Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Les fascismes / Pierre Milza

En réponse à -2
-1Lutte trop inégale de Igor Geiller

question de taille de d.zambon le samedi 03 mars 2007 à 18h17

Tout ce qui concerne la marine reste très épineux. Une belle marine qui n'a pratiquement rien coulé (pour les bâtiments de surface), malgré ses superbes unités. Seules les unités d'assaut ont eu un palmarès élogieux. Mussolini n'a jamais voulu risquer ses "joujous", construits à grand renfort de propagande et de sacrifices financiers et des amiraux, ma foi, compétents (comme Jachino), ne purent les utiliser à leur convenance. Les beaux cuirassés, dont certains furent réutilisés dans le Pacifique peu après la capitulation, n'ont fait que de la figuration et se sont les petites unités (destroyers et torpilleurs) qui forcèrent l'admiration des Anglais (et des Allemands) lors des missions -suicidaires- d'escorte des convois vers l'AFN. Tout le monde pensait qu'un baroud d'honneur de la Regia Marina se produirait en Sicile mais elle n'en avait pas les moyens (pas de mazout, notamment). Obéir à l'ordre de se rendre à Malte pour la reddition fut pire que la plus terrible des défaites (rappelons qu'hormis la bataille de Matapan, qui fut un véritable concours de circonstances favorable aux Anglais, comme souvent quand on étudie tous les engagements navals en Méditerranée... car, en plus, les Italiens étaient des "poissards"!! lol, la Regia Marina tint toujours la dragée haute à la meilleure marine du monde). D'aucuns disent que l'amiral Bragadin, qui périt avec les marins du cuirassé Roma suite à l'attaque d'une bombe planante allemande alors qu'il filait vers Malte, préparait une mauvaise surprise aux Britanniques ... mais ces allégations sont invérifiables. Comme le dit le Signore Luraghi, si les grandes unités de surface avaient pris la mer depuis Gênes et La Spezia pour tenter de mettre des bâtons dans les roues aux Alliés en Sicile, elles auraient été repérées et "attendues" avec le meilleur accueil. Dans tous les cas, ce ne fut pas un éventuel sacrifice qui démotiva le haut commandement de la Marine, mais bel et bien un manque de moyens, sans parler de la carte diplomatique, puisque les pourparlers entre Badoglio et Eisenhower eurent lieu très tôt.

*** / ***

lue 423 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Unités fanatisées ? de René CLAUDE 05 mars 2007 12h20
2 fanatisme italien? de arcole 05 mars 2007 13h04
2 le fanatisme dans l'armée italienne de d.zambon 05 mars 2007 13h17
3 Merci. de René CLAUDE 05 mars 2007 13h28
3 Dans le docu... de René CLAUDE 05 mars 2007 14h59
4 et pour cause... de arcole 05 mars 2007 15h24

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Les fascismes

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.22 s  5 requêtes