Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Histoire de Vichy / Jean-Paul Cointet

En réponse à -5 -4 -3 -2
-1Le vrai du faux de Francis Deleu

De Gaulle-Pucheu : version Alain Decaux de Francis Deleu le mardi 07 juin 2005 à 18h50

Bonsoir,

Après la relation par Robert Aron de l'entretien que de Gaulle accorda aux avocats de Pucheu, celle d'Alain Decaux.

Le bâtonnier Buttin a dû regagner Meknès. C'est donc Me Gouttebaron et Me Trape que, le dimanche 19 mars, le général de Gaulle va recevoir à la villa des Oliviers. En sor­tant de l'audience, appuyé sur le capot d'une voiture, c'est "à chaud" que Me Trape a consigné les propos de Charles de Gaulle. Ces notes, écrites au crayon, je les ai tenues entre mes mains. Elles m'aident à comprendre la stupéfaction des deux avocats, quand ils ont entendu de Gaulle exposer lon­guement, très longuement, sa position devant eux ! Le géné­raI estime qu'"il n'y a presque rien dans le dossier lui-­même." Mais "nous vivons un drame affreux qui a son origine dans le fait que certains ont cru devoir déposer les armes avant d'avoir épuisé tous les moyens, ce qui nous a amenés à cette politique affreuse de collaboration et à toutes ses conséquences actuelles". De Gaulle ne doute pas que certains l'aient fait de bonne foi. Il se dit "sûr et bien per­suadé que Pucheu est de ceux-là." Mais "nous n'avons pas à considérer l'intention... En signant les lois d'exception, Pucheu ne pouvait ignorer qu'elles créaient une arme redou­table qui pouvait faire beaucoup de mal aux Français".
De Gaulle rappelle qu'il est arrivé à Alger après l'arresta­tion de Pucheu et qu'il n'en porte pas la responsabilité. Que la législation selon laquelle Pucheu a été condamné a été éla­borée au sein du Comité français de la Libération dont Giraud était coprésident et que ce dernier "a adopté ce texte sans faire aucune réserve en ce qui concerne Pucheu". Il poursuit :
- L'honneur de la France, c'est de ne pas avoir accepté l'armistice, c'est de ne pas avoir suivi ceux qui l'ont accepté. Si j'étais amené à prendre cette décision, je vous charge tous deux, puisque vous l'accompagnerez jusqu'au bout, de lui transmettre personnellement ce message. M. Pucheu a suivi une politique qui a échoué. Aujourd'hui la France est une barque ballottée sur un océan en furie; les événements commandent, nous suivons. Je garde mon estime à M. Pucheu ; faites-lui savoir que je suis persuadé que ses intentions étaient bonnes; qu'il était sincère. Dans le drame que nous vivons, que la France vit, quand tout le monde souffre, nos personnes ne comptent pas, notre seul guide doit être la raison d'Etat; la France, son honneur dans le présent, dans l'avenir, seuls comptent.
Comme ils écoutent, les avocats ! Le Général ajoute :
- Ma personnalité, celle de M. Pucheu ne comptent pas. Je suis moi-même condamné à mort. Vous avez parlé du jugement de l'Histoire, maître, l'Histoire c'est l'avenir; seule I 'Histoire nous jugera tous les deux.
Il se tait un instant Puis :
- Je voudrais que vous ajoutiez ceci encore: dites à M. Pucheu, dites-lui bien que si un jour je vais en France, je lui donne l'assurance la plus formelle sur mon honneur, j' en prends l'engagement devant vous deux : j'ai des enfants, M. Pucheu en a; je ferai personnellement, j'insiste, personnellement, tout ce que je pourrai humainement faire pour assurer leur éducation physique et morale; je ferai tout pour qu'ils n'aient pas à souffrir trop de la décision que je peux être appelé à prendre.

Ceux qui ont bien connu le général de Gaulle en convien­dront les premiers : rarement, jamais peut-être, il ne s'est ainsi laissé aller à penser à voix haute, à tout exprimer de ses états d'âme. La plupart du temps, quand il recevra des avo­cats venus solliciter la grâce d'un condamné à mort, il les écoutera en silence, sans proférer le moindre commentaire. Ici, ce soliloque prend une étrange grandeur. Comme l'a noté le bâtonnier Buttin, "il traduit le trouble créé par le procès chez ceux qui étaient les plus authentiquement imprégnés de l'esprit de la Résistance. Comment, en effet, le général de Gaulle pouvait-il garder son estime à M. Pucheu et en même temps le faire fusiller pour crime de trahison ?"

A cette interrogation propre à déchirer l'âme d'un avocat, de Gaulle a répondu on ne peut plus clairement: "Notre seul guide doit être la raison d'Etat".


(Alain Decaux, Morts pour Vichy, pages 183 à 185 en collection Pocket)

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 838 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Histoire de Vichy

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.02 s  5 requêtes