Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Les secrets d'une reddition / Allen Dulles

En réponse à -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1De l'affirmation de Waibel de Christian Rossé

Une autre piste... de Etienne Lorenceau le mercredi 25 février 2015 à 20h29

Nous savons par les interrogtoires de schellenberrg qu'il décodait les messages d'Allen Dulles

Nous savons qu'Allen Dulles considérait (à juste ou à mauvais titre, le débat n'est pas clos) qu Masson était un agent de schellenberg

Nous savons que schellenberg voulait à tous prix négocier des accords de paix séparés avec les Alliés à l'ouest mais qu'il avait compris qu'il n'était pas élligible (Dulles refusait de le recevoir, Hoare ne recevait pas Coco Channel etc...) alors qu'il sait par les écoutes que Dulles reçoit des allemands pour parler de paix.

Nous savons que Dulles a des informations de l'intérieur des services de Masson

Nous pouvons donc explorer la possibilité que d'un côté schellenberg ait mis wolff en avant, parce qu'il peut le piloter, afin de ne pas apparaître et que Dulles ait voulu passer par Max Waibel pour ne pas donner des armes à schellenberg/Masson et que donc il ait exigé de Max Waibel un secret absolu.

De là découlerait que Masson est au courant par schellenberg mais qu'il laisse faire sans bouger et sans prévenir Guisan et de là découlerait que Max Waibel ne dit rien à Masson qui ne lui demande rien ce qui le rassure.

Par contre en regardant heure par heure la négociation sur le terrain, il est facile de voir qu'elle ne vient pas de l'armée ou des généraux qui résistent initialement (et donc pas d'hitler)

Cette paix séparée est très importante pour schellenberg en ce qu'elle pourrait signifier la rupture de la politique de "redition sans condition" que la mission de négociation donnée à Joel Brand en Hongrie/Turquie/Palestine/Egypte venait de confirmer (par Anthony Eden interposé). C'est sur cet espoir que se construisent les tentatives postérieures avec le "joint", avec Musy, avec les "bus blancs" etc... mais toutefois après avoir fait enlever le fis du régent horty pour être lui au commande des négociations afin que celles ci gardent leur finalité nazie: alliance avec l'ouest (avec la fourniture de moyens) contre le communisme à l'est (alors privé du soutien financier, militaire et logistique des américains).

Quels sont les éléments cohérents de nature à démentir ou permettre de confirmer cette analyse hypothètique ? Y a t il d'autres explications factuelles offrant autant voire plus de cohérence

*** / ***

lue 1306 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Les secrets d'une reddition

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes