Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


La description de ce livre

Histoire de la Milice / Jacques Delperrié de Bayac

En réponse à
-1L'histoire du milicien de Bernonville de Laurent Laloup

Bernonville, la Milice et Vichy de Francis Deleu le jeudi 24 août 2006 à 16h10

Merci Laurent pour le lien vers les surprenantes tribulations de Jacques Dugé de Bernonville.
Ajoutons une petite touche pour ceux qui doutent encore des liens qui unissaient la Milice au régime à Pétain !

- Le 6 juillet 1944, peu après la fin du maquis des Glières, Bernonville (ainsi que Vaugelas et Dagostini), trois chefs miliciens "prestigieux" (sic) qui ont permis de remporter la "victoire" (sic) des Glières, sont cités à l'Ordre de la Nation. [1]

- En avril 1944, Bernonville est chargé, dans le Vercors, de la traque des maquisards. Préalablement, il fait désarmer toutes les brigades de gendarmerie de la région. Fureur du préfet de l'Isère qui, de sa plus belle plume, fait rapport à Vichy :
Bernonville ayant assuré au préfet qu'on lui avait dit a Vichy que "les gendarmes des brigades de montagne étaient susceptibles de prévenir le maquis des mouvements des miliciens", le commandant outré réplique :

*** ... une telle accusation sans aucune précision est grave car elle met en cause la loyauté et l'honneur de la gendarmerie toute entière. ***

L'officier ajoute : *** J'ai servi pendant quatre années en zone occupée et je n'ai jamais vu les soldats allemands désarmer un seul gendarme français servant sous ses ordres. *** [2]

Il n'est pas étonnant que Robert Paxton [2], citant Rita Thalmann [3] à propos des troupes allemandes chargées du maintien de l'ordre:

*** Rita Thalmann avait donc quelque raison de se demander, en 1991, comment la "mise au pas" d'une nation de 45 millions d'habitants "avait pu atteindre de telles proportions en si peu de temps avec des effectifs ne dépassant pas 40.000 hommes [4], même après l'occupation de la zone dite libre" ***

Ben oui! La police, la gendarmerie et, plus tard, la Milice assumaient le maintien de l'ordre avec zèle et "loyauté".

Bien cordialement,
Francis.

[1] Pierre Giolitto, Histoire de la Milice.
[2] Robert Paxton, La France de Vichy.
[3] Rita Thalmann, La Mise au pas : idéologie et stratégie sécuritaire dans la France occupée. (ouvrage cité par Paxton)
[4] Le chiffre de 40.000 hommes est contesté par quelques spécialistes des troupes d'occupation en France. A mon avis, il y a lieu de faire la distinction entre l'armée d'occupation, parée à faire face au débarquement, et les unités affectées au maintien de l'ordre.

*** / ***

lue 1293 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 La responsabilité du Maréchal : de Laurent Laloup 26 août 2006 15h12

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Histoire de la Milice

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes