Vichy ! Comparse ou complice ? - Petit Dictionnaire énervé de la Seconde Guerre mondiale - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Petit Dictionnaire énervé de la Seconde Guerre mondiale / François Delpla

 

Vichy ! Comparse ou complice ? de Francis Deleu le vendredi 09 avril 2010 à 19h49

Bonsoir,

Un dictionnaire énervé mais aussi énervant.
Ainsi, sous la lettre R comme "Repentance", le dernier tiers est consacré au discours de Jacques Chirac. Reproduisons cet extrait in extenso :
Il en va tout différemment du discours du nouveau président Jacques Chirac sur l'emplacement du Vélodrome d'hiver de Paris, haut lieu de la Shoah, le 16 juillet 1995. Jouant sur l'expression « État français » dont s'était affublé le régime de Vichy pour supprimer sans le dire la République, il reconnut la continuité entre cette institution et celle qu'il présidait en exprimant une repentance pour les milliers d'enfants convoyés par la RATP vers ce lieu avant l'étape de Drancy et celle d'Auschwitz, cinquante-trois ans plus tôt, et finit par accabler la patrie en personne: « La France, ce jour-là, accomplissait l'irréparable. ».

Rien ne sert d'introduire ensuite un paragraphe trois fois plus long sur de Gaulle et les Français libres. Sauf ralliement à la légende vichyste d'un Vichy autonome dans ses décisions (et sauf règlement de comptes individuel entre voisins), tout crime antisémite sur le territoire français entre 1940 et 1944 fut un crime allemand et ses exécutants d'autres nationalités n'étaient que des comparses, dont les actes ne sauraient engager leur patrie.
Passons sur le sens à donner au terme "repentance" et attachons-nous à la soi-disant "légende vichyste". Une légende ? Non ! Une réalité ! Une réalité qui n'exonère pas Vichy de ses crimes.
"tout crime antisémite sur le territoire français entre 1940 et 1944 fut un crime allemand et ses exécutants d'autres nationalités n'étaient que des comparses, dont les actes ne sauraient engager leur patrie".
J'ai l'impression de relire les arguments des bourreaux nazis interrogés par Goldensohn. Ils n'y étaient pour rien, ils exécutaient les ordres et plaidaient "non coupables". Vichy ne serait-il donc pas complice des crimes nazis. J'écris "complice" et non "comparse".

- comparse : personnage dont le rôle est insignifiant (Petit Robert)
- complice : qui participe à l'infraction commise par un autre (Petit Robert)

Vichy aurait tenu un rôle insignifiant dans la persécutions des Juifs ?
Je m'en suis déjà expliqué à diverses reprises. Pour ne pas me répéter indéfiniment, essayons l'argument d'autorité.

François et Renée Bédarida, La France des années noires, tome 2 au chapitre "La persécution des Juifs" développent en d'autres termes (et en mieux) mes arguments souvent répétés:
A la Libération, les défenseurs de Vichy se sont efforcés de tirer argument de l'échec de l'accomplissement de la solution finale en France ( de fait, les responsables nazis se sont plaints à maintes reprises des lenteurs et des obstacles rencontrés ) pour soutenir que Vichy avait servi de bouclier en protégeant à travers bien des vicissitudes des dizaines de milliers de Juifs.
A vrai dire, on ne peut que s'étonner de voir pareille construction bénéficier d'une fortune récurrente en dépit de l'amoncellement des études qui en démontrent l'inanité.
Certes, ni dans la Révolution nationale ni chez les principaux responsables de l'Etat français - Pétain, Laval, Darlan - , il n'y avait de projet homicide, pas plus que l'idée d'anéantissement physique de la race juive.
Et pourtant le gouvernement de Vichy a été un instrument efficace des premières étapes de la « solution finale » : l'exclusion - sous couleur d'"antisémitisme à la française" - et la déportation.
Car le concours apporté par Vichy, et à sa suite par de nombreux Français, a été essentiel dans trois domaines :
- d'abord la définition, le classement et l'isolement des Juifs au sein de la population ;
- ensuite l'encouragement donné à l'antisémitisme par une propagande ouvertement raciste et xénophobe ;
- enfin la participation de l'appareil d'Etat - administration et police - aux opérations commanditées par les autorités allemandes, et cela dans le cadre d'une politique de collaboration d'Etat visant surtout à obtenir pour la France une meilleure place dans l'Europe hitlérienne.
Deux données chiffrées sont à rappeler ici :
- d'une part, les effectifs des services de police allemands en France s'élevaient en tout à 3.000 hommes ;
- d'autre part, les quatre cinquièmes des Juifs déportés de France ont été arrêtés par les forces de police françaises.
Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 1294 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes