Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

l'appel du 18 juin 1940 / François Delpla

En réponse à -4 -3 -2
-1Pinaillages et réalités de françois delpla

Traitrise Ghémardienne et Pétainiste de Jacques Ghémard le mercredi 02 juillet 2008 à 18h33

Du coup, Jacques prend un malin plaisir à me mettre en contradiction avec moi-même

Damned, je suis repéré !

Oui j'avoue, mais bon je ne suis pas vache en te tendant la perche pour dire que finalement on est pas à une heure près.

Est-ce que cela, Jacques, a une importance ? Non certes par rapport au sens du geste gaullien, qui n'est pas douteux. Mais j'aimerais qu'un jour tu répondes à ceci, et Michel également : est-il indifférent que de Gaulle ait eu toutes les peines du monde à parler, parce que Halifax le combattait et que Churchill le soutenait épisodiquement ?

Oui, je pense que ça a de l'importance effectivement. L'image d'Epinal, c'est une BBC disponible et on oublie les implications de cet appel pour les relations vichysto-britanniques.

Mais finalement l'appel du 18 juin, c'est aussi celui de Churchill par son soutient malgré les difficultés.

Je te rend grâce de m'avoir ouvert les yeux sur ce point même si j'ai eu du mal à dégager dans ton livre ce qui était important de ce qui était anecdotique.

Cela me paraît au contraire riche d'implications. Le moral anglais n'était pas, en moyenne, plus élevé que le français et le caractère de quelques hommes a décidé de tout. Mais ni Halifax, ni Pétain n'étaient des traîtres et encore moins des nazis. Ils étaient mis dans le vent par Hitler et c'est cela qui compte. Ils ne le voyaient pas en train d'accomplir le programme de Mein Kampf (coup foudroyant contre la France, paix générale à l'ouest et occupation tranquille de l'espace "vital" oriental), pour eux Hitler était un allié de Staline auteur d'un coup militaire heureux et il était vital de le stopper par un traité avant qu'il ait tout bouffé vers l'ouest.

Alors là, je ne vois plus du tout sur quoi tu t'appuies et pour me convaincre que Pétain n'était pas un traitre, il va falloir que tu uses quelques claviers.

Pour moi c'est un traitre parce qu'il dit quelque chose et fait le contraire et qu'il le fait avec l'ennemi. Pétain parle d'honneur et de redressement et son but est l'alliance avec le nouvel homme fort dont les idées lui conviennent sur bien des points. Mais ça il ne le dit pas. Je veux bien croire que c'est une habitude des hommes politiques de ne pas dire tout à fait ce qu'ils vont faire mais pas dans des circonstances aussi graves.

Je ne crois d'ailleurs pas que Churchill ni de Gaulle aient vu totalement clair dans le jeu d'Adolf.

Probablement mais il me semble à moi que de Gaulle a vu clair dans le jeu de Pétain.

Amicalement
Jacques

*** / ***

lue 640 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 "Pétain traître"... à la manière de Thiers de françois delpla 02 juil. 2008 21h15
2 pétain de Michel Auffret 03 juil. 2008 10h58

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur l'appel du 18 juin 1940

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes