Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Himmler's Secret War - Martin Allen
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)

Dans ce texte :

Splendeur et misère des théories du complot de Nicolas Bernard le dimanche 10 février 2008 à 12h23

Les théoriciens du complot présentent la fâcheuse habitude de déformer le contenu des références par eux citées. C'est ainsi que le néo-nazi Joseph Bellinger, pour prétendre que Himmler a été battu à mort par les Britanniques, va jusqu'à voir sur les photographies du cadavre des blessures imaginaires. M. Delpla avait également déformé le contenu d'un témoignage pour prétendre que la capsule de poison de Himmler était fragile. Et voici le tour de Daniel Laurent, à propos du livre Histoire de la Gestapo (Fayard, 1963), certes daté, mais parfois utilisable.

M. Delarue, spécialiste des criminels de guerre - et donc de leurs moyens de mise à mort - témoignait de la résistance des capsules de poison nazies : "les chefs nazis portaient une capsule de cyanure, parfaitement étanche, dissimulée dans la bouche. Il fallait la broyer pour que le poison agisse. Si elle était avalée accidentellement, la capsule résistait aux acides de la digestion et ne produisait aucun effet" (Jacques Delarue, Histoire de la Gestapo, Fayard, 1963, p. 443).

On voit là que M. Delarue relatait, en termes précis, la capacité de résistance mécanique (broyage nécessaire) et chimique (engin étanche) des capsules de cyanure.

Ce propos d'un historien reconnu, confirmé d'ailleurs deux ans plus tard par un témoin oculaire du suicide de Himmler (le colonel Murphy, parlera de capsule "suffisamment solide pour résister à une mastication soigneuse et aux liquides - surtout si c'était l'autre côté de la bouche qui était utilisé - mais pas suffisamment pour résister à une action visant à la briser", mais en fera improprement une capsule de métal fin, et non de verre solide), gêne considérablement nos théoriciens du complot.

Aussi, l'un d'entre eux, Daniel Laurent (au demeurant grand ami de M. Delpla), va-t-il tenter de discréditer l'assertion reprochée. Comment ? Nous allons le voir dans l'instant.

M. Laurent va tout simplement contester un passage du livre de M. Delarue aux antipodes de l'assertion considérée, donc sombrer dans le hors-sujet pour liquider l'ensemble, et lorsqu'il reviendra au passage considéré ne trouvera rien de mieux que de le déformer.

Ainsi, lorsque je demandais à Daniel Laurent quelle pertinence y avait-il à évoquer les interprétations de M. Delarue quant à la Nuit des Longs Couteaux dans le cadre de cet "échange" relatif au suicide de Himmler, mon "contradicteur" ne trouvait pas d'autre réponse : "Mais QUI cite M. Delarue ? Vous ! Ne vous etonnez donc pas si l'on vous signa;le que ce qu'il a dit a ses limites..."

On voit là que Daniel Laurent esquive - peu brillamment - la question. Il cherchait en effet à discréditer l'affirmation d'un historien relative à la grande solidité des capsules de poison des chefs nazis, non point en contestant de front ladite affirmation, mais en sortant complètement du sujet, et en évoquant non pas la manière dont M. Delarue relate un fait, mais interprète le comportement de Hitler au cours de la Nuit des Longs Couteaux. Ce qui, encore une fois, n'a strictement aucun rapport avec le sujet considéré.

Aussi vais-je reformuler ma question, puisque M. Laurent semble ne pas l'avoir comprise (j'insiste sur le "semble" ) : en quoi discuter de la véracité de l'interprétation de la Nuit des Longs Couteaux par M. Delarue conteste-t-il sa description des capsules de poison des chefs nazis ?

Daniel Laurent prétendait également que M. Delarue, s'agissant du suicide de Himmler, "en dit ce qu’en dit Murphy et ne parle pas de Selvester, et pour cause !". Je lui ai demandé de prouver son affirmation, c'est à dire de prouver que M. Delarue avait en fait recopié un quelconque témoignage du colonel Murphy. Et voici ce qu'il répond : "Facile : Lisez son livre, pages 600-601, ne vous en deplaise...

Or, rien, strictement rien ne permet de considérer aux références considérées (p. 442-443 de mon édition) que M. Delarue a recopié un témoignage du colonel Murphy (j'aimerais d'ailleurs savoir lequel).

Il faut en déduire que Daniel Laurent a fait dire n'importe quoi à la source citée en référence, outre qu'il n'a produit aucune réponse à ma question.

Selon Daniel Laurent toujours, M. Delarue ne parlait pas du capitaine Selvester. Là encore, c'était faux, et je l'ai prouvé. Bref, là encore notre théoricien du complot a (sciemment ?) déformé le contenu d'un ouvrage.

M. Laurent va ensuite prétendre, dans un autre message (qui prétendait à tort répondre à toute cette démonstration !), que la capsule de poison était "mécaniquement fragile".

C'est, d'une certaine manière, tenter de valider en catastrophe une déformation (volontaire ?) commise par M. Delpla. Mais le problème n'est pas là. Il ne suffisait en effet pas de mordre la capsule de cyanure, mais de la broyer, c'est à dire la détruire d'un bon coup de dents.

De ce point de vue, le témoignage du colonel Murphy est totalement admissible : il suffisait de manger lentement (et la chose n'a rien d'anormal), en utilisant l'autre côté de la bouche pour avaler les morceaux du sandwich. Impossible de faire la différence, chez les témoins britanniques de la chose.

C'est d'ailleurs bel et bien pour cette raison que l'un d'entre eux, le capitaine Selvester, n'était pas du tout convaincu que le fait de pousser Himmler à manger des sandwiches au fromage (!) l'aurait amené à se démasquer. Selvester s'abstiendra donc de fouiller la bouche du prisonnier. Cet élément, très gênant, n'a pas reçu l'ombre d'une explication convaincante de la part des théoriciens du complot, lesquels ne reviennent surtout pas au contexte des événements analysés.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.09 s  3 requêtes