Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


[ 1939-45, AU JOUR LE JOUR ]
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Histoire(s) de la Dernière Guerre / collectif

En réponse à -2
-1Confusion de Laurent Boussaton

De qui ? de Mahé Yann le vendredi 12 novembre 2010 à 17h45

Bonsoir à tous,

Non ! Pour travailler le sujet à partir d'archives françaises, thaïlandaises et britanniques depuis maintenant plus de sept ans, c'est méconnaître totalement la réalité de la politique irrédentiste thaïlandaise : les prétentions des extrémistes du régime de Phibun Songkhram ne portent pas seulement sur le Cambodge, mais aussi sur le Laos perdu lors du véritable traumatisme national que constitua le coup de force français de 1893 !
Depuis les premiers programmes du parti des Promoteurs, porté au pouvoir par le coup d’Etat de 1932, aux brûlots incessants du très virulent ministre de la Propagande siamois Wichit Wathakan qui, d'une mauvaise foi évidente, assimile les Khmers à l'ethnie thaïe, en passant par les déclarations multiples faites des années durant par les gouvernants ex-siamois (rappelons que le changement du nom de Siam en Thaïlande le 24 juin 1939 répond à cette volonté d’en faire le pays de tous les thaïs) aux uns et aux autres (y compris au très francophobe ministre britannique à Bangkok Sir Josiah Crosby), sans oublier la carte irrédentiste du ministère de la Défense siamois placardée dans tout le pays en février 1936 (qui a fait l’objet de violentes protestations de la part des autorités indochinoises), tout désigne le Cambodge et le Laos comme étant les cibles de la politique irrédentiste de Bangkok. Nous sommes dans les années 1930 et la guerre mondiale ne change rien aux ambitions siamoises !
C'est ce qui est signifié de manière [mal] déguisée, par le régime fascisant du général Phibun Songkhram, dans le mémorandum transmis à Vichy le 17 septembre 1940 qui réclame, si mes souvenirs sont bons, un droit de préférence de la Thaïlande sur le Laos et le Cambodge en cas de transfert de la souveraineté française en Indochine, sous-entendu en cas d'invasion japonaise.
C'est également l'objet de la visite du pourtant pro-occidental colonel Prom Yothi à Tokyo ce même mois : en chemin, il s'arrête à Saïgon pour assurer Decoux que la Thaïlande n'entend que récupérer les territoires laotiens de la rive droite du Mékong. Quelques jours plus tard, à Matsuoka, il désigne clairement le Laos et le Cambodge comme étant les objectifs territoriaux de son royaume ! Ces revendications considérables, qui évidemment ne sont pas présentées directement aux Français – l’expulsion sans ménagement de l’ambassadeur de Thaïlande du bureau de Paul Baudouin à la remise du mémorandum du 17 septembre a été pour le moins explicite –, répondent très clairement aux aspirations d'une partie de la classe politique et de l'opinion thaïlandaise : le Laos est considéré comme une terre irrédente, le Cambodge ne serait que la cerise sur le gâteau étant donné que seule sa partie nord a, par le passé, été possession du royaume de Siam. Les Thaïlandais se contenteraient bien de sa partie occidentale (région rizicole de Battambang et productrice en saphir de Pailin) mais l’état de déliquescence de la souveraineté française en Indochine fin 1940, les poussent à revoir leurs ambitions de manière démesurée, ce qui n’échappe guère au ministère des Affaires étrangères nippon.
Et le royaume de l’Elephant blanc de joindre le geste à la parole à l’issue de la courte guerre franco-thaïlandaise : le 8 février 1941, en séance inaugurale de la conférence de paix de Tokyo, le chef de la délégation thaïlandaise, le prince Wan Waithayakon, présente son pays comme vainqueur du conflit et, en conséquence, remet au mémorandum dans lequel il réclame rien moins que la restitution de l’intégralité du Laos et du Cambodge, revendications qui menacent de faire capoter les négociations à peine entamées. Il est donc totalement faux de dire que la discorde porte uniquement sur les territoires de Battambang, Siem Reap et Sisophon !

Bien cordialement,

Yann Mahé.

*** / ***

lue 1862 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Et ca dure toujours... de Daniel Laurent 13 nove. 2010 07h09
2 Le royaume du million d'éléphants de Laurent Boussaton 13 nove. 2010 19h35
3 Un personnage central de Daniel Laurent 14 nove. 2010 05h01

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Histoire(s) de la Dernière Guerre

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes