Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

l'appel du 18 juin 1940 / François Delpla

En réponse à -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Contresens de Jacques Ghémard

Pourquoi sauver toutes les versions ? de françois delpla le mercredi 16 juillet 2008 à 07h28

Pour la clarté,je renvoie à un article dans lequel je confronte les versions :

A la base, il y a l'esquisse du 17 (peut-être elle-même esquissée le 16 au soir et tapée à Bordeaux le 17 de grand matin :

À la suite de cet effondrement, deux voies étaient ouvertes :

Ou bien la voie de l’abandon et du désespoir. Cette voie menait à la capitulation. C’est celle qu’a choisie le gouvernement Pétain.

Ou bien celle de l’honneur et de l’espérance. C’est celle qu’ont choisie mes compagnons et moi.

Nous croyons que l’honneur commande aux Français de continuer la guerre aux côtés de leurs alliés et nous sommes résolus à le faire.


Eh bien cette idée des deux voies dont une seule est honorable, de Gaulle arrive à la faire passer dans son allocution... du 2 juillet ! Certes il la distille auparavant par petites touches, ainsi le 22 quand il insiste lourdement sur le fait que sa voie est celle de l'honneur... mais les Anglais le retiennent par le maillot quand il fonce au but pour dire que corollairement Pétain c'est la honte.

Ce sont donc eux en général et Halifax en particulier qui saupoudrent de l'honneur autour du nom du maréchal, notamment le 18 au soir. Puisque nous connaissons (en partie) le dessous des cartes, il n'y a pas à faire assumer cela à de Gaulle.

C'est quand même fabuleux : dans une version que de Gaulle a fini par accepter peut-être vers 21 h et qui est remise à la presse, d'où sa parution dans les journaux français du lendemain, il est dit que Pétain va demander aux Allemands "à quelle conditions" le combat pourrait cesser puis il est dit que si les conditions ne sont pas honorables il n'y aura pas d'armistice. Eh bien ça ne suffit pas au FO qui fait encore ajouter l'adjectif "honorable" dans la première des deux phrases, après "conditions".

Tu ne peux quand même pas nier que l'appel soit, ainsi, cabossé et que de Gaulle ait eu raison de poubelliser ces horreurs, même s'il a eu grand tort de les cacher une fois la bête vaincue.

*** / ***

lue 541 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Ben c'est pas clair mais pour moi c'est clair de Jacques Ghémard 16 juil. 2008 12h56

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur l'appel du 18 juin 1940

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes