Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Pétain - Trahison ou sacrifice ? - Michel Boisbouvier
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Führer - Allemagne nazie
-

Chef suprême, guide et conducteur de la nation.
Le titre fut adopté officiellement par Hitler en août 1934. Le Führer incarne la nation et le peuple et concentre tous les pouvoirs entre ses mains. Le Führerprinzip fonde le régime nazi: "Hitler ist das Gezetz" (Hitler est la loi).


rafle - Vichy
-

Spécialité de la police française aux ordres de l'occupant nazi ou de Vichy. La plus connue est la grande rafle du Vel' d'Hiv' (voir ce terme).
On le sait moins, la rafle du Vel' d'Hiv' a été précédée de quelques autres:
- 14 mai 1941: arrestation de 3.700 Juifs allemands, tchèques et polonais qui croyaient avoir trouvé refuge en France. "Parqués" dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande.
- 20 août 1941: arrestation à Paris de 4.000 Juifs. Direction Drancy.
- 6 décembre 1941: arrestation de 1.000 notables et intellectuels, presque tous Français, envoyés au camp de Compiègne.
- 16 et 17 juillet: Vel' d'Hiv'.
Les rafles ne se limitent pas à la zone Nord (occupée). Le 26 août: les Juifs de la Creuse qui avaient cru trouver refuge dans ce département sont pourchassés; les 26/28 août c'est le tour de Lyon et de Marseille. La liste est longue. Le calvaire des Juifs ne fait que commencer....


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Libre - ZL - France
-

Libre jusqu'en 1942 et l'invasion et l'occupation par les troupes allemandes de tout le territoire français. Elle devient alors Zone Sud (ZS).


Zone Occupée - ZO - France
-

Jusqu'en 1942, le territoire français occupé et administré par les Allemands au Nord de la ligne de démarcation. Après l'invasion de la Zone Sud, on dira Zone Nord (ZN)

Dans ce texte :

Donc, si je comprends bien... de Nicolas Bernard le vendredi 04 décembre 2009 à 12h58

... et nonobstant cette révélation étonnante sur l'obéissance inconditionnelle de la Stasi aux gouvernements américain, britannique et français, vous estimez que :

- "tous les fonctionnaires d'un pays occupé obéissent automatiquement (j'ai même écrit au-to-ma-ti-que-ment) à la puissance occupante, nul n'est besoin pour cette puissance de disposer de l'appui du gouvernement (largement fantoche en effet)du pays occupé" ;

- en effet, ladite puissance occupante "ordonne et elle obtient tout ce que vous dites : identification, fichage, regroupement, déportation..." ;

- s'agissant du cas français, "Vichy ne pouvait donner aux Allemands sa police de zone occupée ni la leur refuser en juin 42 puisqu'ils la possédaient déjà depuis deux ans".

Naturellement, c'est entièrement faux.

Cela dit, admettons donc un instant votre raisonnement. Heydrich, donc, en 1942, veut exécuter les souhaits de son Führer et exterminer les Juifs d'Europe. En France, il a la possibilité de les éradiquer tous en peu de temps, nous dites-vous, car il a le contrôle de la police française (qu'il confie à son adjoint Oberg) en vertu des prérogatives de l'Allemagne découlant de son statut de puissance occupante.

Bref, à supposer que Heydrich réquisitionne la police française, "tous les juifs de Paris et de sa banlieue auraient été raflés en une semaine en 42"" (pour rappel, la rafle du Vel d'Hiv' permettra d'arrêter 12.884 Juifs, et 10.000 autres Juifs parqués dans les camps de zone libre seront livrés aux Allemands), le reste devant très vite suivre.

Or, pour une raison qui m'échappe totalement si je suis votre... disons, "logique", Heydrich entre en négociations avec Vichy, via le Secrétaire général à la Police René Bousquet (c'est Heydrich qui prend l'initiative, et non Bousquet) pour obtenir la coopération de la police française, de manière, notamment, à lui confier la tâche de procéder aux rafles elles-même. Il précise à Bousquet que le Führer aurait ordonné de placer la police française sous la tutelle de son adjoint Oberg, mais qu'il est disposé à n'en rien faire, et à laisser à la police française son indépendance pour travailler main dans la main avec elle, dans un bel esprit de camaraderie policière. Cette concession, on le sait, Heydrich était désireux de l'effectuer avant même de rencontrer Bousquet, de sorte que sur ce point, Bousquet n'a rien obtenu que ce que les nazis étaient disposés, déjà, à lui accorder.

Or, dans votre scénario, une telle initiative est proprement incompréhensible. Pourquoi Heydrich négocie-t-il, et pourquoi "cède"-t-il immédiatement une police qui, selon vous, lui appartient déjà ? Pourquoi, puisqu'il peut, selon vous, faire usage lui-même de nos policiers, descend-il de son piédestal pour annoncer à Bousquet qu'il renonce à ce privilège ?

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.07 s  3 requêtes