Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Réplique à l'amiral de Gaulle / Collectif

En réponse à -15 -14 -13 -12 -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1La prise du pouvoir de Hitler revue et corrigée par Michel Boisbouvier de Nicolas Bernard

Anecdotique mais révélateur de Francis Deleu le mardi 09 février 2010 à 16h48

Bonsoir,
les élections de mars 1933 constituent une manipulation électorale de première grandeur, renforcée par les actes de violences des Sturmabteilungen. (Nicolas Bernard)
A l'attention de Boisbouvier, illustrons par deux exemples et la témoignage de François-Poncet.

- Ian Kershaw, Le mythe Hitler, note que lors du referendum et l'élection du Reichstag "unitaire" du 12 novembre 1933, 99,50 % des opposants politiques arrêtés et détenus au camp de concentration de Dachau, votèrent "ja".
Un scrutin des plus démocratiques, dans la plus parfaite légalité, rétorquera-t-on, puisque même les plus virulents anti-nazis ont été conviés au plébiscite.

- Le district de Cologne a fait mieux : 103% des électeurs inscrits ont voté "ja"

- Revenons au vote de la loi des "pleins pouvoirs" du 24 mars 1933 organisé dans un climat de terreur et d'intimidation. Seul les socialistes osèrent courageusement s'opposer. Ecoutons André-François Poncet, ambassadeur de France à Berlin :
A la reprise, Wels demande la parole au nom des socialistes. Il présente la défense de son parti. Les socialistes ont pris leur part de responsabilité, au milieu de la situation tragique qui résultait de la défaite, et bien que la constitution de Weimar ne fût pas une constitution socialiste. Il demeurent, quant à eux, fidèles aux principes de liberté, d'égalité, de droit social, d'humanité et de justice. On peut les persécuter, les priver de leur force; on ne les privera pas de leur honneur. Ils ne voteront pas les pleins pouvoirs. Wels a parlé avec une extrême modération, sur un ton d'excuse et de plaidoyer, un peu comme un enfant battu qui s'attend à recevoir de nouveaux coups. Son discours n'en est pas moins, en raison des circonstances, un discours hautement honorable, digne et courageux.
Pendant qu'il le prononçait, je voyais Hitler occupé à prendre fiévreusement des notes. Il demande, aussitôt, la parole pour répliquer et se dévoile, alors, tel qu'il est : un polémiste, un agitateur de réunion publique, un fanatique sans générosité. Avec une extraordinaire passion, mordant, vibrant, vengeur, il foudroie son adversaire, il fonce sur lui, l'écrase dans un réquisitoire véhément, rappelant les années de luttes, au cours desquelles le national-socialisme a été bafoué, malmené et persécuté. "Ne nous confondez pas,s'écrie-t-il, avec la société bourgeoise ! L'étoile de l'Allemagne se lève; la vôtre va disparaître, votre heure a sonné !"
Dans la salle, les responsables du "Zentrum", impressionnés garderont le silence.
Et c'est ainsi que Hitler devint le maître absolu du Reich pour légiférer à sa guise "en toute légalité", dans tous les domaines. Les décrets n'ont plus besoin, ni de la sanction du Reichstag, ni de la signature de Hindenburg.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 2096 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Réplique à l'amiral de Gaulle

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes