Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Darlan - Bernard Costagliola
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Abetz (Otto) - Allemagne nazie
-

(1903-1958) Francophile, Abetz participa au début des années trente à diverses rencontres franco-allemandes. En janvier 1935, il fut chargé au sein de la Ribbentrop Dienstelle de la propagande en direction de la France: il lança le Comité France-Allemagne et mit en place un réseau de relations dans la presse française. Lors de la déclaration de guerre en 1939, il sera expulsé de France pour y revenir en août 1940 comme représentant de Ribbentrop à Paris, avec le rang d'ambassadeur.
En 1949, il sera condamné par le tribunal militaire de Paris à 20 ans de détention et remis en liberté en 1954.


Auphan (Amiral) - France
-

(1894-1982) L'amiral Auphan est nommé secrétaire d'Etat à la Marine le 18 avril 1942. II démissionnera le 17 novembre 1942. II avait été membre des cabinets militaires de Georges Leygues et de François Piétri, commandant de la "Jeanne-d'Arc" en 1936, sous-chef d'état-major de la Marine en 1939, directeur de la Marine marchande en juillet 1940, chef d'état-major général des forces navales en 1941. En août 1944, à Paris, il tentera de transmettre les pouvoirs de Pétain à de Gaulle. Condamné par contumace aux travaux forcés à perpétuité en 1946, il comparaîtra en juillet 1955 devant la Haute Cour qui prononcera une peine dont il sera immédiatement relevé. Ardent défenseur de la mémoire du maréchal, l'amiral Auphan est l'auteur de nombreux ouvrages sur Vichy, notamment d'une "Histoire élémentaire de Vichy"


Collaboration - Vichy
-

Mémento des principaux mouvements politiques collaborationnistes sous Vichy.

- PPF : Parti Populaire Français (Jacques Doriot) - organe de presse: "Le Cri du Peuple de Paris"

- MSR : Mouvement Social Révolutionnaire (Eugène Deloncle)

- CSAR : Comité Secret d'Action Révolutionnaire - appelé par dérision "La Cagoule". - organe de presse: "La Vie nationale".

- RNP : Rassemblement National Populaire (Marcel Déat) - organe de presse: "L'Oeuvre".

- La Parti franciste (Marcel Bucard) - organe de presse: "Le Francisme".

- PFNC : Parti Français National Collectiviste (Pierre Clementi) - organe de presse: "Le Pays Libre".

- La Ligue française (Pierre Constantini) - organe de presse: "L'Appel".

- Le Front franc (Jean Boissel) - organe de presse: "Le Réveil du Peuple".

- Le Feu (Maurice Delaunnay) - organe de presse: "La Tempête".

- Le Groupe Collaboration (Alphonse de Châteaubriant) - organe de presse: "La Gerbe".


Darlan (François) - France
-

(1881-1942) Commandant d'une batterie de canonniers marins pendant le Première Guerre mondiale, François Darlan est nommé en 1926, directeur du cabinet de Georges Leygues, ministre de la Marine. Il s'y consacra déjà à la rénovation de la flotte. En 1934, il reçoit le commandement de l'escadre de l'Atlantique; en 1936, chef d'état-major général de la Marine; en 1938, amiral de la flotte.
En juin 1940, il entre dans le gouvernement de Pétain comme Ministre de la Marine. En décembre 40, à la suite du renvoi de Laval, il est nommé vice-président du Conseil et est considéré comme le dauphin du Maréchal Pétain.
Présent à Alger, en novembre 42, lors du débarquement américain en AFN, Darlan se rallie à la cause alliée après s'y être opposé quelques jours. Il sera assassiné le 24 décembre suivant par le jeune Bonnier de la Chapelle.


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


AFN - Afrique Française du Nord
-

Territoire de l'Empire français.

Dans ce texte :

Darlan et la collaboration franco-allemande pour le défense de l'AFN de Francis Deleu le samedi 28 février 2015 à 20h14

Bonsoir,

Dans son mémorandum sur les rapports franco-allemands (daté du 1 juillet 1943), Otto Abetz reproduit le télégramme n° 2924 adressé à Berlin le 10 juillet 1942 :

***** Darlan qui ne s'était plus présenté à l'Ambassade depuis fin avril, me fit une visite ce matin, au cours de laquelle il exprima sa satisfaction sur la coopération entre Laval et lui-même.

Au sujet des nouveaux grands succès militaires allemands en Libye, en Egypte et dans la campagne de l'Est, Darlan déclara qu'ils confirmaient la conviction qu'il avait toujours eue et exprimée, de la victoire des armes allemandes. Il félicita aussi en particulier la flotte allemande pour la destruction de grand convoi dans la Mer du Nord qui, selon lui, pourrait paralyser, quelques semaines plus tôt, la force de résistance des Soviets. Quant aux victoires du Maréchal Rommel, Darlan déclara que Rommel était l'officier en vedette de cette guerre et qu'il aurait le plus grand plaisir à faire sa connaissance personnelle.

Darlan s'exprima de façon positive sur la situation intérieure en France. D'après ses observations, le nombre de gaullistes et des cercles anglophiles qui a été surestimé de tout temps est, de plus en plus fortement, en voie de disparition.

Lui ayant fait allusion à l'attitude, en partie anglophile, des Deuxièmes Bureaux, Darlan déclara qu'il n'était pas sans connaître les agissements des dits services et que là où on lui signalait des cas concrets, il intervenait toujours très énergiquement. Après avoir fait procéder à quelques arrestations, il est complètement sûr de la marine. Par contre, il est encore obligé de se défier de certains Etats-Majors de l'armée de Terre et de l'armée de l'Air. Il serait reconnaissant si des services allemands lui fournissaient aussi une documentation précise qui lui donnerait des points de départ en vue de son action d'épuration. La Direction du Contre-Espionnage de Paris a été mis au courant de cette déclaration faite par Darlan.

En ce qui concerne l'installation d'un Consulat allemand à Dakar lié au départ du Gouverneur Boisson, Darlan confirma la communication que Laval avait déjà faite, à savoir que Boisson retournera d'abord à Dakar, qu'il prendra, une fois là, un congé de convalescence de trois mois qu'il ira passer dans la métropole fin juillet et qu'il se retirera pour raisons de santé au cours de son congé.
Je saisis l'occasion pour conseiller également à Darlan le rappel du Maroc du Général Noguès. Quoique son attitude ait été pratiquement loyale en substance, son administration laisse souvent apercevoir l'absence d'une orientation intérieure qui soit favorable à une collaboration avec l'Allemagne.

Darlan promit d'examiner ce cas, et de même une surveillance sévère de l'Amiral Fenard, dont les pourparlers avec Murphy lui semblaient superflus, du fait que celui-ci, tout comme l'ensemble des représentants consulaires des Etats-Unis ne s'intéresse pas aux questions économiques mais seulement à l'espionnage.

Au sujet du tonnage neutre, Darlan se déclara prêt, tout comme le Président Laval, à faire rapidement le nécessaire en vue d'obtenir un arrangement satisfaisant pour l'Allemagne et l'Italie. Cet arrangement doit se faire sous une forme qui n'offre pas aux Etats-Unis le prétexte de réquisitionner, à titre de représailles, le tonnage français qui est resté ancré dans les ports de l'Amérique du Sud, sans avoir fait jusqu'à présent l'objet de protestations.

Il entrevoit la solution, en première ligne, sous la forme d'un louage des navires neutres dans les ports français de la Méditerranée, question qu'il examinera immédiatement après son retour à Vichy avec le Président Laval et l'Amiral Auphan.

En liaison avec la question de la flotte de guerre française ancrée à Alexandrie, Darlan fit remarquer que la dernière note des Etats-Unis avait aussi provoqué une grande indignation chez le Maréchal Pétain, qui, dans une conversation, aurait traité les Américains de saligauds.

Signé : Abetz *****
Ce télégramme date du 10 juillet 1942, quelques mois avant le débarquement alliés en AFN. Peut-on encore raisonnablement douter de la politique de collaboration avec l'Allemagne, souhaitée par Darlan et le régime de Vichy.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.09 s  3 requêtes