Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Edition du 02 août 2014 à 17h59

Le maquis de Glières / Claude Barbier

En réponse à -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Claude Barbier et l'histoire de Alain Cerri

Omission d'un 6e reproche de taille ! de Alain Cerri le samedi 02 août 2014 à 17h47

J'oubliais un 6e reproche de taille !

Je reproche aussi, bien sûr, à Claude Barbier d'avoir dit que les maquisards sont montés aux Glières, non pour réceptionner les armes promises par les Anglais, mais pour "se cacher" !

1) Sur le fond, c'est manifestement faux :

a) d'une part, comme je l'ai déjà rappelé, parce que, le 31 janvier 1944, lorsque la Haute-Savoie est mise en état de siège, ce sont seulement trois camps A.S. (environ 120 hommes) qui montent (en colonne organisée et sur ordre) sur le plateau alors que le bataillon des Glières comptera environ 450 hommes le 26 mars. Certains camps A.S. resteront dans les vallées jusqu'en mars où c'est, au contraire, la menace d'une attaque allemande qui les fera monter, ou ne monteront pas du tout sur le plateau...

b) d'autre part, parce que, dès le début février, les Glières sont l'objet d'un duel de propagande à la radio entre Maurice Schumann pour Londres et Philippe Henriot pour Vichy, ce qui fait que le plateau des Glières n'est pas précisément le lieu idéal pour se cacher !

2) Dans la forme, c'est employer, de la part du grand historien objectif et impartial Claude Barbier, un terme vraiment neutre : "se cacher" !

En effet, il aurait pu dire, par exemple, que certains maquisards, traqués par la police et la Milice, ont cherché refuge sur le plateau des Glières, ce qui est certainement vrai, ou même - je me fais l'avocat du diable - que les 120 hommes montés sur le plateau le 31 janvier ont fait d'une pierre deux coups, mais il a préféré écrire, dans son ouvrage, à la page 143, cette généralisation abusive : « […] la nécessité de se prémunir des attaques du maintien de l’ordre – se cacher donc – passait avant la réception des armes. »

Dont acte, mais où se cache ce fameux esprit d'analyse ?

*** / ***

lue 573 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Barbier a fait le travail d'un historien du XXIeme siècle de Emmanuel de Chambost 03 août 2014 11h55
2 Heimberg : Barbier ne fait pas le travail d'un historien ! de Alain Cerri 03 août 2014 20h14

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Le maquis de Glières

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.02 s  5 requêtes