Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

L'affaire Cicéron / François Kersaudy

En réponse à -5 -4 -3 -2
-1Un film farfelu... de René CLAUDE

mon point de vue et ses fondements de Etienne Lorenceau le jeudi 03 novembre 2005 à 23h59

Cicero

Contrairement à la thèse de Kersaudy, les Britanniques n’ont pas pu apprendre l’existence de Cicéron avant Janvier 1944 puisque Fritz Kolbe n’a remis la série de 200 documents à l’OSS de Berne concernant notamment l’espion au service des nazis que le 29 décembre 1943. Il fallait le temps de les lire, de les analyser pour en vérifier la véracité et la qualité : le Colonel McCormack bloqua la diffusion des documents qu’ils trouvaient trop bons pour être vrais. On apprend de John Waller (p 274) que la série de documents comprenait un rapport sur un avion supersonique et sur les V2. Le premier document mentionnant Cicéron était date du 4 Novembre 1943, portait la signature de von Papen et mentionnait le nom de code de Cicéron. Ainsi que de les diffuser (en temps de guerre ce type de communication pouvait prendre facilement une semaine), les Anglais n’ont donc pu en fait se rendre compte de l’existence de Cicéron qu’en février 1944 au plus tôt. Cette seule différence de date suffit à démanteler la thèse de Kersaudy : la thèse de Kersaudy (les Britanniques manipulaient Cicéron), ne tient que si les Anglais avaient connaissance de Cicero des le 4 Novembre 1943. Tel n’était pas le cas.

L’argument que Kersaudy tire de la promotion de Sir Hugh Knatchbull-Hughessen comme indication d’une possible désinformation résulte d’une erreur. Il fut félicité pour l’entrée en guerre de la Turquie au cote des allies (un enjeu très important pour Eden et Churchill), de son amitié avec son ministre de tutelle et pas d’une désinformation par des fuites dont ils ne connurent la source qu’après-guerre.

Les recherches que menèrent les Britanniques à la libération pour trouver qui se cachait derrière Cicéron montre à l’évidence qu’ils ne le manipulaient pas puisqu’ils ne le connaissaient même pas. Contrairement a ce que suggère Kersaudy (sans le dire), Nelly Knapp (la secrétaire de Moyzisch) arrive très tard sur la scène et son seul rôle d’espionnage consistera à essayer de trouver qui se cache derrière le nom de code. Elle échouera avant de passer du cote des alliés. C’est au terme des interrogations de Walter Schellenberg, de Ludwig Moyzisch et de la traductrice allemande des documents que l’on a pu mesurer l’ampleur des dégâts… et en dissimuler la magnitude. Il est clair en tout cas que les Britanniques n’ont pas manipulé Cicéron et les historiens Britanniques officiels (Hinsley aussi bien que Dorrill) des affaires secrètes ne le nient d’ailleurs pas.

Alors quel est le dommage réel inflige aux alliés par l’espion de Walter Schellenberg.
Tendre à faire croire -et c’est la thèse officielle des Britanniques- que les documents de Cicéro ne concernaient que l’entrée en guerre de la Turquie amène deux commentaires:
Comme Bazna ne choisissait pas les documents avant de les photographier et comme (ainsi que nous venons de le montrer) les Britanniques ne choisissaient pas les documents à des fins de désinformation, Cicero photographiait donc ce qui lui tombait sous la main. Ors ce qui lui tombait sous la main concernait les sujets chauds soumis a Sir Knatchbull-Hughessen notamment par son ministre et néanmoins ami Sir Anthony Eden. La position d’ambassadeur en Turquie indique évidemment qu’un grand nombre de documents concernait la diplomatie avec ce pays mais c’est un fait historiquement connu et prouve que les documents concernaient aussi les conférences internationales entre les alliés. Ors ces conférences reflétaient les pressions effectuées par les Américains, à la demande de Staline, pour la création d’un second front à l’Ouest grâce a un débarquement dans le nord de la France.

L’historiographe officiel des Secret Intelligence Services Britanniques (Hinsley) écrit en page 43 de son volume 3 part 2 p 43n « Le matériel compromis ne révélaient pas les plans de Overlord contrairement à ce qui a été souvent prétendu. Il y avait des références occasionnelles à Overlord dans les documents mais elle ne sauraient avoir fait plus qu’indiquer aux Allemands qu’il s’agissait d’un nom de code pour une opération amphibie à l’Ouest, probablement l’invasion principale…» On ne saurait être plus clair tout en étant ouvertement de mauvaise foi.

Les dommages sont renforcés par les capacités de décryptage fournies à Schellenberg et ses services et démontrent en effet la gêne des Britanniques sur le sujet et cette gêne elle-même est une indication. En effet les décryptages diplomatiques permirent en effet aux nazis de compléter les documents sur Overlord fournis par Cicéron.

L’histoire des pouces photographies est complété par la légende de la chevalière (photo qui n’a à ma connaissance jamais existée) et la question de l’assistant ou de l’assistante est de peu d’intérêt même si Basna ment. De même l’histoire des billets sous le tapis ainsi que celle concernant la partie des billets changés contre celle des billets non changés sont anecdotiques.

On sait qu’entre noël et nouvel an 1943, Hitler entra dans son QG en brandissant les documents fournis par Cicéron et annonça avoir la preuve que le débarquement aurait lieu en mai 1944 dans le nord de la France.

Quand on sait que Schellenberg décodait également les envois diplomatiques des Américains à Bern (l’OSS de Dulles) et qu’il avait réussi à placer une écoute sur le câble entre les USA et l’Angleterre par lequel passaient les communications, on comprend facilement le danger que représentaient les révélations de Cicéron.


Bibliographie :
[Bazna, Elyesa &] Nogly, Hans: Ich war Cicero; Kindler – Muenchen 1962 [E Bazna’s name doesn’t appear on the cover]. English Version E. Bazna: I was Cicero Andre Deutsch – London 1962 and American Version Bazna, Elyesa. & Nogly, Hans. I was Cicero. Harper & Row, New York - 1962. French version as E. Bazna Signe Ciceron ; Laffont – Paris 1962.
Butler, J. R. M.: Grand strategy. HMSO – London 1957 Vol. II
Brown, Anthony Cave. Body guards of lies. Harper & Row Publishers, San Francisco - 1975. Account on Cicero p 393-404 passim, 456, 494; on WS p.455-457 (WS’s infiltration of the Schwarze Kapelle in 1943 with the help of De Crinis, which induced the Vermaeren in Turkey to defect to the British), p. 769 (Churchill later agreed that his refusal to in negotiate with the Schwarze Kapelle had been wrong), p.816 (Knochen executed by the French, end of Schellenberg without details). Without reducing the exceptional value of Ultra, it is difficult to follow Anthony Cave-Brown who presents it as the universal British “deus ex machina.”
Churchill, Sir Winston: The Second World War. Vol. 3 Cassell 1950-1952
Decaux, Alain: Ciceron, le plus grand espion de la seconde guerre mondiale. Dossiers secrets de l’histoire – Librairie Academique Perrin, Paris 1996.
Denniston, Robin. Churchill's Secret War: Diplomatic Decrypts, the Foreign Office and Turkey 1942-44. Sutton, London - 1997. St. Martin's Press, New York – 1997 [New information on the Cicero spy story are supplied]
Doerries, Professor Reinhard R.: Hitler’s Last Chief of Foreign Intelligence. This book reproduces the Harrisson’s report on Walter Schellenberg’s interrogations with a few interesting notes. Harrisson’s report however purposely omitted essential facts to “protect” Walter Schellenberg.
Dorril, Stephen: MI6 Inside the covert world of her Majesty’s secret intelligence service. No mention of the Cicero case. Without any doubt, if Cicero had been manipulated, Stephen Dorril would have screamed it to the world.
Dulles, Allen. From Hitler’s Doorstep: The Wartime Intelligence Reports of Allen Dulles, 1942-1945. Edited with Commentary by Neal H. Patterson (University Park: Pennsylvania State University Press, 1996).Accounts on Moysich p.291, 591, 608. and Cicero p.9, 12, 16, 18, 183-4, 189-90, 226, 228, 591, 608.
 Eden, Anthony. The Eden Memoirs. Cassell, London - 1965. Vol. II
Elliott, Nicholas. Never Judge a Man by His Umbrella. Michael Russell, Salisbury - 1991. Chatto and Windus, London - 1992. Elliott offers a balanced and incisive account of WS's most successful agent operation in Turkey, the case of Cicero’s spying on Sir Knatchbull-Hughessen, the British ambassador in Turkey.
Greiner, H.: Die Oberste Wehrmachtfuehrung. Limes Verlag, Wiesbaden 1951.
Hinsley, F. H. & Thomas, EE & Simkins, CAG & Ransom, CFG: British intelligence in the second world war Vol 3 Part 2 p 43n
Hinsley, F. H. & Thomas, EE & Simkins: British intelligence in the second world war Vol 4 p 213-216 based on the books of Moyzisch and of Basna plus one of the photographed documents
Howard, Michael: British intelligence in the second world war Vol 5 p 145 (very brief reference)
Kahn, David: Code Breakers p 451-452 on the extent to which the Cicero documents helped breaking British codes.
Kahn, David. Hitler's Spies/ German Military Intelligence in World War II, Macmillan, New York - 1978.
Kempner, Robert M.W.: The Highest-Paid Spy in History, in the book, Secrets & Spies, Readers Digest Association, Inc., pp.299-303, (1964). Reproduction of the enquiry made by Robert Kempner, one of the prosecutors at Nuremberg, on Ludwig Moyzisch and the Cicero affair.
Kersaudy, Francois : L’affaire Ciceron. Perrin www.editons-Perrin.fr. A fairly thorough study of most versions by the parties involved, but some anachronisms lead to confusion
Knatchbull-Hughessen, Sir Hugh: Diplomat in peace and war. John Murray - London 1949.
Lossberg, B. von: In Wehrmachtfuehrungstab. Noelke Verlag – Hamburg, 1950.
Marshall-Cornwall, J. Wars and rumors of war, Hutchinson – London 1984.
Moyzisch, Ludwig C. : Der Fall Cicero; Presse Verlag, Sarrebruck, 1949. English version as Operation Cicero; Wingate – London 1950. French Version as L’affaire Ciceron Julliard – Paris 1950. Noticeable differences between the three versions. Interesting Von Papen support in the English version.
Persico, Joseph E. Roosevelt's Secret War: FDR and World War II Espionage. Random House - October 9, 2001 Account on Cicero p.286-7, 302;
Rubin, Barry. Istanbul intrigues, a true life Casablanca. McGraw Hill, New York - 1989.
Schellenberg, Walter: Aufzeichnungen; Limes Verlag, Wiesbaden 1979. English version as The Labyrinth. Andre Deutsch – London.
Schmidt, P.: Hitler’s interpreter. McMillan – New York 1950.
Speer, Albert: Errinerungen. Ullstein Verlag – Muenchen 1969.
Tippelkirch, K. Von: Geschichte des zweiten Weltkrieges. Athaeneum – Bonn 1956.
Von Papen, Franz: Memoirs; Andre Deutsch – London 1952.
Waller, John H.: The Unseen War in Europe. Espionage and conspiracy in the second world war. P 244 and 274 where it is shown how the dispatch of the Kolbe documents were blocked on the American side as Colonel McCormack didn’t believe them to be genuine.
Warlimont, W.: In Hauptquartier der Deutschen Wehrmacht 1939-1945. Bernard & Graefe - Frankfurt 1962.
Wires, Richard. The Cicero spy affair : German access to British secrets in World War II. Praeger, Westport, Conn.. - 1999. Account on WS p. 4, 6, 7, 34, 36, 39, 43, 47-49, 57-67, 70, 72-74, 76-80, 82-83, 85-89, 91-92, 100-101, 124-125, 141, 147, 154, 156, 157, 179, 190, 197, 202

NARA, RG 226 (1940-1946) Entry 210, Box 9, location: 250/64/21/0: Bern, Switzerland cables, 1944
Bern, Switzerland Kappa Message (Fritz Kolbe), July 3, 1944
OSS Middle East Summary information of German intelligence activities, including Bulgaria, Romania, Hungary, Albania, Turkey, Greece, and Yugoslavia, 1944

NARA, RG 226 (1940-1946) Entry 210, BOX 64 location: 250/64/22/03
Letter to William J. Donovan on OSS activities based in Istanbul, Turkey, April 1944, 2 pp.
A Supplementary History of X-2 Turkey, September 1, 1944-March 15, 1945, 4 pp.
Memo on work of Chief Intelligence Office, OSS, Middle East 1943-1944, 11 pp.

NARA, RG 226 (1940-1946) Entry 210, Box 201 Location: 250/64/25/03
History of the Security Branch, OSS Istanbul, Turkey, May 1943 to September 1, 1944, ca. 20 pp.
History of the Security Branch, OSS Istanbul, Turkey, March 16 to July 15, 1945, ca. 6 pp.

NARA, RG 226 (1940-1946) Entry 210, Box 217, Location: 250/64/25/05
Activity report of SI Branch, Istanbul, Turkey, August 4, 1944; references to German-Turkish relations, attack on Hitler, refugees, the Dogwood intelligence chain [Dogwood was a Czech engineer who became chief agent of the Cereus Circle of elderly well-connected individuals resident in Istanbul.]
Rosters of OSS personnel in Istanbul, Turkey, 1942-1944, ca. 10 pp.

NARA, RG 226 (1940-1946) Entry 210, Box 230, Location: 250/64/25/07
Reports on activities in Romania, November 1944-July 1945, ca. 300 pp.
OSS Istanbul, Turkey correspondence, August-November 1944, ca. 30 pp. Includes SI Branch Activities Report for August 1944. This report references rupture in Turkish-German relations, defecting enemy agents, liquidation of the Dogwood Organization, Turkish Secret Police, Rumania and Bulgaria, relations with the British, and the unsatisfactory OWI-OSS relationship.
NARA, RG 226 (1940-1946) Entry 210, Box 277, Location: 250/64/26/07: Memo from Allen Dulles on January 6, 1945, advising not to use as a double agent a Swiss Nazi who worked for the Gestapo.
Weekly reports and letters from OSS Izmir, Turkey, 1943-1945, ca. 300 pp.
Report of Istanbul, Turkey, Greek SI, January-June 1944, ca. 30 pp.

Records of the Office of Strategic Services (Record Group 226) 1940-1946: Box 469: Paris, France Cables, 1945, ca. 50 pp.
Vienna, Austria cables, September 1945-June 1946, ca. 150 pp. A December 5, 1945 cable provides Vatican news
Stockholm, Sweden cables, February-April 1945, ca. 20 pp.
Cairo, Egypt cables, 1943-1945, ca. 40 pp. (Anything about Joel Brandt ?)
Caserta, Italy cables, November 1944, ca. 20 pp. Includes references to the Pope and the Vatican
Istanbul, Turkey cables, 1943-1944, ca. 50 pp.
Bern, Switzerland cables, March-April 1944, ca. 100 pp. References to the Mason-Schellenberg relationship and a March 28, 1944 cable explaining the Bern OSS organization.
Location: 250/64/30/06
Records of the Document Library Branch, Reports and Messages 1918-1951(Entry 82A)
Box # File Title and/or Country Location:
120 G-2 Survey: Turkey 270/10/10/01
165 Handbook: Sweden, Switzerland, Turkey 270/10/11/01
1067-1078 Turkey 270/10/29/05
State Department (Messages and Reports) 1943-1947
State Department (Telegrams)
1230 Spain, Sweden, Switzerland, Turkey 270/10/32/07

Fairly accurate accounts on Cicero (Elyeza Bazna) and on the British spy German Fritz Kolbe who mentioned Cicero’s existence to the Allies in February 1944.

*** / ***

lue 15905 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur L'affaire Cicéron

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.02 s  5 requêtes