Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Ce que savaient les Alliés - Christian Destremau
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Collaboration - Vichy
-

Mémento des principaux mouvements politiques collaborationnistes sous Vichy.

- PPF : Parti Populaire Français (Jacques Doriot) - organe de presse: "Le Cri du Peuple de Paris"

- MSR : Mouvement Social Révolutionnaire (Eugène Deloncle)

- CSAR : Comité Secret d'Action Révolutionnaire - appelé par dérision "La Cagoule". - organe de presse: "La Vie nationale".

- RNP : Rassemblement National Populaire (Marcel Déat) - organe de presse: "L'Oeuvre".

- La Parti franciste (Marcel Bucard) - organe de presse: "Le Francisme".

- PFNC : Parti Français National Collectiviste (Pierre Clementi) - organe de presse: "Le Pays Libre".

- La Ligue française (Pierre Constantini) - organe de presse: "L'Appel".

- Le Front franc (Jean Boissel) - organe de presse: "Le Réveil du Peuple".

- Le Feu (Maurice Delaunnay) - organe de presse: "La Tempête".

- Le Groupe Collaboration (Alphonse de Châteaubriant) - organe de presse: "La Gerbe".


Commissariat général aux questions juives - CGQJ - Vichy
-

Créé par la loi du 19 mars 1941, le CGQJ a mission de "gérer" la "question juive". A sa tête est nommé Xavier Vallat, l'auteur sinon l'inspirateur du statut des Juifs de juin 41. En mai 42, Vallat, jugé trop mou, est remplacé par un extrémiste, habité par une haine frénétique des Juifs: Louis Darquier mieux connu sous le nom de Darquier de Pellepoix.


persécution - Vichy
-

Par une confusion de vocabulaire, certains emploient indistinctement les termes "répression" ou "persécution" pour désigner la politique menée par Vichy ou par l'occupant nazi, contre les Juifs.
Le terme "répression" convient pour désigner la violence employée contre les communistes, les gaullistes et les résistants, poursuivis pour ce qu'ils **faisaient** ou **avaient fait**. Il est moins indiqué d'appliquer ce terme aux Juifs "persécutés" pour ce qu'ils **étaient**.


Police aux Questions juives - PQJ - Vichy
-

Police spécialisée dans l'enquête sur la "race" des personnes et le contrôle de la population juive. Sa brutalité et ses exactions sont telles qu'elle sera transformée en simple service, le SEC (Service d'enquête et de contrôle), avec les mêmes attributions.

Pour pallier l'incapacité de la police officielle à remplir les missions spéciales voulues par le régime, Vichy procéda à la mise en place d'un triptyque de polices auxiliaires spécialisé dans la lutte de tout ce qui était considéré comme "l'anti-france" : les communistes, les sociétés secrètes (les francs-maçons en particulier) et les Juifs.Ce seront :
- le Service de Police anti-commmuniste (SPAC)
- le Service de Police des sociétés secrètes (SSS)
- la Police aux questions juives (PQJ).

La brutalité et les exactions de la PQJ, spécialisée dans l'enquête sur la "race" des personnes et le contrôle de la population juive étaient telles qu'elle sera transformée en simple service plus discret, le SEC (Service d'enquête et de contrôle), avec les mêmes attributions.


R - Résistance (France)
-

Dans le cadre de l'organisation de la Résistance, la lettre R suivie de 1 à 6 indiquait une région de la zone Sud (zone non occupée jusqu'en 1942).
R1 : Région Rhône-Alpes (centre Lyon).
R2 : Région Provence-Côte d'Azur (centre Marseille).
R3 : Région Languedoc-Roussillon (centre Montpellier).
R4 : Région du Sud-Ouest (centre Toulouse).
R5 : Région de Limoges (centre Brives puis Limoges).
R6 : Région de l'Auvergne (centre Clermont-Ferrand).

En zone Nord occupée, les régions étaient définies par les simples lettres : P - A - B - C - D - M
(voir "zone")


rafle - Vichy
-

Spécialité de la police française aux ordres de l'occupant nazi ou de Vichy. La plus connue est la grande rafle du Vel' d'Hiv' (voir ce terme).
On le sait moins, la rafle du Vel' d'Hiv' a été précédée de quelques autres:
- 14 mai 1941: arrestation de 3.700 Juifs allemands, tchèques et polonais qui croyaient avoir trouvé refuge en France. "Parqués" dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande.
- 20 août 1941: arrestation à Paris de 4.000 Juifs. Direction Drancy.
- 6 décembre 1941: arrestation de 1.000 notables et intellectuels, presque tous Français, envoyés au camp de Compiègne.
- 16 et 17 juillet: Vel' d'Hiv'.
Les rafles ne se limitent pas à la zone Nord (occupée). Le 26 août: les Juifs de la Creuse qui avaient cru trouver refuge dans ce département sont pourchassés; les 26/28 août c'est le tour de Lyon et de Marseille. La liste est longue. Le calvaire des Juifs ne fait que commencer....


Reichsführer - Allemagne nazie
-

Grade dans la Waffen SS qui ne fut attribué qu'au seul Heinrich Himmler. Son équivalent dans l'armée française pourrait être "Maréchal" qui n'est pas, à proprement parler, un grade mais une distinction honorifique.


Sicherheitspolizei - SIPO - Allemagne nazie
-

Police de sécurité en civil regroupant la KRIPO (police criminelle) et la Gestapo.


Vallat (Xavier) - Vichy
-

(1891-1972) Issu d'une famille royaliste, enseignant dans une institution religieuse, catholique intransigeant, mutilé de la Première Guerre mondiale, Xavier Vallat entre en politique en 1919. Il ne cessera d'afficher sa haine du parlementarisme, de la gauche, des étrangers et des juifs. On sait, par exemple, comment il se déchaîna contre Léon Blum en 1936.
En 1940, Pétain le nomme Ministre des Anciens Combattants et le charge d'organiser la Légion française des Combattants créée en août 1940. Le 29 mars 1941 il est nommé à la tête du Commissariat général aux Questions juives. C'est lui qui appliquera le premier Statut des Juifs promulgué en octobre 1940 et préparera le second statut promulgué le 2 juin 1941. Le 6 mai 1942, il cède la place à Louis Darquier de Pellepoix encore plus virulent antisémite que Vallat.
Arrêté à la Libération, il sera condamné à l'indignité nationale et dix ans de prison. A l'issue de sa peine, il dirigera un journal royaliste dans les années 60.


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Libre - ZL - France
-

Libre jusqu'en 1942 et l'invasion et l'occupation par les troupes allemandes de tout le territoire français. Elle devient alors Zone Sud (ZS).


Zone Occupée - ZO - France
-

Jusqu'en 1942, le territoire français occupé et administré par les Allemands au Nord de la ligne de démarcation. Après l'invasion de la Zone Sud, on dira Zone Nord (ZN)


AN - Archives nationales - France

CDJC - Centre de Documentation juive contemporaine - France
-

Le CDJC fut fondé en avril 1943 avec pour mission de rassembler les documents ayant trait à la persécution des Juifs, notamment économique.


MBF - Militärbefehlshaber in Frankreich - Allemagne nazie
-

Littéralement: "Commandant militaire en France". En clair: l'administration militaire allemande en France. Elle est divisée en deux grandes sections: l’état-major de commandement et l’état-major administratif. L'une et l'autre sont responsables du maintien de l'ordre et de la sécurité.
L’état-major de commandement traite de la collaboration générale entre les autorités d’occupation et le gouvernement de Pétain, de la persécution des juifs, de la politique générale de représailles.
L'état-major administratif s'occupe plus spécialement d'organiser l'exploitation économique de la France au service de l'économie de guerre allemande.


PS - Poste de secours - France
-

Poste de secours à ne pas confondre avec un parti politique.


RSHA - Reichssicherheitshauptamt - Allemagne nazie
-

Office Central de la Sécurité du Reich créé en 1939 avec à sa tête Reinhard Heydrich. Après l'assassinat de Heydrich par la Résistance tchèque à Prague, le 8 juin 1942, le poste est confié à Ernst Kaltenbrunner.
Le RSHA comprend 7 divisions (Amt - Ämter au pluriel):
- Amt I : Service du personnel pour l'ensemble du RSHA.
- Amt II : Questions administratives, économiques et droit.
- Amt III : Inland SD (Sicherheitsdienst) - Service de renseignement et de sécurité intérieure.
- Amt IV : Gestapo - Recherche des adversaires du régime et répression.
- Amt V : Kripo - Police criminelle
- Amt VI : Ausland SD (Sicherheitsdienst)- Service de renseignement et de sécurité à l'étranger.
- Amt VII : Documentation, études et recherches idéologiques.


SD - Sicherheitsdienst - Allemagne nazie
-

Service de sécurité responsable de la surveillance intérieure, du renseignement, de l'espionnage et du contre-espionnage du parti.
Dans l'organigramme du RSHA (Office Central de la Sécurité du Reich) le SD est désigné:
- Amt III Inland SD (service de renseignement intérieur)
- Amt VI Ausland SD (service de renseignement à l'étranger)


SEC - Service d'Enquête et de Contrôle - Vichy
-

Le Service d'enquête et de contrôle (SEC) succédera à la Police aux Questions Juives (PQJ) en élargissant sa mission de traque et de persécution antisémite à celle de lutte "anti-terroriste".


SS - Schutzstaffel - Allemagne nazie
-

"Echelon de protection" ou "Section de protection".
Créée en 1923, la SS est d'abord la garde prétorienne de Hitler. Sous l'impulsion de Heinrich Himmler qui en prend la tête le 6 juin 1929, elle devient la police du Reich. A partir de 1937, la SS est chargée de la gestion du système concentrationnaire.
Himmler portera le titre de "Reichsfürher-SS".

A partir de 1935, la SS se subdivise en différentes branches notamment:
- SS Verfügungstruppe (troupes mises à disposition), organisées militairement et qui deviennent, au début de la guerre, les Waffen SS.
- SS Totenkopf (tête de mort) chargées de la garde des camps de concentration.

Dans ce texte :

"Obtenir des réparations financières" ? de Nicolas Bernard le mercredi 02 décembre 2009 à 15h38

De l'un de mes (longs, désolé) articles, vous ne retenez que le point suivant :

"Quant aux lois et aux décrets du Gouvernement de Vichy, écrit Serge Klarsfeld (Vichy-Auschwitz. La Solution finale de la Question juive en France, Fayard, 2001, p. 16) ils sont valables non seulement pour la zone libre, mais aussi pour la zone occupée, à condition toutefois qu'ils ne contredisent pas les ordonnances allemandes. L'existence du Gouvernement de Vichy, institué pour toute la France à titre de pouvoir souverain, confère aux services officiels français en zone occupée la qualité d'émanations du Gouvernement de l'Etat français, sous l'égide duquel ils travaillent. Les ministères de Vichy ont, en effet, leurs représentants en zone occupée auprès du Commandant militaire allemand. Ainsi, chaque acte des services français en zone occupée est un acte de l'Etat français." A noter que les délégués de Vichy étaient dirigés par le général La Laurencie.


Ce qui vous permet de prétendre avec un bel aplomb : "Merci de confirmer si bien mon dire. Vous dites vous-même que l'application des lois de Vichy en zone occupée n'allait pas de soi à partir du moment où Dannecker, venant à Paris pour y faire autre chose que fréquenter les "cholies mademoiselles", posait à Vichy le problème d'assurer sa "souveraineté" sur cette zone."

La Charte m'interdit malheureusement de qualifier ce genre de procédé. En tout état de cause, non seulement votre citation est tronquée, mais vous déformez mes propos. J'ai au contraire rappelé que les Allemands avaient pris la décision, s'agissant des affaires intérieures françaises, et notamment de la "question juive", de "laisser aux Français le soin de régler la suite, afin d'éviter dans ce domaine la réaction du peuple français contre tout ce qui vient des Allemands. Aussi bien les services allemands s'en tiendront-ils à faire des suggestions" (conférence R.S.H.A. - Armée du 30 janvier 1941). Dès le 22 août 1940, l'armée avait donné le ton : "Toute l'activité de l'administration militaire sera guidée par ce principe que seules les mesures destinées à l'occupation militaire du pays devront être prises. Par contre, il n'est pas du ressort de l'administration militaire de s'immiscer dans les affaires de politique intérieure française, pour l'améliorer. Pour prendre toutes les mesures administratives qu'elle sera appelée à prendre, l'administration militaire devra emprunter, par principe, le canal des autorités françaises."

"Le gouvernement de Vichy, rappelait à ce propos Jacques Delarue ("La police et l'administration", contribution à C.D.J.C. : La France et la Question juive, Sylvie Messinger, 1981, p. 58), légiférait en principe pour la France entière, toutes zones confondues, mais il lui fallait soumettre préalablement ses textes s'appliquant en zone occupée à l'approbation du M.B.H.). Il aurait pu aisément jouer sur les différences sensibles qui existaient dans la pratique sur ces quatre zones, s'appuyer sur le fait que la convention d'armistice et la convention de La Haye n'autorisaient pas la puissance occupante à légiférer, enfin utiliser la résolution des militaires de ne pas se mêler des affaires intérieures de la France ainsi que les différends graves qui existaient entre l'administration militaire, détentrice de tous les pouvoirs, la S.S. et la Sipo-S.D., qui n'en avaient théoriquement aucun, et l'Ambassade, qui n'en avait pas davantage, ou presque.

Or, Vichy ne tenta rien.




> Toute la politique d'esquive de Vichy a consisté à jouer
> des rivalités et surtout des obscurités dans les
> compétences existant entre les différents services de
> l'occupant allemand. Avec un art consommé, Vichy a su
> jouer de l'opposition entre les SS et le MBF et, au sein
> de la SS, entre Dannecker et Oberg-Knochen.

Faux, à plusieurs titres :

1) L'armée ne s'est pas opposée à la politique antisémite des S.S..

2) Si des dirigeants vichystes ont essayé de miser, qui sur Dannecker, qui sur Oberg, c'est afin de prendre le contrôle de la politique antisémite de Vichy au nom de la logique selon laquelle la lutte contre les Juifs devait être spécifiquement française, et non d'importation allemande.

A cet égard, Dannecker avait marqué un point en obtenant la nomination du délirant Darquier de Pellepoix à la tête du Commissariat général aux Questions juives, le 6 mai 1942. Son prédécesseur, Xavier Vallat ne plaisait pas aux Allemands, car trop attaché à coordonner lui-même une politique antisémite que l'occupant ne désapprouvait pas sur le principe. Il avait osé déclarer à Dannecker : "Je suis un plus vieil antisémite que vous, je pourrais même être votre père, à cet égard". En d'autres termes Vallat se considérait comme un singulier patriote : à ses yeux, exclure les Juifs de la nation devait rester l'apanage de Vichy. Cette indépendance française en la matière devait se traduire par des mesures infiniment plus graves envers les Juifs que celles prévues par l'occupant.

A cet égard, la loi du 2 juin 1941, oeuvre de Vallat, s'est révélée plus sévère encore que le Statut des juifs du 3 octobre 1940, comme l'admettra Dannecker lui-même : "La définition française [de la notion de "Juif"] étant plus large [que la notion précisée dans l'Ordonnance allemande du 26 avril 1941], elle devra servir de base aux cas douteux." Il parlait des déportations de masse qui allaient frapper la France dès le mois de juillet 1942. (cf. Claude Lévy/Paul Tillard, La grande rafle du Vel d'Hiv, Robert Laffont, 1967, rééd. 1992, p. 21). Cette curieuse conception de l'orgueil national a causé la perte de Vallat, et son remplacement par Darquier.

Mais de son côté, René Bousquet ne l'entendait pas de cette oreille et s'efforçait de lutter contre l'émergence d'une politique politique anti-juive qui lui échapperait car confiée à Darquier. C'est pourquoi il négocierait avec Oberg et Knochen le court-circuitage de Darquier et de Dannecker en supprimant la Police aux Questions juives, remplacée par la Section d'Enquête et de Contrôle, la S.E.C. Knochen déclarera, à ce titre, que "nous nous sommes alors appuyés sur la police française, c'est à dire que nous avons accepté les propositions de Laval et Bousquet pour supprimer la police anti-juive. Dannecker, en tous cas, n'a plus eu la possibilité de traiter directement la question juive avec Darquier de Pellepoix. Dannecker ne parvint pas à agir comme il l'aurait voulu. Il a donc dû faire agir par nous sur Laval." (Klarsfeld, op. cit., p. 65)

Mais Bousquet ne cherchait pas à contrer Darquier par volonté de s'opposer aux volontés allemandes intéressant la déportation des Juifs Comme l'indique un document allemand, "le Reichsführer S.S. a été impressionné par la personnalité de Bousquet. Il partage maintenant manifestement la conception représentée jusqu'ici par Oberg, à savoir que Bousquet est un collaborateur précieux dans le cadre de la collaboration policière et qu'il serait un adversaire dangereux s'il était poussé dans un autre camp. Bousquet est une personnalité si forte et si active qu'il jouera certainement à l'avenir dans la politique française un rôle qui dépassera le cadre de son autorité actuelle en tant que secrétaire général à la Police." (rapport du conseil général allemand Schleier, A.N.-WIII-89, cité par Klarsfeld, op. cit., p. 53)

Quant à Oberg, le fait d'avoir apparemment lâché Dannecker (qui n'en continuerait pas moins à procéder aux déportations) lui permettait de passer pour un interlocuteur modéré auprès de Vichy. Les nazis souhaitaient en effet procéder à la déportation par étapes, au nom de du souci de ne pas mécontenter l'opinion publique française. Dannecker, le 22 février 1942, reconnaissait lui-même que "quoiqu'une partie de la France soit occupée, il ne serait pas possible d'y agir avec les mêmes procédés et à la même allure qu'en Allemagne". Comme l'a fait remarquer Klarsfeld (op. cit., p. 42), Dannecker "néglige surtout le fait que son action a des implications importantes tant sur le Gouvernement de Vichy que sur l'opinion publique française. Les supérieurs de Dannecker, surtout Knochen et Hagen, pour lesquels la Question juive est moins prioritaire que le bon déroulement de la politique de collaboration profitable à l'effort de guerre hitlérien, ainsi que le maintien de l'ordre en France et de la sécurité des forces d'occupation, trouveront gênant et maladroit l'extrêmisme anti-juif de Dannecker, d'où son élimination en juillet 1942. Ils chercheront pour leur part à atteindre des objectifs plus réalistes dans la Question juive en évitant, tant qu'ils le pourront, l'affrontement avec Vichy, tout en s'appuyant sur l'engagement de la police fraçaise." Présenter au départ des revendications modérées pour, une fois la chose acceptée, passer à l'étape supérieure, est l'essence même de la manipulation.

Il fallait également tenir compte de la position de l'armée allemande. Vous écrivez que celle-ci "n'étant pas antisémite, la persécution des Juifs fut le fait de Dannecker qui résidait non avenue Kléber comme le MBF mais à l'ambassade d'Allemagne, rue de Lille." L'armée s'est pourtant faite progressivement l'un des instruments de la "Solution finale" en France. Dès le 27 septembre 1940, elle interdisait le retour en zone occupée des réfugiés juifs. L'armée allait également accepter les premières rafles antisémites de 1941 sous le fallacieux prétexte (utilisé également en Allemagne, en Serbie, en future ex-U.R.S.S.) que les Juifs étaient le vivier de la guérilla communiste.

Le chef de l'armée d'occupation en France, le général Otto Von Stülpnagel, était certes peu favorable à la politique de réprésailles, comme l'indique son rapport du 15 janvier 1942 : "Quant aux représailles massives, je ne puis plus, du moins pour l'instant, et dans les circonstances présentes, m'y résoudre en conscience, ni en accepter la responsabilité directe devant l'Histoire en considération de la situation générale et des répercussions de mesures si rigoureuses sur l'ensemble de la population et sur nos rapports avec la France." Stülpnagel poursuivait ainsi : "A l'heure actuelle et jusqu'en février ou mars 1942, des difficultés de transport s'opposent aux déportations de communistes et de Juifs vers l'Est qui ont déjà été décidées... Dans cette situation, je ne peux plus procéder à d'autres arrestations et internements en nombre important."

Mais c'était pour mieux approuver les déportations de Juifs. Car le général allemand achevait ainsi sa missive : "A titre de mesures de représailles, j'estime opportun le transfert éventuel à destination de l'Allemagne ou des territoires de l'Est d'un certain nombre de communistes et de Juifs déjà internés, dans la mesure où ce transfert est pratiquement réalisable et où il est conforme aux exigences de la Sicherheitspolizei. Une telle mesure serait certainement d'une grande efficacité générale."

Ainsi, petit à petit, l'armée elle-même allait se rendre complice des déportations. Hitler avait parfaitement réussi à faire en sorte, non seulement qu'elle y participe, mais encore qu'elle les réclame !

Pour finir, vous écrivez que "Klarsfeld est l'avocat de l'AFFDJF et il a besoin de la culpabilité de l'Etat français pour obtenir des réparations financières." C'est bien connu, dès qu'il est question d'argent, les Juifs ne sont jamais bien loin, nicht wahr ?

P.S. Vous me demandez : "Lisez mon livre. Mais il n'existe aucun livre d'un certain M. Anonymé portant sur le sujet considéré.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.2 s  3 requêtes