Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


[ 1939-45, AU JOUR LE JOUR ]
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Histoire(s) de la Dernière Guerre / collectif

En réponse à -6 -5 -4 -3 -2
-1Marionette ? de Emmanuel de Chambost

Je persiste de françois delpla le samedi 10 mars 2012 à 14h50

Extrait de mon Churchill et Hitler (p. 154) :

On fait donc à Chamberlain un mauvais procès lorsqu’on lui
reproche d’avoir cherché à apaiser Hitler, comme toujours, par des
concessions. C’est bien un coup d’arrêt qu’il entendait lui donner et,
en échange certes de concessions, il entendait obtenir une renonciation
définitive à de nouvelles avancées, avec des garanties plus tangibles
que les bonnes paroles obtenues à Munich. Pour ne prendre
qu’un exemple, les propositions anglaises du 28 août 1939, transmises par
l’intermédiaire de Dahlerus13, stipulaient que les nouvelles frontières
de la Pologne, qui devaient être obtenues par la négociation, seraient
garanties par un groupe de pays comprenant l’URSS… et ce, en dépit
du tout récent pacte germano-soviétique et de l’indignation qu’il
soulève alors dans le monde entier : à lui seul ce fait montre que la
diplomatie anglaise a fait, depuis Munich, beaucoup de chemin.

Qu’on ne voie pas ici une révision historique totale du rôle de
mauviettes traditionnellement prêté à ces appeasers. Leur courage
même est insufflé de l’extérieur, par Hitler, qui tient à ce qu’ils lui
déclarent la guerre. « Marionnettes » convient mieux que « mauviettes
» : à chacun de juger quel terme est le plus flatteur pour les héritiers
de ceux qui ont bâti la puissance britannique. Ainsi, la signature
même du pacte avec Staline, le 23 août, n’offrait guère d’autre issue
qu’un abandon bien plus honteux que Munich, car il aurait exposé la
Pologne à un partage rappelant ceux du XVIIIe siècle, mais aggravé par
la très moderne brutalité des deux convives, ou une ferme réaffirmation
de la garantie, ce qui advint.


Quant à la marionnette Pétain, je la démontre telle à de nombreuses reprises sur le présent site, notamment à propos de la genèse du statut des Juifs. Mais le procès de Riom est aussi un excellent exemple, et plus généralement toute la captivité de Mandel, de l'arrestation aux lendemains de l'assassinat.

*** / ***

lue 972 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Suite du spectacle de marionnettes de Emmanuel de Chambost 10 mars 2012 19h33
2 ce que je veux surtout dire... de françois delpla 10 mars 2012 19h44
3 Hitler et de Gaulle de Emmanuel de Chambost 11 mars 2012 09h29
4 Oui, il l'a eu de Daniel Laurent 11 mars 2012 11h04
5 Pasquay de Emmanuel de Chambost 11 mars 2012 16h04
6 Oui mais non ! de françois delpla 11 mars 2012 16h54
4 Il lui a même écrit ! de françois delpla 11 mars 2012 11h06
5 De Gaulle, connais pas ! de Emmanuel de Chambost 11 mars 2012 12h22
6 dans les propos de table... de françois delpla 11 mars 2012 14h30
7 Une case ou une personne ? de Emmanuel de Chambost 12 mars 2012 08h53
8 l'un puis l'autre de françois delpla 12 mars 2012 17h38

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Histoire(s) de la Dernière Guerre

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes