Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Les carnets secrets de La Cagoule

Dagore

Pour les uns, La Cagoule fut créée en 1934, après l'échec du putsch du 6 février, par des dissidents de l'Action Française déçus par le manque de combativité du mouvement royaliste et nationaliste face au Front Populaire et au communisme.
Officiellement cependant l' OSARN (Organisation Secrète d'Action Révolutionnaire Nationale) est fondée en 1936 au lendemain de la victoire électorale du Front Populaire. Devenu CSAR (Comité Secret d'Action Révolutionnaire), surnommé "La Cagoule", l'organisation est une nébuleuse de petits groupes - bureaux, bataillons, relais de liaison, etc... - séparés les uns des autres et qui s'ignorent mutuellement.
En réalité, on ne connaît que fort peu de chose sur l'organisation de La Cagoule tant elle était secrète. Toutefois, Aristide Corre, chef du 2e Bureau de La Cagoule, a tenu un journal où sont révélés nombre de détails et mystères qui entouraient l'organisation. Aristide Corre, alias Dagore, arrêté par les Allemands, fut fusillé en 1942. Avant de mourir, il confia ses "carnets secrets" au père Joseph Fily, membre de la congrégation missionnaire du Sacré-Coeur, ancien militant de divers mouvements d'extrême-droite (dont La Cagoule), officier de renseignements pendant la drôle de guerre, agent du réseau de résistance "Vengeance" pendant la guerre, déporté à Dachau... bref, une "carrière" bien remplie.
En confiant ses "carnets secrets" au père Fily, Dagore demanda d'attendre le temps qu'il faudrait, vingt-cinq ans lui semblant un délai raisonnable, avant de les publier.

C'est en 1969 que le journaliste/écrivain Christian Bernadac reçoit le manuscrit et décide de le publier avec "le seul souci de sauver un témoignage inédit, de première main, mais irréfutable, indispensable à ceux qui voudront comprendre notre siècle" (4e de couverture). C'est aller un peu vite en besogne! Bernadac ne dispose que de dix carnets, couvrant la période du 18 avril 1937 au 20 février 1940. Chaque carnet est divisé en tomes regroupant 300 pages. Le carnet qui s'ouvre le 18 avril 1937 est le tome 28. Les carnets antérieurs - ceux qui traitent vraisemblablement de la création de La Cagoule - représentent près de 8.000 pages.... irrémédiablement perdues??

Enfin, avant de se lancer dans la lecture passionnante de ces carnets, une bonne connaissance des personnalités gravitant autour des mouvements d'extrême-droite est indispensable. Si les Filliol, Deloncle, Jeantet, docteur Martin, Corrèze, etc... (et leurs pseudonymes) ne signifient rien pour le lecteur, il y a fort à parier qu'il s'égarera dans les dédales déjà suffisamment tortueux d'une organisation qui cultivait le secret.

Francis Deleu.

 

Editeur : Editions France-Empire (Presses Pocket)
Date edition : 1977
ISBN ou ref : 2-266-00810-2
Support : livre
Genre : récit ou roman
Période concernée : de 1870 à 1939
Région concernée : Ouest Europe

Proposé par Francis Deleu le dimanche 25 juillet 2004 à 22h01

Dernière contribution le jeudi 08 octobre 2015 à 20h16

lue 5092 fois décrypter

 

Suivre le débat sur Les carnets secrets de La Cagoule et y contribuer
 

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

sujet.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes