Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


[ 1939-45, AU JOUR LE JOUR ]
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Histoire(s) de la Dernière Guerre / collectif

En réponse à -2
-1Une authenticité indiscutable de Nicolas Bernard

A noter que... de Nicolas Bernard le vendredi 25 septembre 2009 à 14h49

... Hossbach ne s'est pas contenté de révéler le contenu de la conférence à Beck, après avoir communiqué les minutes aux autres protagonistes. Il la mentionnera également au Generalmajor Rudolf Schmidt, qui commande alors la 1. Panzer-Division. Or, le frère de cet officier, Hans-Thilo Schmidt, membre de l’Office de la Recherche du Reich (Forchungsamt), organisme chargé des écoutes radio, téléphoniques et radiogoniométriques, est un agent travaillant pour les services secrets français. Il leur communiquera rapidement ces informations explosives.

De fait, sept jours après la conférence de la Chancellerie, le colonel Rivet, chef des services de renseignements et de contre-espionnage de l’armée (1936-1944), rencontre Daladier pour lui évoquer cette affaire. Le politicien français manifeste son indifférence, et recommande à Rivet de se charger plutôt de "cuisine intérieure" : les problèmes frontaliers soulevés par la guerre d’Espagne, le Parti communiste, etc.. Voir à ce propos Pascal Krop, Les secrets de l’espionnage français, Payot et Rivages, 1995.

Ce n’est pas tout. Quelques jours après la conférence, le 23 novembre 1937, Göring expose à l’ambassadeur des Etats-Unis en France, William Bullitt, les revendications nazies sur l’Autriche et les Sudètes. Comme il est exclu qu'il ait agi sans l'aval du Führer, l'on pourrait en déduire que ce dernier a cherché à brûler ses vaisseaux, tout en tâtant le terrain, en l'occurrence en approchant une grande puissance certes, mais surtout isolationniste et éloignée de l'Europe, d'autant que l'initiative du futur Reichsmarschall pouvait passer pour une action isolée, que le dictateur aurait toujours la faculté de désavouer.

*** / ***

lue 533 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Nuances de françois delpla 25 sept. 2009 16h22
2 Pas convaincu de Nicolas Bernard 26 sept. 2009 00h06

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Histoire(s) de la Dernière Guerre

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes