Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Vichy dans la Solution finale - Laurent Joly
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Collaboration - Vichy
-

Mémento des principaux mouvements politiques collaborationnistes sous Vichy.

- PPF : Parti Populaire Français (Jacques Doriot) - organe de presse: "Le Cri du Peuple de Paris"

- MSR : Mouvement Social Révolutionnaire (Eugène Deloncle)

- CSAR : Comité Secret d'Action Révolutionnaire - appelé par dérision "La Cagoule". - organe de presse: "La Vie nationale".

- RNP : Rassemblement National Populaire (Marcel Déat) - organe de presse: "L'Oeuvre".

- La Parti franciste (Marcel Bucard) - organe de presse: "Le Francisme".

- PFNC : Parti Français National Collectiviste (Pierre Clementi) - organe de presse: "Le Pays Libre".

- La Ligue française (Pierre Constantini) - organe de presse: "L'Appel".

- Le Front franc (Jean Boissel) - organe de presse: "Le Réveil du Peuple".

- Le Feu (Maurice Delaunnay) - organe de presse: "La Tempête".

- Le Groupe Collaboration (Alphonse de Châteaubriant) - organe de presse: "La Gerbe".


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Libre - ZL - France
-

Libre jusqu'en 1942 et l'invasion et l'occupation par les troupes allemandes de tout le territoire français. Elle devient alors Zone Sud (ZS).


Zone Occupée - ZO - France
-

Jusqu'en 1942, le territoire français occupé et administré par les Allemands au Nord de la ligne de démarcation. Après l'invasion de la Zone Sud, on dira Zone Nord (ZN)


SS - Schutzstaffel - Allemagne nazie
-

"Echelon de protection" ou "Section de protection".
Créée en 1923, la SS est d'abord la garde prétorienne de Hitler. Sous l'impulsion de Heinrich Himmler qui en prend la tête le 6 juin 1929, elle devient la police du Reich. A partir de 1937, la SS est chargée de la gestion du système concentrationnaire.
Himmler portera le titre de "Reichsfürher-SS".

A partir de 1935, la SS se subdivise en différentes branches notamment:
- SS Verfügungstruppe (troupes mises à disposition), organisées militairement et qui deviennent, au début de la guerre, les Waffen SS.
- SS Totenkopf (tête de mort) chargées de la garde des camps de concentration.

Dans ce texte :

"La négociation hyperimportante du 2 juillet 42" de Nicolas Bernard le mardi 08 décembre 2009 à 13h22

> Vos propos sont très tendancieux et empreints d'une
> constante partialité.

Qu'on en juge.




> Ils ne tiennent aucun compte de la négociation
> hyperimportante du 2 juillet 42, au 72 avenue Foch entre
> Bousquet, d'une part et Oberg et Knochen, de l'autre.
> Cette négociation témoigne du souci de Vichy de protéger
> sa population, juive en particulier, AVANT, et non après,
> les premières rafles et les protestations qu'elles
> engendrèrent.

"Protéger sa population, juive en particulier" ? Vous ne faites plus la distinction entre Juifs français et Juifs étrangers ?

Donc, à vous suivre, Vichy cherche, au cours de ces fameuses négociations, à protéger tous les Juifs de France. Voyons donc ce qu'il en est.

Pour rappel, Eichmann, qui supervise la "Solution finale", prévoit le 11 juin 1942 de déporter 100.000 Juifs de France. Mais son représentant sur place, Dannecker, déplore le manque de trains, et, du fait de ces difficultés logistiques, ce chiffre est réduit à 40.000 Juifs de France, sur trois mois : 22.000 pour la région parisienne, 6.000 pour le reste de la zone occupée et 10.000 pour la zone "libre", sachant que 9.000 d'entre eux sont de nationalité française vivant en zone occupée. Pour le moment, les nazis modèrent leurs exigences, car n'envisageant de déporter "que" les Juifs compris dans une limite d'âge de 18 à 60 ans.

40.000 Juifs adultes, donc, et sur deux zones. La coopération de Vichy est indispensable, d'une part pour des raisons logistiques (la police française constituant un outil potentiellement efficace), d'autre part parce que l'occupant n'a aucun droit de regard sur la population de zone "libre", même au prétexte d'effectuer des opérations de sécurité de ses troupes (le seul fondement juridique à la réquisition de la police française, et donc très limité).

Vichy a accepté le principe d'une collaboration policière, mais veut partager les tâches : les rafles devront être effectuées par les Allemands en zone occupée, et par Vichy en zone "libre", outre que devront être majoritairement déportés les Juifs étrangers. Ces deux considérations (laisser aux Allemands le sale boulot en zone occupée, et leur livrer des Juifs étrangers) résultent d'une prise en compte, par Vichy, de l'opinion publique française, réputée à tort ou à raison plus hostile aux Juifs étrangers.

Le fait, pour les Allemands, d'avoir à procéder eux-mêmes aux rafles en zone occupée, leur déplaît, car ils manquent de moyens. Aussi les négociations traînent-elles, jusqu'à ce que, le 2 juillet 1942, Vichy, par la voix de Bousquet, se range à l'avis des S.S. : la police française arrêtera en conséquence les Juifs des deux zones. En échange, les Juifs français seront provisoirement épargnés. Selon une note du conseil des ministres de Vichy du 3 juillet 1942, "le Maréchal estime que cette distinction est juste et sera comprise par l'opinion".

Le marchandage est donc réalisé : seront notamment livrés aux Allemands par les Français 10.000 Juifs de la zone "libre" (déjà promis le 16 juin 1942...) et 20.000 Juifs parisiens.

En d'autres termes, la "la négociation hyperimportante du 2 juillet 42" a concrétisé l'organisation des rafles antisémites des deux zones par la police française.

Mais Eichmann, par la voix de Dannecker, est mécontent : il était prévu de déporter 22.000 Juifs de région parisienne, et seuls 20.000 sont promis. C'est alors que Laval, le 6 juillet 1942, propose d'ajouter les enfants des Juifs arrêtés des deux zones, ce qui porte le total à 4.000 Juifs (des enfants, donc) livrés en supplément.




> Cette partialité vous juge comme historien.

Savez, l'anonyme, venant de vous...

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.1 s  3 requêtes