Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

L'Armée de Vichy - Robert Paxton
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Non Occupée - ZNO - France
-

Désigne la zone au Sud de la ligne de démarcation. La ZNO est également désignée sous le sigle ZL (Zone Libre).

Dans ce texte :

Pétain Mitterrand et collaborateurs de Serge Desbois le vendredi 09 septembre 2005 à 08h04

Il y a 3 personnages sur la fameuse photo de la couverture du livre de Péan rappelée ci-contre. La notoriété de deux d’entre eux, Pétain et Mitterrand éclipse complètement le 3ème que personne ne voit. Or le sort de celui-ci mérite d’être rapporté.

Il occupait un emploi à Vichy dans le service de reclassement des prisonniers libérés qui étaient peu nombreux mais dont le nombre allait être grossi des prisonniers évadés. Il était responsable de cet organisme avant novembre 1942 pour la région centre de la zone non-occupée, capitale Vichy.

Tout naturellement après novembre 1942 cet organisme se doubla d’un réseau clandestin destiné à soutenir les évadés et à les soustraire aux recherches de la police allemande et ses sbires français.
Il avait des activités très larges puisqu’il faisait parvenir aux prisonniers candidats à l’évasion, dissimulés dans des colis, des fausses pièces d’identité, copies falsifiées de pièces allemandes.

Dissimuler un document dans un colis aux prisonniers était une pratique courante. Rappelons que le général Giraud avait reçu ainsi dans la forteresse de Königstein à titre de pièce d’identité, en vue de son évasion, un faux permis de conduire allemand au nom d’un homme d’affaire alsacien fictif.

Puis ce réseau de résistance clandestin se développa et s’étendit à toute la France.

Ce 3 ème personnage s’appelait Marcel Barrois.

Dans les semaines qui ont précédé la libération, M. Barrois devait rencontrer à Paris un membre du réseau. Malheureusement il ignorait qu’un autre membre du réseau avait été arrêté dans les jours précédents et la gestapo se présenta au rendez-vous.

M. Barrois fit partie d’un des derniers trains de la mort à quitter la France et mourut pendant l’interminable transport en Wagon à bestiaux.

Je tiens cette histoire d’un ami qui est le gendre de M. Barrois. Mais il paraît que son histoire est rapportée dans un livre écrit par M. Jean Thomas, déporté lui-aussi qui a recueilli dans le wagon les derniers souffles de ce résistant héroïque.

À lire sur cette affaire :
« Jusqu’à un doux petit ruisseau » de Jean Thomas. Imprimerie Lecerf. Édité avec l’appui du Conseil Général de Rouen (1995). Le doux petit ruisseau était la traduction française du lieu-dit en Allemagne où les wagons de ce train déversèrent leurs moribonds. (Vaihingen près de Karlsruhe ?)

« Les mains jointes » de Rémy 1948

« Le train de la mort » de Bernadac

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.08 s  3 requêtes