Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


[ 1939-45, AU JOUR LE JOUR ]
 
 
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Histoire(s) de la Dernière Guerre - collectif
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis n'a rien trouvé dans :

Je ne vomis pas mais je renvoie... de françois delpla le mercredi 14 septembre 2011 à 05h43

... aux arguments peu civilisés du pourtant juriste Philippe Bilger .

1) On ne tue pas, sauf en cas de légitime défense, c'est-à-dire quand on est menacé d'être tué soi-même : zéro pour la question.

2) Après une exécution sommaire, on ne parade pas en prétendant que "justice est faite".

3) Dans tous les autres cas de figure, on s'apitoie sur les victimes en disant qu'elles ont "besoin pour se reconstruire" de voir leurs bourreaux obligés de s'expliquer (ou de refuser minablement de le faire) dans un box. Pourquoi dans celui-ci on se contente de leur faire faire la danse du scalp au journal de 20 heures ?

4) On fait un procès dans tous les cas, même celui où l'accusé est complètement bouché... exactement comme quand on abolit la peine de mort pour tous, même pour les crapules, les violeurs, les assassins d'enfants, les trafiquants de drogue et toutes les autres exceptions que prévoit ma concierge, farouche adversaire de la peine de mort au demeurant.

5) Quant à moi, heureusement que je me contrôle, sinon je dirais volontiers qu'il faut coller contre un mur les partisans des droits de l'homme qui multiplient avec facilité les exceptions et autres exemptions. Le même instinct me dicterait de donner double dose de balles à quiconque prétend que le rappel de la nécessité absolue et intangible d'un procès revient à "verser des larmes" sur la victime d'une exécution sommaire, ou à rallier son camp.

Le fait d'avoir bafoué ces principes a fait prendre du retard à l'humanité, et aggravé celui qu'avaient occasionné les prétendues "ripostes au 11 septembre" américaines antérieures.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.04 s  3 requêtes