Les autres... - Le cinéma français sous l'Occupation - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Le cinéma français sous l'Occupation / Jean-Pierre BERTIN-MAGHIT

En réponse à -2
-1Quelques acteurs célèbres de Jacques Ghémard

Les autres... de Francis Deleu le dimanche 13 octobre 2002 à 22h25

Bonsoir,

Les acteurs et plus généralement les gens du spectacle furent peu nombreux à choisir l'engagement armé. La plupart ont poursuivi leur métier... pour le plus grand plaisir des Français.

Lorsque vint l'heure de rendre des comptes, le spectacle continua. La composition des comités d'épuration était surtout formée d'artistes médiocres ou jaloux appelés à jouer les justiciers alors que bien souvent il ne s'agissait que d'assouvir quelques vengeances personnelles. Parmi les membres du Comité de Libération du Cinéma, on découvre quelques noms dont la place serait sur le banc des accusés plutôt qu'au siège du juge. Pierre Blanchar, par exemple, qui a interprété 5 films sous l'occupation et en a réalisé deux, n'hésite pas à voter, avec ses collègues d'une commission d'épuration, un blâme à Henri Jeanson que la Gestapo arrêta par deux fois avant de l'exclure de la profession cinématographique.
Les anecdotes sont nombreuses où cette parodie de justice tourna au burlesque. Un exemple parmi d'autres! Albert Willemetz, auteur d'opérettes, se voit reprocher d'avoir vendu à la firme cinématographique allemande "Continental" les droits d'une de ces comédies. Le président de la Commission d'épuration lance à Willemetz: "Vous n'êtes pas le seul à avoir collaborer à cette entreprise. Donnez-nous le nom de celui qui a adapté votre livret pour l'écran". Willemetz avait bonne mémoire; le juge n'en avait aucune. "Mais...mais... c'est vous-même, chez Lestringuez!"

Un cas dont je n'ai pas saisi les raisons - mais je pense que René pourra m'éclairer - c'est la condamnation de Georges-Henri Clouzot dont le seul crime (me semble-t-il) fut de porter à l'écran "Le Corbeau". Il fut condamné, ainsi que son scénariste, à l'interdiction à vie d'exercer leur métier. L'acteur principal du film Pierre Fresney, passera lui quelques temps en prison.

Il ne s'agit pas bien sûr d'absoudre la profession mais simplement de stigmatiser une justice de circonstance.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 1789 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes