Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Histoire de la Milice

Jacques Delperrié de Bayac

La Milice fut-elle, comme le pense Delperrié de Bayac, l'armée du dernier quart d'heure de Vichy ou une expression tardive de Vichy. On ne peut s'empêcher de penser que la "Légion Française de Combattants" (LFC), rassemblée autour du maréchal Pétain, engendra le "Service d'Ordre Légionnaire" (SOL) qui lui-même enfanta le rejeton monstrueux que fut la Milice.
Pour répondre à toutes les questions que l'on se pose légitimement sur la Milice, deux historiens, Jacques Delperrié de Bayac et Pierre Giolitto, ont chacun écrit une "Histoire de la Milice", l'un et l'autre des ouvrages de référence. C'est pourquoi nous avons pris le parti délibéré de les présenter simultanément.
Le premier de Delperrié de Bayac date de 1969 à une époque où les Français refusaient encore à admettre la responsabilité de Pétain dans les dérives criminelles du régime. Le second de Pierre Giolitto est paru en 1997, près de trente ans plus tard.

Quelle définition accoler à la Milice ? Celle que nous propose Giolitto dans la conclusion de son livre nous paraît suffisamment pertinente pour la reproduire ici:

*** Elle s'apparente tout d'abord à un parti politique, avec son organisation hiérarchique et sa doctrine. Un parti à coloration fasciste, qui souhaite constituer l'amorce de ce fameux parti unique auquel ne cessent de rêver les ultra-collaborationnistes. Parallèlement, la Milice est ­une police politique au service du gouvernement, ayant pour mission de faire vivre la politique de collaboration instaurée à Montoire. La Milice est enfin une armée, chargée d'appuyer les troupes allemandes dans leur ­lutte contre l'"ennemi intérieur". Soucieux de se ménager les bonnes grâces de la puissance occupante, le régime de Vichy finissant se met en effet littéralement au service des Allemands et charge la Milice d'accomplir, en leur lieu et place, une partie du travail qui leur revient naturellement contre la Résistance. Un tel transfert de charges a largement contribué à déconsidérer les hommes au gamma. Si les populations trouvaient une certaine logique, dans le cadre d'une situation de guerre, à la traque des résistants par les Allemands, ils s'indignaient de voir des Français s'en prendre à d'autres Français, dans le but de faire triompher une cause étrangère.
Telle qu'elle se présente, avec ses objectifs idéologiques, politiques et militaires, la Milice s'apparente, toute proportion gardée, aux forma­tions paramilitaires des régimes fascistes (...) ***


Mais aussi la 4ème de couverture:

*** La Milice française se voulait une chevalerie por­teuse de force et de renouveau. Elle devint une phalange maudite. Souvent évoquée mais peu étudiée, elle a fini par être considérée comme une sorte de Gestapo française au service de l'ennemi. La Milice est un témoignage extrême des ravages qu'ont pu exercer sur des hommes d'action, patrio­tes mais bardés d'oeillères, d'abord un "marécha­lisme" exacerbé et la phobie de la République; ensuite un anticommunisme obsessionnel; et enfin les prédications des ultra-collaborationnistes. Sous la conduite de son fondateur Joseph Darnand, la Milice s'est voulue le fer de lance de Vichy dans la lutte contre tous ceux qui, à ses yeux, étaient des suppôts de la démocratie et des alliés objectifs du bolchevisme: les maquisards et les "judéo-saxons". Enfermés dans la certitude que la défaite de l'Allemagne déboucherait sur une France communiste dans une Europe dominée par Moscou, la Milice devint inéluctablement l'alliée de l'occupant. Soldats-policiers d'une cause perdue, mélange d'hommes de foi et d'hommes de main, les miliciens allèrent jusqu'au bout de leur dévoiement. ***

Si l'ouvrage de Delperrié de Bayac s'appuie essentiellement sur une minutieuse enquête "sur le terrain" et le recueil de nombreux témoignages, celui de Giolitto beaucoup plus classique est le fruit d'un travail de recherche historique puisant sa source dans les archives dont ne disposaient pas son prédécesseur.

Giolitto, docteur ès lettres, est également l'auteur de "Histoire de la jeunesse sous Vichy" et "Volontaires français sous l'uniforme allemand".

Francis Deleu.

PS. Le livre de Giolitto :

 

Editeur : Fayard (collection documents)
Date edition : 1994
ISBN ou ref : 2213592888
Support : livre
Genre : étude historique
Période concernée : de 1939 à 1945
Région concernée : Ouest Europe

Proposé par Francis Deleu le jeudi 20 janvier 2005 à 22h43

Dernière contribution le mercredi 28 octobre 2015 à 18h38

lue 9238 fois décrypter

 

Suivre le débat sur Histoire de la Milice et y contribuer
 

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

sujet.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes