Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


Edition du 09 août 2015 à 17h05

A livre ouvert ... / les contributeurs de "Livres de Guerre"

En réponse à
-1Combats franco français en foret noire de Lato

Fin avril 45, 8 miliciens opérationnels en Forêt-Noire ? de Alain Cerri le dimanche 09 août 2015 à 13h10

De rien. J'ai un peu cherché dans mes bouquins et documents, mais je n'ai rien trouvé de précis. Pour ce qui est des miliciens, dans son Histoire de la Milice (Fayard, 1969), Jacques Delperrié de Bayac indique, page 602, qu'au début 1945, Darnand ordonne au chef Pincemin de former, au camp d'Heuberg en Allemagne, un bataillon avec les 7 à 800 "clochards de la Milice" (expression de Darnand !), les "bras cassés" "jugés indésirables" (expressions de Delperrié de Bayac) ou inaptes à la Charlemagne et même à l'usine parce que trop jeunes, ou trop vieux, ou mal en point… En fait, c'est le chef Carus qui forme un bataillon d'environ 500 hommes (dont 200 de moins de vingt ans selon Pierre Giolitto dans son Histoire de la Milice, Tempus, page 493) avec un armement français : trois compagnies de fusiliers-voltigeurs (fusils MAS 36 et F.-M. 24-29), une compagnie lourde d'appui (mitrailleuses de 8 mm modèle 1907 et mortiers de 60 mm modèle 1935) et une compagnie hors rang de commandement et des services.
A cette unité, il faut ajouter les 400 hommes que Darnand a emmenés à Sigmaringen.
Cependant, en mars, le bataillon Carus suit Darnand en Italie du Nord et il ne reste plus qu’environ 250 hommes, plutôt "éclopés", au chef Pincemin demeuré au camp d'Heuberg. Vers le 20 avril, Bout de l'An ordonne à Pincemin de gagner l'Italie du Nord avec ses hommes, et ceux-ci se rendent effectivement à Bolzano. A mon humble avis, fin avril 1945, il ne devait plus y avoir de miliciens un tant soit peu opérationnels et combatifs en Allemagne du sud-ouest, à part, peut-être, quelques tireurs isolés (les 7 hommes, dont Joannès Tomasi, du capitaine Besson-Rapp en Forêt-Noire ? que mentionne Delperrié de Bayac à la page 603 de son livre)…

*** / ***

lue 1546 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 les hommes de ce capitaine Besson-Rapp de Lato 09 août 2015 15h24
2 On voyait plus de Waffen-SS qu'il y en avait ! de Alain Cerri 09 août 2015 17h26
3 Super-SS aux yeux des Français, sous-SS aux yeux des nazis ! de Alain Cerri 10 août 2015 14h25
2 Des Français de la Brandenburg ? de Alain Cerri 15 août 2015 19h38
1 De nouvelles informations ? de Lato 16 août 2017 09h14

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur A livre ouvert ...

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes