<i>L'Incendie</i>, ou comment assimiler les raids aériens à la Shoah - Histoire(s) de la Dernière Guerre - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


[ 1939-45, AU JOUR LE JOUR ]
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Histoire(s) de la Dernière Guerre / collectif

En réponse à -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Petites méthodes de 

L'Incendie, ou comment assimiler les raids aériens à la Shoah de Nicolas Bernard le jeudi 08 octobre 2009 à 20h46

Je n'ai jamais accusé Jörg Friedrich d'être un "militant d'extrême droite". C'était un historien dont les travaux étaient appréciables, mais qui a, c'est indéniable, fâcheusement dérivé depuis quelques années, au point qu'il flirte effectivement avec une certaine Droite - ce qui ne fait pas de lui un nazi, mais bien plutôt un provocateur jouant avec le feu. C'est ainsi qu'il a été amené à critiquer l'Exposition sur les Crimes de Guerre de la Wehrmacht, au motif, notamment, que que l'adversaire aussi avait commis des crimes...

Son livre, L'Incendie, témoigne de cette intention d'assimiler les raids aériens à la Shoah. Richard Bernstein, dans une critique relativement favorable de L'Incendie pour le New York Times, a en effet observé cette dérive : "Moreover, in what has stirred perhaps the greatest amount of criticism, here and there in his book Mr. Friedrich uses language that until now has been reserved to describing the Holocaust. He refers to the deaths in bomb cellars caused by the carbon monoxide produced by the fires raging above as "death by gassing". He also uses the word "crematoria" to describe the fires' incinerating effect. Where he describes attacks on cities that had, in his view, no military significance, he calls the havoc and deaths that resulted "massacres"."

Friedrich a beau écrire (p. 309) qu'"il n'y a pas de relation interne entre l'extermination des Juifs et l'anéantissement par les bombes" (?), il n'en opère pas moins un fort peu discret parallèle avec les chambres à gaz (p. 303-309 et p. 343-344 - atténué par la traduction française, car la version allemande est sur ce point bien plus explicite). Il n'hésite d'ailleurs pas à employer le terme "crématoire" à toutes les sauces, de même qu'il écrit, s'agissant des souterrains où se réfugiaient les civils allemands et les cadres du régime nazi, que "la cave est un four refroidi" (p. 351) : "Ainsi l'exiguité, l'accumulation de chaleur, le manque d'oxygène, les gaz incendiaires et le tirage d'air transformaient en crematorium la zone des caves, c'est à dire l'abri le plus proche de chez soi. C'est là que moururent la plupart des victimes de bombes." (p. 353)

De l'autre côté de la ligne de front, le 5th Bomber Command Group est assimilé à une Massenvernichtungstruppe (troupe d'extermination massive), ce qui a été aseptisé par la traduction française, qui se cantonne à l'expression "ange exterminateur" (p. 307), de manière à éviter le parallèle avec les Einsatzgruppen qui exécutaient par centaines de milliers les Juifs d'U.R.S.S. Le Professeur Wilfried Wilms, de l'Université de Denver, a recensé un certain nombre de termes témoignant d'une présentation de la guerre aérienne alliée sous la forme d'opérations d'extermination à grande échelle par le gaz et par le feu (voir sa critique, p. 12-13).

*** / ***

lue 1451 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes