit de nous immiscer dans cette affaire. ***

Le réarmement.
Il intervient en 1935. Les mesures concernant la réduction des cadres sont rapportées. Le cabinet Flandin obtient le retour progressif à un service à deux ans. Le "programme d'armement" s'élève à 3.415 millions. Il intègre les crédits attribués et non dépensés de 1927 à 1931 mais comporte tout de même 445 millions de crédits nouveaux.
"Trop peu et trop tard" ? Nous n'entrerons pas dans les détails fastidieux ! Philippe Masson (*) dans "Histoire de l'armée française" note que si le réarmement comporte de sévères lacunes, elles sont le plus souvent liées à la responsabilité de l'armée. C'est à la suite de modifications constantes qu'un programme de rénovation de l'armement de l'infanterie est finalement mis au point....à partir de 1938 après de nombreux atermoiements. Des hésitations de même ordre concernent la DCA. C'est seulement en 1939 que l'Etat-major se rallie enfin au canon de 90 qui était à l'étude depuis 1920. Nous pourrions multiplier les exemples.
Indépendamment des armes, la faille la plus sérieuse concerne les transmissions. Allergique aux communication radio, le commandement français reste fidèle au téléphone, voire au pigeon voyageur.

Nous en resterons là (provisoirement?) après ce partage équitable des responsabilités entre l'armée et les politiques.

Bien cordialement,
Francis.

(*) Philippe Masson, auteur de "Histoire de l'armée française de 1914 à nos jours", source principale de cette contribution, est agrégé d'histoire, docteur ès lettres, professeur d'histoire et de stratégie à l'Ecole supérieure de guerre navale et, à ce titre, peu suspect de partialité.

*** / ***

lue 1544 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Voilà un rééquilibrage des responsabilités important. de René CLAUDE 18 octo. 2004 22h36
2 Une incohérence que je ne comprends pas de Jacques Ghémard 18 octo. 2004 23h06
3 La cécité des Polonais : de G.P. 19 octo. 2004 10h37
4 Je voulais dire "aveugles quand ils regardent la France ... de Jacques Ghémard 19 octo. 2004 12h24
3 incohérence des Français de Serge Desbois 19 octo. 2004 19h51
4 Roudoudou et Délurette ??? de Jacques Ghémard 19 octo. 2004 22h02
5 les deux petits personnages de Serge Desbois 20 octo. 2004 07h09
5 recommencer la guerre ? de Laurent Laloup 21 octo. 2004 08h54
1 Et ca continu.... de Laurent Boussaton 19 octo. 2004 18h37
1 Très bon résumé de Francis et très bon complément ............ de Prosper Vandenbroucke 19 octo. 2004 20h23
1 Après "et ça continue " de Laurent, ça continue... de Serge Desbois 23 octo. 2004 09h44
2 Esprit de contradiction de Jacques Ghémard 23 octo. 2004 12h41
3 Bravo cher Webmaster de Serge Desbois 23 octo. 2004 15h08
4 Webslave ... par esprit de contradiction. de Jacques Ghémard 23 octo. 2004 15h49
5 Bon à rien... de Auteur anonymé 23 octo. 2004 16h19
6 ou "Webmonster" ! de Jacques Ghémard 23 octo. 2004 18h56
2 La photo est à l'envers... de Jean-Robert GORCE 23 octo. 2004 14h44
3 Mais le plus gros handicap de l'armée française en 1940 se situait-il réellement ...... de Prosper Vandenbroucke 23 octo. 2004 16h48
4 Pour revenir aux miliatires de Jean-Robert GORCE 23 octo. 2004 17h04
5 Parce que ça on n'y pouvait rien de Jacques Ghémard 23 octo. 2004 17h15
6 Mouais... de Jean-Robert GORCE 23 octo. 2004 17h55
2 Lorsque Francis se targue de s'y connaître en mécanique blindée de Francis Deleu 23 octo. 2004 19h22
3 apres le vendee I, le vendee II... de Laurent Boussaton 24 octo. 2004 15h35
2 Syndrome de Vauban de Francis Deleu 23 octo. 2004 23h17
3 Le syndrome de Vauban de Serge Desbois 25 octo. 2004 08h26
4 Vauban aussi... de Laurent Boussaton 25 octo. 2004 11h52
4 Syndrome au glossaire de Francis Deleu 25 octo. 2004 20h55
2 de la propagande... de Laurent Boussaton 24 octo. 2004 15h30

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur La vérité sur l'affaire Pétain

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes