Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


N.d.l.R. :

Chronologie de la persécution des juifs par Vichy


Edition du 22 janvier 2010 à 23h49

Pétain - Trahison ou sacrifice ? / Michel Boisbouvier

En réponse à -5 -4 -3 -2
-1Les camps d'internement, de la République à Vichy de Nicolas Bernard

Rupture et logique d'exclusion ! de Boisbouvier le vendredi 22 janvier 2010 à 21h56

Pourtant la rupture fut bien là avec l'occupation allemande et, plus encore peut-être, avec l'installation d'un régime ultra à Vichy. De 1940 à 1942 au moins, c'est la politique de Vichy qui prévalut en matière d'internement, comme prévalut une logique d'exclusion qui fut au coeur de son projet. En cela, il y a bien une différence de nature entre la Troisième République finissante et le régime de Vichy.

Nous y voilà !
Tout y est : la politique de Vichy fut une politique d'exclusion . Puisque Paxton et Marrus l'ont dit après Hofmann, comment pourrait-il en être autrement ?
C'est devenu un article de foi pour la gauche française veuve de son marxisme défunt.
Or, rien de plus faux.
Les Juifs austro-allemands internés sous la III° République fuyant les persécutions nazies en 1939 ne différaient en rien de ceux chassés du pays de Bade par le Gauleiter Bürckel en 1940.
Il fallait, d'une part, abriter des personnes déplacées sans ressources et protéger les populations sédentaires de leurs maraudes, de l'autre. Elle n'étaient pas internées en tant que juives mais en tant que personnes déplacées tout comme les républicains espagnols à la même époque. Elles n'étaient pas internées sur ordre du ministère de l'Intérieur, mais il était laissé à l'appréciation des préfets de devoir le faire. Le mot juif, lui-même ne figura pas -à ma connaissance du moins- dans les arrêtés qui autorisèrent ces préfets à pratiquer ces internements.
Sinon comment expliquer que tant d'Espagnols non-juifs ou d'Allemands et d'Autrichiens opposants au nazisme,également non-juifs, s'y soient trouvés en même temps. Vichy n'a fait que prendre un train en marche.
Peschanski s'est laissé intoxiquer par Paxton. Un de plus. Prions pour lui !

Par ailleurs, j'aimerais que l'on me réponde. Quand les Juifs de Belgique et des Pays-Bas ont été arrêtés pour être déportés, fut-ce uniquement par des policiers allemands ou par des policiers belges et bataves les accompagnant ?

*** / ***

lue 867 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Loi du 4 octobre 1940 publiée au Journal officiel du 18 octobre. de Jacques Ghémard 23 janv. 2010 00h16

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Pétain - Trahison ou sacrifice ?

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes