Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Heydrich et la Solution Finale / Edouard Husson

En réponse à -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Témoignage de WS de Etienne Lorenceau

Gisevius on Canaris' personality de Etienne Lorenceau le jeudi 02 avril 2015 à 14h32

One of Canaris’ friends that the Admiral had sent to Switzerland to keep him out of the grasp of the Gestapo, Hans Bernd Gisevius who relayed several informations to Allan Dulles for the German ressistance, tells about the Admiral in his 1947 book "To the Bitter End":
“Canaris hated not only Hitler and Himmler, but the entire Nazi system as a political phenomenon .. He was everywhere and nowhere at once. Everywhere he traveled, at home and abroad and to the front, he always left a whirl of confusion behind him .. In reality this small, frail, and somewhat timid man was a vibrating bundle of nerves. Extremely well read, oversensitive, Canaris was an outsider in every respect. In bearing and manner of work he was the most unmilitary of persons ..”
Is this the description of a friend of heydrich and other nazi thugs like schellenberg or did he have to deal with them to fight them?
N'est il pas plus rigoureux de considérer les propos de ceux qui l'ont connu intimement que de relever certains propos hors contexte ou de circonstance avant d'analyser aveuglément certains faits pour en tirer une analyse générale paradoxale simpliste?
Remettre en question, oui. Salir pour salir, non: ce sont là des procédés de nazis auxquels qui sur ce site pourrait souhaiter s'apparenter ?
La question n'est pas de conserver ou rejeter un témoignage comme celui de Lahousen parce que son auteur serait sympathique ou non. Reszo Kasztner était très arrogant et antipathique mais ne fut il pas aussi un héros que d'aucun ont voulu salir... avant de le faire assassiner ? Kurt Becher n'était il pas, comme schellenberg pour qui il travaillait, un salopard habile au sourire très sympathique et qui est devenu un des plus riches allemands d'après guerre... avec l'argent des Juifs de Hongrie assassinés?
Qui devons nous croire ? Chez les amis de l'amiral qui l'ont connu, Gisevius, Groscurth, Waetjen, Menzies (patron des services secrets britaniquess), Dulles (des services secrets américains)... et chez ses ennemis dont les actions, souvent contraires à leurs propos, traduisent une suspicion et une haine contre lui jamais démentie comme himmler, heydrich, schellenberg, heinrich müller, huppenkhoten... et au final hitler ?
Ou devons nous croire un historien en mal de célébrité qui a commis un livre aux arguments peu convaincants faisant des rapprochements hasardeux sur des faits sortis de leurs contextes afin d'étayer un raisonnement peu rigoureux qui ne tient que grâce a ses lourdes (et probablement volontaires) omissions ?
Ne faut il pas faire table rase et procéder à un vrai travail d'historien sans haine et sans complaisance... même si cela remet en question d'autres convictions que nous pourrions avoir sur d'autres sujets ?

*** / ***

lue 1028 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Heydrich et la Solution Finale

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes