Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France

Michel Winock

Ce livre pourrait s'intituler: "Le moi national et ses maladies" (En mention à la 4ème page de couverture).
Ce "moi national" interpelle. Il fut trop souvent - il en encore de nos jours - ce terreau fertile où croissent les dévoiements identitaires du repli sur soi, du national-populisme, de la tentation autoritaire pour ne pas dire fascisante... dont les manifestations les plus apparentes portent les noms de xénophobie, de racisme, d'antisémitisme...
A la lecture de cet ouvrage qui parcourt un siècle de l'histoire de France, de Drumond à Le Pen, l'auteur tente de discerner ce fait social dont les origines et les causes sont multiples. En prologue du livre:

*** Trois thèmes principaux font l'objet de ce livre, qui pour­rait aussi s'intituler: le Moi national et ses maladies. D'abord, le nationalisme - ou plutôt les nationalismes, car le mot peut recevoir plusieurs définitions. Nous avons insisté sur les deux types que la France a connus: le nationalisme ouvert, issu de la philosophie optimiste des Lumières et des souvenirs de la Révolution (celui de Michelet, mais aussi celui du général de Gaulle), et le nationalisme fermé, fondé sur une vision pessimiste de l'évolution historique, l'idée préva­lente de la décadence et l'obsession de protéger, fortifier, immuniser l'identité collective contre tous les agents de cor­ruption, vrais ou supposés, la menaçant.
Ensuite, nous avons voulu approfondir l'examen de ce nationalisme fermé à travers l'ordre imaginaire qu'il s'est construit. La politique est moins faite de rationalité que de mythes et de mythologies. Quels partis pourraient prétendre y échapper? Le mythe suprême ne serait-il pas l'illusion du rationalisme politique ? Cependant, la démonologie et le délire de l'extrême droite ont dépassé les fictions ordinaires : l'antisémitisme en est la frénésie permanente. [...]
Enfin, il nous a paru nécessaire de traiter de deux autres catégories de notre histoire politique: le bonapartisme et le fascisme, qui ont partie liée, elles aussi, avec le nationalisme, et sur lesquelles une historiographie récente est revenue.
Ces trois thèmes sont illustrés, dans une dernière section, par des cas particuliers - hommes politiques et écrivains - qui ont marqué d'une manière ou d'une autre l'histoire du nationalisme français et ses contradictions.
***

Ces figures de la dernière section sont: Boulanger, l'homme providentiel - Jules Guérin, du fort Chabrol - Huysmans et la décadence - Georges Sorel, un fasciste de gauche? - Charles Péguy, préfasciste ou insurgé? - Gustave Hervé, de la guerre sociale à la guerre - Une parabole fasciste: Gilles de Drieu de la Rochelle - Le scandale Céline - Le cas Bernanos - De Gaulle, dernier nationaliste.

Francis Deleu.

 

Editeur : Editions du Seuil (Collection "Points)
Date edition : 1990
ISBN ou ref : 2-02-011628-6
Support : livre
Genre : étude historique
Période concernée : de 1870 à 1970
Région concernée : Ouest Europe

Proposé par Francis Deleu le mercredi 02 mars 2005 à 18h37

Dernière contribution le mercredi 18 juillet 2012 à 15h16

lue 3593 fois décrypter

 

Suivre le débat sur Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France et y contribuer
 

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

sujet.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes