Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


Edition du 08 janvier 2013 à 12h43

Histomag 39-45 / Forum LE MONDE EN GUERRE

En réponse à -6 -5 -4 -3 -2
-1Où il est question de madame de Portes. de Serge Desbois

La comtesse vue par une Américaine, commentatrice radiophonique en France de Francis Deleu le dimanche 06 janvier 2013 à 18h04

Bonsoir,

Le récit du commandant Navarre est jusqu'à présent le plus déconcertant et il y avait de quoi être éberlué d'être reçu par l'égérie du Président du Conseil au sujet d'événements aussi graves.

Poursuivons nos investigations en se demandant quand nous en aurons terminé avec la comtesse de Portes ?

Dans un ouvrage en cours de lecture, Les Américains à Paris sous l'Occupation, de Charles Glass, nous croisons à nouveau la belle Hélène. A son propos, l'écrivain/journaliste américain se réfère au livre de Drue Leyton Tartière [1], The House near Paris, publié en 1946.

L’actrice de cinéma, Drue Leyton Tartière, travaillait pour le ministère de l’Information dans l’équipe de Paris Mondial [2]. Elle y produisit des émissions promouvant la France en Amérique. Ses émissions attirèrent l’attention des nazis que Drue Leyton ne cessait de fustiger. Dans cinq de ses programmes en langue française, la radio de Berlin annonça qu’après la conquête de la France, elle serait exécutée.

En sa qualité de journaliste occasionnelle, elle accompagne le gouvernement français sur les routes de l’exil. Dans son livre, The House near Paris, elle écrit que le 11 juin, les « quarante-deux ressortissants étrangers » de Paris Mondial quittaient Paris à destination de Tours où s’était retiré de gouvernement.

Petit détail piquant : A Tours, tous les hôtels affichent « complet ». Tout le personnel de la radio trouva cependant hébergement dans un bordel réquisitionné par la police.

Revenons à notre « chère » comtesse de Portes ! Je cite Charles Glass :
***** Drue fut sidérée de voir le Premier ministre Paul Reynaud traiter par le mépris les émissaires britanniques, Lord Gort et le général Ironside. Ils avaient beau le soutenir contre ses ministres défaitistes, il les relégua dans la voiture de sa maîtresse, la comtesse de Portes. Tôt le 13 juin, l’équipe de Paris Mondial repartit pour Bordeaux.*****
Encore un petit détail piquant : le 18 juin, Drue Leyton aperçoit Pétain, « en uniforme à galons dorés de maréchal de France » entrer dans le studio temporaire de Radio France pour y prononcer le fameux discours « Je fais le don de ma personne à la France... C’est le cœur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat... ».
A 10 heures, écrit Drue Leyton, « un garçon installait le micro » mais pas assez vite au goût de Pétain qui lui « flanqua un coup de pied ».

Plus loin, Drue Leyton écrit que les petites gens estimaient que la France ne devait pas cesser le combat et qu’ils tenaient pour acquis que le Gouvernement conserverait la Flotte et combattrait depuis l’Afrique du Nord. Désabusée, Drue Leyton ajoute « Ces braves gens n’avaient pas vu les ministres et leurs maîtresses. Celle de Reynaud, la comtesse de Portes, poussait à la capitulation, persuadant son amant de nommer les ministres qui bientôt le révoqueraient et mettraient fin aux combats ».

Bien cordialement,
Francis.

[1] En 1937, Jacques Tartière (Jacques Terrane, de son nom de scène), petit-fils de Georges Feydau, rencontre, à New York, sa future épouse, Drue Leyton, une actrice américaine très glamour. En 1938, à la veille des accords de Munich, le couple se marie à Londres. En septembre 1939, Jacques Tartière s’engage dans l’armée française tandis que Drue Leyton accepte de travailler au sein de la radio Paris Mondial.
Le parcours de Jacques Tartière, Compagnon de la Libération :

[2] Paris Mondial : ancêtre de la RFI (Radio France Internationale)

*** / ***

lue 1293 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 maîtresse ? de françois delpla 06 janv. 2013 19h16
2 Compagne, maîtresse, bonne du curé.... de Francis Deleu 06 janv. 2013 22h06
3*** contribution effacée
4 Canon de Jacques Ghémard 07 janv. 2013 09h43
5 elle est bien bonne ! de françois delpla 07 janv. 2013 09h56
5 Canon et canon de Francis Deleu 07 janv. 2013 11h14
6 Elle fut canon ? de JARDIN DAVID 07 janv. 2013 22h47
7 eh bien là-dessus je lui fais confiance ! de françois delpla 08 janv. 2013 05h51
2 Hola , François ! de Léon BEL 06 janv. 2013 22h10

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Histomag 39-45

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes