Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


[ 1939-45, AU JOUR LE JOUR ]
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Histoire(s) de la Dernière Guerre / collectif

En réponse à -19 -18 -17 -16 -15 -14 -13 -12 -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Pour en finir de Emmanuel de Chambost

Rien d'étonnant de Jacques Ghémard le jeudi 23 octobre 2014 à 18h13

Bon, je viens de lire ce texte d'Alain Michel et il m'a paru assez puant ...

Quelques exemples : "Ce spécialiste reconnu de l'Occupation confond dans un «Que sais-je ?» consacré au régime de Vichy, l’accord concernant les questions policières conclu par René Bousquet, secrétaire général de la police, avec le chef de la Gestapo en France, Karl Oberg, début août 1942 - soit après la rafle du Vél d’Hiv - avec les négociations entre les deux hommes un mois plus tôt à propos de la décision allemande de réaliser une grande rafle de Juifs." Comme si l'accord en question ne pouvait pas nous éclairer sur le contenu de ces négociations ! Bien évidemment si Bousquet accepte la participation des policiers français aux arrestations des Juifs en juillet 1942 c'est pour obtenir ensuite un accord sur le renforcement de l'autorité de l'État français, non ?

Depuis septembre 1940, les Allemands présentent les mesures contre les Juifs comme des mesures de sécurité qui rentrent dans le cadre des accords d'armistice et de la convention internationale gérant les territoires occupés. La police et la gendarmerie de zone nord ont donc pris l'habitude d'obéir aux consignes allemandes. Et Vichy ne s'y oppose pas, Vichy ne propose pas d'autres solutions "sécuritaires" comme l'envoi des juifs en zone sud ou encore plus loin en Afrique du Nord.

En fait, Vichy cherche depuis un an et demi à se débarrasser des Juifs étrangers de zone sud pour les envoyer vers le continent américain. [...] Mais ces tentatives ont été systématiquement bloquées par le gouvernement des États-Unis Comme si les USA étaient la seule destination possible ! L'AFN, la Guyane, Madagascar ...

Sur Laval et les enfants juifs c'est le summum, Laval décide de l'envoi en déportation des enfants de la zone sud, mais comme il n'y est pour rien concernant la zone nord, tout va bien !

Les Juifs étrangers et les immigrants furent abandonnés à leur sort, et l'on s'efforça de protéger les Juifs nationaux. Non, non et non ! On s'efforça de conserver les bonnes grâces de l'opinion publique et c'est tout. S'il s'était agi de protéger les Juifs nationaux, cet état pouvait d'abord ne pas édicter de lois discriminantes y compris dans les territoires d'outre mer. Et ensuite cet état pouvait s'efforcer de les éloigner du danger plutôt que de les laisser sur place ou de participer à leur envoi à l'est sans y envoyer le moindre observateur, hein.

En fait ce texte ne m'étonne pas. Cet historien vit dans un pays dont on peut constater depuis des années la dérive vers une forme de nationalisme violent et raciste. Donc il est assez logique de chercher à réhabiliter les régimes ayant ces points en commun, non ?

*** / ***

lue 2324 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Histoire(s) de la Dernière Guerre

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes