Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Ce que savaient les Alliés - Christian Destremau
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Abetz (Otto) - Allemagne nazie
-

(1903-1958) Francophile, Abetz participa au début des années trente à diverses rencontres franco-allemandes. En janvier 1935, il fut chargé au sein de la Ribbentrop Dienstelle de la propagande en direction de la France: il lança le Comité France-Allemagne et mit en place un réseau de relations dans la presse française. Lors de la déclaration de guerre en 1939, il sera expulsé de France pour y revenir en août 1940 comme représentant de Ribbentrop à Paris, avec le rang d'ambassadeur.
En 1949, il sera condamné par le tribunal militaire de Paris à 20 ans de détention et remis en liberté en 1954.


Collaboration - Vichy
-

Mémento des principaux mouvements politiques collaborationnistes sous Vichy.

- PPF : Parti Populaire Français (Jacques Doriot) - organe de presse: "Le Cri du Peuple de Paris"

- MSR : Mouvement Social Révolutionnaire (Eugène Deloncle)

- CSAR : Comité Secret d'Action Révolutionnaire - appelé par dérision "La Cagoule". - organe de presse: "La Vie nationale".

- RNP : Rassemblement National Populaire (Marcel Déat) - organe de presse: "L'Oeuvre".

- La Parti franciste (Marcel Bucard) - organe de presse: "Le Francisme".

- PFNC : Parti Français National Collectiviste (Pierre Clementi) - organe de presse: "Le Pays Libre".

- La Ligue française (Pierre Constantini) - organe de presse: "L'Appel".

- Le Front franc (Jean Boissel) - organe de presse: "Le Réveil du Peuple".

- Le Feu (Maurice Delaunnay) - organe de presse: "La Tempête".

- Le Groupe Collaboration (Alphonse de Châteaubriant) - organe de presse: "La Gerbe".


Commissariat général aux questions juives - CGQJ - Vichy
-

Créé par la loi du 19 mars 1941, le CGQJ a mission de "gérer" la "question juive". A sa tête est nommé Xavier Vallat, l'auteur sinon l'inspirateur du statut des Juifs de juin 41. En mai 42, Vallat, jugé trop mou, est remplacé par un extrémiste, habité par une haine frénétique des Juifs: Louis Darquier mieux connu sous le nom de Darquier de Pellepoix.


Police aux Questions juives - PQJ - Vichy
-

Police spécialisée dans l'enquête sur la "race" des personnes et le contrôle de la population juive. Sa brutalité et ses exactions sont telles qu'elle sera transformée en simple service, le SEC (Service d'enquête et de contrôle), avec les mêmes attributions.

Pour pallier l'incapacité de la police officielle à remplir les missions spéciales voulues par le régime, Vichy procéda à la mise en place d'un triptyque de polices auxiliaires spécialisé dans la lutte de tout ce qui était considéré comme "l'anti-france" : les communistes, les sociétés secrètes (les francs-maçons en particulier) et les Juifs.Ce seront :
- le Service de Police anti-commmuniste (SPAC)
- le Service de Police des sociétés secrètes (SSS)
- la Police aux questions juives (PQJ).

La brutalité et les exactions de la PQJ, spécialisée dans l'enquête sur la "race" des personnes et le contrôle de la population juive étaient telles qu'elle sera transformée en simple service plus discret, le SEC (Service d'enquête et de contrôle), avec les mêmes attributions.


Police municipale - PM - France

Préfecture de police - PP - France

Pucheu (Pierre) - Vichy
-

(1899-1944) Normalien, Pucheu opta pour le journalisme économique. En 1926, il devint directeur des ventes du Comptoir sidérurgique de France pour ensuite occuper plusieurs fonctions d'administrateur de sociétés au sein du groupe financier Worms. Croix-de-Feu jusqu'en février 1931, il adhère au PPF de Doriot jusqu'en 1939. Durant la guerre, il occupe successivement les postes de Secrétaire d'Etat à la Production industrielle, puis Secrétaire d'Etat de l'Intérieur et enfin ministre de l'Intérieur jusqu'au retour de Laval le 18 avril 1942. En disgrâce, Pucheu rejoint le Maroc le 9 mai 1943. Malgré un sauf-conduit de Giraud, il sera placé en résidence surveillée. Tenu responsable notamment de la désignation des otages fusillés le 22 octobre 1941 à Châteaubriant, il sera condamné à mort le 11 mars 1944 par le tribunal militaire d'Alger et exécuté le 20.
Biographie de Pierre Pucheu


R - Résistance (France)
-

Dans le cadre de l'organisation de la Résistance, la lettre R suivie de 1 à 6 indiquait une région de la zone Sud (zone non occupée jusqu'en 1942).
R1 : Région Rhône-Alpes (centre Lyon).
R2 : Région Provence-Côte d'Azur (centre Marseille).
R3 : Région Languedoc-Roussillon (centre Montpellier).
R4 : Région du Sud-Ouest (centre Toulouse).
R5 : Région de Limoges (centre Brives puis Limoges).
R6 : Région de l'Auvergne (centre Clermont-Ferrand).

En zone Nord occupée, les régions étaient définies par les simples lettres : P - A - B - C - D - M
(voir "zone")


rafle - Vichy
-

Spécialité de la police française aux ordres de l'occupant nazi ou de Vichy. La plus connue est la grande rafle du Vel' d'Hiv' (voir ce terme).
On le sait moins, la rafle du Vel' d'Hiv' a été précédée de quelques autres:
- 14 mai 1941: arrestation de 3.700 Juifs allemands, tchèques et polonais qui croyaient avoir trouvé refuge en France. "Parqués" dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande.
- 20 août 1941: arrestation à Paris de 4.000 Juifs. Direction Drancy.
- 6 décembre 1941: arrestation de 1.000 notables et intellectuels, presque tous Français, envoyés au camp de Compiègne.
- 16 et 17 juillet: Vel' d'Hiv'.
Les rafles ne se limitent pas à la zone Nord (occupée). Le 26 août: les Juifs de la Creuse qui avaient cru trouver refuge dans ce département sont pourchassés; les 26/28 août c'est le tour de Lyon et de Marseille. La liste est longue. Le calvaire des Juifs ne fait que commencer....


Reichsführer - Allemagne nazie
-

Grade dans la Waffen SS qui ne fut attribué qu'au seul Heinrich Himmler. Son équivalent dans l'armée française pourrait être "Maréchal" qui n'est pas, à proprement parler, un grade mais une distinction honorifique.


répression - Vichy
-

Le terme "répression", par une confusion du vocabulaire, est fréquemment utilisé pour désigner la politique de persécution menée, par Vichy ou par l'occupant nazi, contre les Juifs. Il serait plus exact de réserver le terme "répression" pour désigner la violence employée contre les communistes, les gaullistes et les résistants, poursuivis pour ce qu'ils **faisaient** ou **avaient fait**. Les Juifs étaient "persécutés" pour ce qu'ils **étaient**.


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


Service de police anticommuniste - SPAC - Vichy
-

Créé en octobre 1941. Le SPAC sera dissout lorsque les multiples organes de répressions policières seront absorbés par le SGP (Service Général de la Police) dirigé par René Bousquet.


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Libre - ZL - France
-

Libre jusqu'en 1942 et l'invasion et l'occupation par les troupes allemandes de tout le territoire français. Elle devient alors Zone Sud (ZS).


Zone Occupée - ZO - France
-

Jusqu'en 1942, le territoire français occupé et administré par les Allemands au Nord de la ligne de démarcation. Après l'invasion de la Zone Sud, on dira Zone Nord (ZN)


RSHA - Reichssicherheitshauptamt - Allemagne nazie
-

Office Central de la Sécurité du Reich créé en 1939 avec à sa tête Reinhard Heydrich. Après l'assassinat de Heydrich par la Résistance tchèque à Prague, le 8 juin 1942, le poste est confié à Ernst Kaltenbrunner.
Le RSHA comprend 7 divisions (Amt - Ämter au pluriel):
- Amt I : Service du personnel pour l'ensemble du RSHA.
- Amt II : Questions administratives, économiques et droit.
- Amt III : Inland SD (Sicherheitsdienst) - Service de renseignement et de sécurité intérieure.
- Amt IV : Gestapo - Recherche des adversaires du régime et répression.
- Amt V : Kripo - Police criminelle
- Amt VI : Ausland SD (Sicherheitsdienst)- Service de renseignement et de sécurité à l'étranger.
- Amt VII : Documentation, études et recherches idéologiques.


SEC - Service d'Enquête et de Contrôle - Vichy
-

Le Service d'enquête et de contrôle (SEC) succédera à la Police aux Questions Juives (PQJ) en élargissant sa mission de traque et de persécution antisémite à celle de lutte "anti-terroriste".


SPAC - Service de police anti-communiste - Vichy
-

Pour pallier l'incapacité de la police officielle à remplir les missions spéciales voulues par le régime, Vichy procéda à la mise en place d'un triptyque de polices auxiliaires spécialisé dans la lutte de tout ce qui était considéré comme "l'anti-france" : les communistes, les sociétés secrètes (les francs-maçons en particulier) et les Juifs.Ce seront :
- le Service de Police anti-commmuniste (SPAC)
- le Service de Police des sociétés secrètes (SSS)
- la Police aux questions juives (PQJ).


SS - Schutzstaffel - Allemagne nazie
-

"Echelon de protection" ou "Section de protection".
Créée en 1923, la SS est d'abord la garde prétorienne de Hitler. Sous l'impulsion de Heinrich Himmler qui en prend la tête le 6 juin 1929, elle devient la police du Reich. A partir de 1937, la SS est chargée de la gestion du système concentrationnaire.
Himmler portera le titre de "Reichsfürher-SS".

A partir de 1935, la SS se subdivise en différentes branches notamment:
- SS Verfügungstruppe (troupes mises à disposition), organisées militairement et qui deviennent, au début de la guerre, les Waffen SS.
- SS Totenkopf (tête de mort) chargées de la garde des camps de concentration.


SSS - Service de police des sociétés secrètes - Vichy
-

Pour pallier l'incapacité de la police officielle à remplir les missions spéciales voulues par le régime, Vichy procéda à la mise en place d'un triptyque de polices auxiliaires spécialisé dans la lutte de tout ce qui était considéré comme "l'anti-france" : les communistes, les sociétés secrètes (les francs-maçons en particulier) et les Juifs.Ce seront :
- le Service de Police anti-commmuniste (SPAC)
- le Service de Police des sociétés secrètes (SSS)
- la Police aux questions juives (PQJ).

Dans ce texte :

Sur les premières déportations de 1941-1942 de Nicolas Bernard le mercredi 02 décembre 2009 à 12h08

Sur les prérogatives réelles de l'occupant, et les négociations franco-allemandes de mai-juillet 1942, voir mon article.

Quant aux premières déportations, vos affirmations sont tout aussi délirantes.

Dès 1941, Dannecker avait conçu l'idée de créer des camps d'internement en France pour les Juifs de zone occupée. Il se basait sur le fait qu'en zone libre les camps d'internement français avaient déjà regroupé 20.000 en exécution de la législation antisémite.

Dannecker parvint à imposer ses projets de "regroupement" à l'armée allemande : à dire vrai, la tâche fut bien plus difficile qu'avec Vichy (le gouvernement français ayant cédé aux demandes de l'Ambassade, par laquelle devait transiter le S.S.). Le 27 mars 1941, l'armée apprenait que le gouvernement de Vichy allait interner les Juifs étrangers de zone occupée et qu'instructions seraient données en ce sens aux Préfets : les militaires allemands se devaient donc d'appuyer la démarche des Préfets...

Paris, 14 mai 1941 : "En accord avec la Délégation générale du Gouvernement français dans les Territoires occupés et sur la demande des Autorités d'Occupation, la Préfecture de Police a procédé ce matin, sur convocation, à la concentration de ressortissants polonais juifs, âgés de 18 à 40 ans, et de ressortissants tchécoslovaques et ex-autrichiens, âgés de 18 à 60 ans. Sur 6.494 personnes convoquées, 3.747 ont été dirigées par quatre trains spéciaux sur les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande (Loiret). Ceux qui, bien qu'ayant été touchés par une convocation, ne se sont pas présentés dans les centres de rassemblement feront l'objet de recherches ultérieures. Les opérations n'ont donné lieu à aucun incident."(rapport de la Préfecture de Police de Paris du 14 mai 1941)

Ces camps d'internement, appelés à connaître, comme ceux de la zone dite "libre", une triste notoriété, étaient administrés par des services français, également. La rafle du 14 mai 1941, première du genre à être effectuée par la police française sur demande allemande et avec plein accord vichyste, suscita de fort mauvaises réactions au sein de l'opinion. Néanmoins, en termes de statistiques, c'était un succès. Les forces de répression s'étaient basées sur le "fichier juif", résultat des opérations de recensement effectuées en 1940 par le gouvernement de Vichy. Ce fichier était remarquablement complet, une véritable merveille statistique, appelée à resservir.

La deuxième opération de Dannecker fut effectuée du 20 au 23 août 1941. Elle se distinguait à plusieurs titres de la précédente. Liée pour partie au projet de colonisation des Ardennes, elle avait été acceptée par l'armée allemande pour cause de déchaînement de la guerre à l'Est : il s'agissait de lutter contre la guérilla judéo-bolchévique... Autant disposer d'otages pour mieux exercer des réprésailles. Et Dannecker de faire montre d'intelligence : pourquoi ne pas rafler des Juifs, tous des agents de Moscou ?

Cette fois, Vichy ne fut averti que postérieurement à la rafle : il faut dire qu'en l'occurrence, il s'agissait d'une action propre à l'armée allemande, qui n'avait pas de compte à rendre au gouvernement français dès qu'il s'agissait d'assurer la sécurité de ses troupes. La police municipale parisienne (2.400 agents) fut réquisitionnée : tous les Juifs français et étrangers de 18 à 50 ans circulant sur la voie publique, à l'exception des ressortissants américains, furent arrêtés ce jour, après le blocage du XIe arrondissement dès 5 h 30. La rafle fut étendue à toute la capitale. Sur 5.784 personnes à arrêter, les forces de répression n'en arrêtèrent "que" 4.232. Là encore, mauvaise humeur de l'opinion française. Des protestations de Vichy ? Réduites à l'extrême. Sur le principe, l'Etat français ne désapprouvait pas. D'ailleurs, il fit envoyer les victimes au camp d'internement de Drancy, où les conditions de vie des détenus virèrent à l'horreur. En novembre 1941, dans les 3 camps de la zone occupée, l'administration française détenait 7.443 juifs, dont 1.602 juifs français. Himmler avait déjà réglé leur sort : Dannecker fut informé le 8 octobre 1941 que le Reichsführer S.S. avait personnellement assuré à Abetz que les Juifs internés en zone occupée seraient "déportés à l'Est dès que les moyens de transport le permettr[aient]"...

Vichy, après tout, s'efforçait de faire "mieux". Le Commissariat Général aux Questions Juives avait été créé le 9 mars. Le 29 juillet 1941, instructions furent faites aux Préfets de constituer des fichiers départementaux sur le modèle de celui de la Préfecture de Police de Paris. L'administration française n'exécuta que partiellement ces mesures, même si le C.G.Q.J. eut accès aux fiches. Rattaché le 1er septembre au Ministère de l'Intérieur, le C.G.Q.J. put compter le 19 octobre 1941 sur une Police aux Questions juives, organe autonome d'abord rattaché au cabinet du Ministère de l'Intérieur puis au 1er janvier 1942 au Secrétariat Général de la Police, et remplacé en juillet 1942 par la Section d'Enquête et de Contrôle (S.E.C.), de sinistre mémoire. Ces réorganisations administratives, ordonnées pour la plupart par le Ministre de l'Intérieur Pierre Pucheu, avaient pour but de soustraire à l'autorité allemande les services de police de zone occupée. Un Service de Police AntiCommuniste (S.P.A.C.) et un Service des Sociétés Secrètes (S.S.S.) avaient été institués.

Ultime rafle de l'an 1941, le 12 décembre 1941 : il s'agissait de riposter aux attentats de la Résistance en faisant porter le chapeau aux "fauteurs de guerre internationaux" qu'étaient les Juifs (l'Allemagne avait déclaré la guerre aux Etats-Unis la veille). Les autorités militaires allemandes d'occupation en France avaient promulgué le 30 septembre 1941 le fameux "Code des Otages" qui instituait certaines catégories de personnes relevant de la notion d'otages (ainsi les Français détenus dans un service allemand - Ordonnance du 22 août 1941 - et "les Français mâles qui se trouvent en état d'arrestation pour une activité communiste ou anarchiste, auprès des services français, ou qui s'y trouveront à l'avenir").

260 agents de la Feldgendarmerie (police militaire) aidés de 200 membres du R.S.H.A. associés à la police française arrêtèrent 743 juifs masculins. 300 autres Juifs furent saisis à Drancy, et un total de 1.043 Juifs furent envoyés au camp de Compiègne. Le 14 décembre, l'administration militaire allemande placarda l'avis suivant : "une amende de un milliard de francs est imposée aux Juifs des territoires français occupés", "cent juifs, communistes et anarchistes qui ont des rapports certains avec les auteurs des attentats seront fusillés". 53 Juifs furent exécutés au Mont-Valérien le lendemain. Et les autres, du camp de Compiègne ? L'on manquait de trains : le R.S.H.A. se devait d'abord d'"évacuer" vers l'Est, pour les confier aux mitrailleuses des Einsatzgruppen, les Juifs du Reich.

En février 1942, Dannecker se rendit à Vichy, pour contacts diplomatiques. Le 28 février 1942, son adjoint Zeitschel précisa que le consul allemand à Vichy, Krug Von Nida, croyait que "le Gouvernement français serait disposé à faire les concessions les plus larges dans la Question juive, si on lui faisait des propositions complètes et claires". Il suffirait de faire déporter 1 000 à 1 500 juifs par mois : "Le Gouvernement français serait heureux, poursuivait le consul, d'être débarrassé des Juifs d'une manière quelconque, sans faire trop de bruit". Problème : les 1.000 Juifs de Compiègne y étaient toujours bloqués, pour cause de pénurie de moyens de transports...

Dannecker obtint de son supérieur Eichmann l'examen de la situation et la garantie que ces Juifs seraient déportés. Le 4 mars 1942, au cours d'une conférence interne du R.S.H.A. à Berlin, le chef de la section antijuive de France fit "ressortir la nécessité de proposer enfin au Gouvernement français quelque chose de vraiment positif, la déportation de plusieurs milliers de Juifs par exemple". Eichmann fixa le chiffre à 5.000 personnes concernées. Total : 6.000 Juifs à déporter (en incluant donc ceux du camp de Compiègne). Avantage énorme : les camps d'internement français, ainsi vidés, pourraient accueillir d'autres Juifs.

Le R.S.H.A. consulta pour accord le Ministère des Affaires Etrangères. Celui-ci, depuis la conférence de Wannsee, ne pouvait plus formuler d'objection (et d'ailleurs n'en avait absolument pas la volonté). L'Ambassade à Paris donna son accord. La Préfecture de Police fournit policiers et véhicules de transport. Le 27 mars 1942, un convoi de 1.112 juifs parqués dans des wagons à bestiaux partit pour les camps d'extermination. Ce convoi comprenait pour moitié des Juifs français... Le 5 juin 1942, un convoi supplémentaire quittait Compiègne, emportant à son bord un millier de Juifs pour Auschwitz. Protestations de Vichy ? Nulles. L'administration française avait collaboré à ces déportations sans le moindre état d'âme.

Mais il restait à s'occuper des Juifs qui, eux, n'avaient pas encore été arrêtés, à quelque titre que ce soit. Vichy entendait bien maintenir de nouveau sa souveraineté : les rafles seraient le produit d'une politique de collaboration avec les Allemands, et non l'exécution d'un ordre de leur part.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.17 s  3 requêtes