Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Vichy dans la "Solution finale" / Laurent Joly

En réponse à -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Tout est faux de Boisbouvier

Déni de réalité (et dans tous les sens du terme) de Nicolas Bernard le mardi 08 décembre 2009 à 19h39

> Le refus par Vichy de laisser déporter les Juifs

Ah ? Maintenant, votre version c'est : tous les Juifs, donc, même les "apatrides immigrés" ?

Pour rappel, le 28 février 1942, Zeitschel (l'adjoint du chef de la section antijuive des S.S. en France, Theodor Dannecker) précise que le consul allemand à Vichy, Krug Von Nida, croyait que "le Gouvernement français serait disposé à faire les concessions les plus larges dans la Question juive, si on lui faisait des propositions complètes et claires" (citée in Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz. La Solution finale en France, Fayard, 2001, p. 43). Il suffirait de faire déporter 1.000 à 1.500 Juifs par mois : "Le Gouvernement français serait heureux, poursuivait le Consul, d'être débarrassé des Juifs d'une manière quelconque, sans faire trop de bruit" (Klarsfeld, op. cit., p. 44).




> s'est
> montré principalement, à deux reprises, en mai [1942]

Note du Consul général allemand Schleier du 11 septembre 1942 (citée in Serge Klarsfeld, op. cit., p. 60) :

"A l'occasion de la visite à Paris du 5 au 12 mai 1942 du Obergruppenführer Heydrich, ce dernier mentionna au cours d'une conférence avec le Chef de la Police française, le sous-secrétaire d'Etat Bousquet, que des trains de transport seraient prochainement à disposition pour évacuer les Juifs apatrides de la zone occupée, qui étaient internés au camp de concentration de Drancy, à destination de l'Est en vue d'être employés à des travaux [sic]. Bousquet demanda alors à Heydrich si les Juifs internés depuis plus d'un an et demi en zone non occupée ne pourraient pas être évacués avec les premiers. La question a été ouverte à l'époque, en raison des difficultés de transport."




> et juillet
> 42.

Ben voyons : c'est précisément la conférence du 2 juillet entre Bousquet et les représentants S.S. qui concrétise le fait de confier à la police française les rafles antisémites de zone occupée et de zone libre !

*** / ***

lue 957 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Ben voyons ! de Boisbouvier 09 déc. 2009 06h14
2 Autant en emporte la fuite en avant de Nicolas Bernard 09 déc. 2009 09h36

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Vichy dans la "Solution finale"

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes