Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


Les Sites V1 du Nord de la France
 
 
 
 Modérateur du livre
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Edition du 18 août 2012 à 15h58

Les sites V1 en Flandres et en Artois / Laurent BAILLEUL

En réponse à -5 -4 -3 -2
-1Le livre de Dutrone de Serge Desbois

Il y avait trois « Canons de Paris » à Crépy en Laonnois de Serge Desbois le samedi 18 août 2012 à 15h50

Pour recharger un tel canon, il fallait au minimum 1/4 d’heure. Or dans la 1ère série de tirs à Crépy du 23 mars au 1er mai, plusieurs fois, les tirs sur Paris se sont succédés en moins d’un quart d’heure. Il y avait 2 canons et probablement 3

Par exemple le jour inaugural du 23 mars 1918 :
-Impacts 11 rue du Château-Landon( 11ème Arr.) à 8 h. 05 et 15 rue Charles V ( 15ème arr) à 8h 15

- 2 rue Legouvé ( 2ème Arr. ) à 9h40 et 4 rue Riquet ( 4ème Arr) à 9h 45

- ou encore 206 avenue Jean Jaurès à 11h 10 et à Pantin 59/65 rue de Paris à 11h 20 etc..

Nous l’avions appris après la reconquête du site puisque nous avions trouvé des rails entre d’une part les deux blockhaus (que nous avons photographiés récemment) et la plate-forme créditée de Plate-forme N° 1. Les rails se rendaient donc sur la plate-forme 2, voir 3 (photo suivante)

* Nous avion dit que l’Armée française avait 2 canons de 305 pour contrer à 20 km dans nos lignes, le « Pariser kanone ». En réalité il y en avait 4 ( réponse du groupe d’armée du Nord à Clemenceau qui demandait des explications sur le tir des Allemands)

Les 2 blockhaus que nous avions photographiés au Bois de l’épine non loin de l’excavation de la plate-forme N°1, était probablement le commandement de la batterie et non la réserve de projectiles car il y avait des fils électriques qui dépassait autrefois du blockhaus.( La commande des canons était électrique.)

Autre mise au point : Nous avons pu nous aventurer au « Bois de l’épine » car il n’y a plus d’interdiction. Naguère c’était un terrain militaire dépendant de la base de Laon où étaient gardées les munitions. ( Gardes, chiens policiers). Actuellement elle semble avoir été rendue à la vie civile ?

*** / ***

lue 2403 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Les « Canons de Paris » à Crépy en 1918 de Serge Desbois 20 août 2012 19h01
2 Le « Canon de Paris » dans le bois de Corbie près de Beaumont en Beine de Serge Desbois 21 août 2012 17h31
3 Erreur pour la pièce du bois de Corbie de Serge Desbois 23 août 2012 15h30

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Les sites V1 en Flandres et en Artois

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes