Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Les fascismes / Pierre Milza

En réponse à -4 -3 -2
-1Unités fanatisées ? de René CLAUDE

le fanatisme dans l'armée italienne de d.zambon le lundi 05 mars 2007 à 13h17

Il y eut naturellement des unités beaucoup plus "perméables" à l'idéologie fasciste, mais rien de comparable à ce qui put se passer en Allemagne. La division de chemises noires "Giovani fascisti" ("jeunes fascistes", correspondant au dernier stade de l'embrigadement paramilitaire qui commençait très tôt avec les "figli della Lupa", les "fils de la Louve"), qui se distingua lors de la bataille de Bir el Gobi en novembre -décembre 41 et surtout en Tunsie, sur la ligne Mareth, en 1943, était certainement "fasciste", mais je ne sais pas si le terme de "fanatique" peut s'y apposer. Au sein de l'aviation, on peut dire que le fascisme était plutôt populaire (peut-être y a-t-il un lien avec le fait que lors de la Repubblica di Salo', l'aviation (ANR)fut une des rares armes à avoir eu une activité intense contre les Alliés, avec beaucoup de volontaires). Le cas de la Decima MAS est plus complexe; je dirai qu'ils étaient "fanatiques de leur chef", Valerio Borghese, certainement sympathisant fasciste mais plutôt conservateur "à la Franco", et qui fut même interné un moment sur ordre du Duce en 44. Les unités de la GNR (milice) et les Waffen SS italiens furent probablement les plus virulents, notamment les femmes, les très jeunes gens et les "vieux fascistes de la première heure" (d'après les souvenirs de ma grand-mère qui vivait dans l'arrière-pays vénitien et a supporté la RSI et les Allemands jusqu'à la fin avril 45). Que penser des "volontari di Francia" de la Decima MAS, jeunes gens nés en France, d'origine italienne, et qui allèrent se battre contre les forces de Tito en Vénétie julienne? Luttaient-ils pour un idéal ou étaient-ils des "aventuriers"? Difficile à dire. Parmi les pontes du régime, les fanatiques étaient, entre autres, Graziani et surtout Farinacci, un vrai "dingue" plus nazi que les nazis, et qui faisait peur même à Mussolini.

*** / ***

lue 422 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Merci. de René CLAUDE 05 mars 2007 13h28
1 Dans le docu... de René CLAUDE 05 mars 2007 14h59
2 et pour cause... de arcole 05 mars 2007 15h24

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Les fascismes

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes