Métaphoriquement 40-41-42 - Ce que savaient les Alliés - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Ce que savaient les Alliés / Christian Destremau

En réponse à -5 -4 -3 -2
-1Donc si je comprends bien de Jacques Ghémard

Métaphoriquement 40-41-42 de Boisbouvier le dimanche 06 décembre 2009 à 21h13

Effectivement, vous ne comprenez pas bien.
Un ennemi vous impose d'habiter la moitié de votre maison et il règne sur les gens et les membres de votre famille qui y demeurent, sans que vous ayez les moyens de l'en empêcher car, lui, a des armes, tandis que, vous, vous êtes désarmé.
Toutefois, il reconnait vos droits sur la moitié qu'il habite en attendant qu'un traité fixe définitivement les parts de propriété de chacun.
De ce fait, il vous autorise à diriger le personnel de cette moitié qu'il habite, pourvu que vos ordres ne contrarient pas les siens.
Comme on pouvait s'y attendre, des conflits d'autorité se produisent.
Votre intérêt consiste à empêcher que votre ennemi augmente son autorité sur vos gens, car, s'il en prend l'habitude, cela retentira sur les conditions qu'il fera au moment du traité.
Vous prenez langue avec lui pour négocier ces conflits d'autorité au mieux de vos intérêts et, comme cette autorité est elle-même la part la plus importante de cet intérêt, elle devient par elle-même un enjeu qu'il faut défendre bec et ongles.
Or, cet ennemi veut bien vous concéder ce droit de commander plus ou moins directement vos gens, pourvu que son bien-être soit assuré.
Malheureusement, le temps passant, cet ennemi change de méthode : désormais il ne connaitra plus que son bon vouloir
et décide de vous priver de vos droits sur la partie de la maison qu'il occupe ainsi que sur son personnel.
Vous menacez de tout brader et de quitter votre maison et de vous retirer à la campagne.
Devant votre courage, il s'émeut et revient sur sa décision : non seulement vous pourrez continuer à commander vos gens mais il renonce à le faire directement lui-même comme il l'avait fait jusque-là. Il passera désormais par vous pour le faire.
Il y met néanmoins quelques conditions qui seront à prendre ou à laisser.

*** / ***

lue 1009 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes