Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Le Dossier Eichmann et « la Solution finale de la question juive » / Documents

 

Les rafles des Juifs : l'obstruction italienne vue par les Allemands de Francis Deleu le jeudi 17 mai 2012 à 21h37

Bonsoir,

En 2007, nous relations comment, en zone occupée par l'Italie, les autorités italiennes firent obstruction aux arrestations des Juifs décidées par Vichy : Les Juifs de France sous l'occupation italienne

Ce qui fit dire à Michel Winock, La France et les Juifs, parlant de la collaboration zélée où Bousquet et Laval on crut affirmer la souveraineté de l'Etat vichyste sur l'ensemble du territoire français :
C'est dans cette même perspective illusoire autant que criminelle que Vichy, quand le Sud Est de la France fut occupé par les Italiens, dans les jours qui suivirent le débarquement allié en Afrique du Nord crut bon de protester contre les autorités italiennes, décidées à protéger les juifs réfugiés en nombre dans le département des Alpes-Maritimes. Jamais gouvernement français ne s'était montré coupable d'une telle infamie.
Dans le recueil de documents publiés dans le livre en marge, découvrons la réaction des autorités allemandes :
Document RF 1230
IV B - Bds
Rö - No

Paris, 6 mars 1943

OBJET : Situation actuelle de la question juive en France.
Position des Italiens dans la question juive :

Les Italiens devront, en tout cas, abandonner l'attitude qu'ils ont eue jusqu'à présent dans leur zone d'occupation, si l'on veut résoudre le problème juif.

Cas particulièrement révoltants :
1) Fin décembre 1942, début janvier 1943, les autorités civiles et militaires italiennes, dans leur zone d'occupation, s'opposent au nettoyage des bandes frontières et côtières et refusent d'interner certaines catégories de Juifs.

2) Au début de janvier 1943, les autorités italiennes dans leur zone d'occupation s'opposent à l'inscription du mot « Juif » sur les cartes d'identité et les cartes d'alimentation non seulement des Juifs italiens, mais aussi de toutes les autres nationalités, ainsi que des Juifs apatrides, à l'exception des Juifs français.

3) Le Haut Commandement de la IVème Armée italienne communique, le 16 février, au Commandant Suprême de l'Ouest que l'internement des éléments juifs dangereux est en voie d'exécution et que les autres Juifs seront groupés dans les localités spécialement indiquées. Ces mesures devaient commencer le 20 février. Mais rien n'a été fait.

4) Le 19 février, le Ministère des Affaires Etrangères communique à l'Ambassade d'Allemagne à Paris que, aux termes d'un rapport de l'Ambassade d'Allemagne à Rome, le Gouvernement italien, dans l'intérêt de la sécurité des troupes d'occupation, avait interné tous les Juifs à l'intérieur du territoire français occupé par les Italiens. L'information est inexacte; les Italiens n'ont rien fait.

5) Vers le milieu du mois de février 1943, la Police française se propose d'interner 200 à 300 Juifs de la région de Lyon, en exécution des mesures de représailles ordonnées par nous. Le Général italien de Grenoble demande à la Police française d'annuler l'ordre d'internement (pourtant, d'après l'ordre d'internement, les Juifs italiens ne devaient pas être arrêtés).

6) En exécution des mêmes mesures de représailles, la Police française fait arrêter à Annecy, par la gendarmerie, vers le milieu du mois de février, des Juifs étrangers et les conduit à la caserne de gendarmerie. Les autorités militaires italiennes exigent la libération immédiate des Juifs. Cette demande est repoussée. Aussitôt la caserne de gendarmerie est cernée par des soldats italiens armés.

7) Vers le milieu du mois de février, la Police française arrête 100 Juifs étrangers (pas un seul Juif italien !), dans la région de Grenoble, pour nous les remettre. Les Italiens protestent et empêchent la livraison de ces Juifs, sous prétexte que les Juifs arrêtés sont considérés comme « bloqués ».

Le RSHA dans une série de télégrammes détaillés a été informé de l'attitude des Italiens.
(Signé) : Röthke. [*]

Bien cordialement,
Francis.

[*] Heinz Röthke fut avec Dannecker l'un des principaux responsables de la déportation des Juifs de France.

*** / ***

lue 957 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Le Dossier Eichmann et « la Solution finale de la question juive »

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes