Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

L'honneur et les rebelles de la marine française (1940-1944) / Etienne Schlumberger

En réponse à -4 -3 -2
-1Pourtant le choix était encore à faire de Jacques Ghémard

Le choix de steph2 le samedi 10 novembre 2007 à 18h57

Bonjour,

Il y a quelque chose de très sympathique chez l'herminier c'est qu'il ne cherche jamais à faire croire qu'il voulait rentrer en dissidence etc.

J'ai retrouvé dans son livre les phrases exactes:
"L'ennemi est là et nous tire dessus. C'est la seule chose certaine et, l'ennemi, Dieu soit loué, est allemand". Je comprend que s'il n'avait pas été allemand, il aurait fallu se battre tout de même!
A l'arrivée à Alger il est intercepté par une corvette anglaise qui après avoir compris qu'il venait de Toulon lui fait grand acceuil! A ce moment aurait-il pu engager son bateau chez les anglais?
Il faut relire les journaux anglais après le sabordage: la flotte française en se sabordant a fait un acte de guerre que l'on attendait depuis longtemps! Un acte de guerre pitoyable mais un acte de guerre. Il est maintenant su "bon côté".
En recherchant des infos sur le Cdt Robert Mine je suis tombé sur un forum d'ancien officiers mariniers, il faut entendre leur virulence contre ceux qui disent que c'était bien de reprendre le combat (comme Mine, pourtant pas FFL), c'est en 2007 alors j'imagine en 1942!
L'Herminier essaye de résumer toute la situation: Le vice amiral descend féliciter l'équipage, il voit un quartier maitre:
"Mes compliments, mon petit. alors tu es content d'être ici?"
"Dame, amiral, je suis content d'être à bord!"
L'Herminier commente:
"ici" n'a pas , apparement, évoqué en lui l'idée qu'il est à Alger, qu'il est enfin du "bon côté". Cela n'évoque pas "didées stratégiques" en lui. Comme ses camarades, il voulait se battre sur son bateau, contre l'ennemi.
Il est contentd'être à bord!. Le mot est laché: c'est le mot digne d'un marin...
Ces lignes écrites après la guerre reflètent encore toute l'ambiguité de la situation pour ces marins qui n'ont encore pas tout digéré.

Amicalement
Stéphane

*** / ***

lue 573 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur L'honneur et les rebelles de la marine française (1940-1944)

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes